vide
FIP, FCPI : une année 2011 en demi-teinte -  493035 - Actualités - Sicavonline

FIP, FCPI : une année 2011 en demi-teinte

02/03/2012 - 18:47 - Sicavonline (mis à jour le : 13/02/2013 - 15:49)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline






Alors que les SCPI ont encore fait un tabac auprès des épargnants en 2011, les FIP et les FCPI semblent avoir perdu de leur attrait. L'explication tient en quelques mots « coups de rabot ». Ce dispositif indispensable au soutien du tissu économique français a pâti de la chasse aux niches fiscales engagée depuis deux années déjà. Les avantages fiscaux qui accompagnent ces véhicules d'investissement dans les entreprises non cotées ont pourtant encore matière à séduire, d'autant qu'ils pourraient disparaître à la fin de l'année.

FIP et FCPI, sous ces acronymes se cachent en fait deux véhicules financiers permettant d'investir dans des entreprises non cotées. Le premier, le fonds d'investissement de proximité (FIP) mise sur des PME régionales dont l'activité est déjà bien établie, le second, le fonds commun de placement dans l'innovation finance le développement de sociétés innovantes.

Ces fonds vont donc avec plus ou moins de réussite permettre aux épargnants de prendre des participations au capital des PME non cotées sans avoir à procéder eux mêmes à leur sélection. Des professionnels expérimentés s'en chargent à leur place.

Non-coté : un investissement d'utilité publique

Conscient de l'importance de ce financement, les pouvoirs publics ont choisi la voie fiscale pour assurer son développement. Mais rigueur budgétaire oblige, les avantages fiscaux se réduisent d'année en année. Grâce à leur bas de laine les particuliers pallient le désengagement des investisseurs institutionnels et le manque de crédit bancaire pour redonner du carburant au principal moteur économique français. Investir par le biais de ces fonds permet en plus de la réduction d'impôt sur le revenu et/ou d'ISF de mutualiser le risque. L'investissement sur le non-coté reste un pari risqué mais via les FIP et les FCPI le risque est plus limité que pour un investissement en direct.

Le constat de l'AFIC (Association française des investisseurs en capital) et l'AFG (Association française de la gestion financière) pour l'année 2011 montre pourtant une nette baisse de la collecte sur les FIP et les FCPI. Chaque année, ces deux associations représentant les investisseurs en capitaux propres des PME font le point sur la « levée de capitaux réalisée par les FIP et les FCPI ».

Des décrochages alarmants de la part des épargnants

Des chiffres pour le moins inquiétants en 2011. Selon l'enquête réalisée par ces deux associations auprès de 39 sociétés de gestions l'an dernier, l'investissement dans les PME séduit beaucoup moins qu'avant.

En 2011, 91.000 épargnants ont souscrit à l'un des 59 fonds d'investissement de proximité (FIP) et/ou 60 fonds commun de placement dans l'innovation (FCPI) créés la même année, contre 145.000 en 2008 et 124.000 en 2010. Après une baisse continue en 2009 et 2010, 2011 connaît un brutal décrochage de 27%.

Au total, les investisseurs ont placé 757 ME dont 736 ME sur des fonds créés en 2011 à comparer aux 894 ME investis l'année précédente, soit une baisse de 15 %.

Les investisseurs ont privilégié les fonds « ISF » au détriment des fonds « IR »

Dans le détail, l'étude fait ressortir un écart d'évolution important entre la collecte sur les fonds « IR » et celle sur les fonds « ISF ». Les fonds IR ont beaucoup souffert alors que les fonds ISF s'en sortent bien. Avec 433 millions d'euros levés, la collecte 2011 des fonds « IR » perd 143 ME.

Selon l'AFIC-AFG, « ces chiffres traduisent la forte sensibilité de ce produit à l'incitation fiscale qui est passée de 25 % à 22 % en 2011 et qui a encore été diminuée en 2012. » En revanche, la collecte sur les fonds ISF a progressé de 17 % (433 ME contre 259 ME en 2010) alors que le nombre de souscripteurs a dans le même temps baissé de 17 % suite à la suppression de la première tranche de l'ISF.

Depuis cette année, la réduction accordée au titre des investissements directs et par le biais des holdings, n'est plus de 75 % mais est la même que celle accordée au titre des FIP et des FCPI. Désormais, quel que soit le véhicule d'investissement choisi, la réduction d'ISF est égale à 50 %. Ce qui peut expliquer ce regain d'intérêt pour les FIP et FCPI ISF.

Garantir un environnement fiscal incitatif stable et durable

Paul-Henri de La Porte du Theil, président de l'AFG, et Hervé Schricke, président de l'AFIC déclarent que « l'étude annuelle AFIC-AFG mesure à nouveau une dégradation de la collecte des FIP et des FCPI liée à un changement de fiscalité surtout sensible pour les véhicules souscrits au titre de l'impôt sur le revenu. Le financement des PME est à juste titre un enjeu majeur des élections présidentielles et son importance vient d'ailleurs d'être rappelée par le rapport sur le financement des PME-ETI par le marché financier rédigé par Gérard Rameix et Thierry Giami. En raison du désengagement des investisseurs institutionnels, les FIP et les FCPI demeurent une source de capitaux précieuse pour les PME. Il ne fait pas la tarir, surtout dans le contexte économique difficile que nous connaissons. Malgré les contraintes budgétaires immédiates, les mesures favorisant le financement des PME créatrices d'emploi et génératrices de croissance doivent être prioritaires. Le dispositif de réduction d'IR arrive à échéance à la fin de l'année ; il sera important de le reconduire, et même de le renforcer, après 2012. »
© Sicavonline. Ces informations sont puisées aux meilleures sources, et n'engagent en aucun cas la responsabilité de la société Sicavonline.



SOFICA édition 2014 : 36%* de réduction d'impôt

Profitez de 36%* de réduction sur vos impôts 2014 en finançant l'audiovisuel français. Les SOFICA sont limitées : dépêchez-vous ! (*cf. conditions)
>> Pour découvrir notre sélection SOFICA 2014, cliquez ici.

A lire autour du sujet "FIP, FCPI : une année 2011 en demi-teinte" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline



Abonnez-vous à
notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +


vide
vide
Publicité
Articles les plus lus
Newsletter Sicavonline
Abonnez-vous à
notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +
SICAV et FCP les plus vus
Soutenez les PME européennes et réduisez votre ISF 2015. Découvrez avec Sicavonline la solution la mieux adaptée à votre situation personnelle.

Réduisez vos impôts jusqu'à 30 000 € dès cette année grâce aux SOFICA, FIP, FCPI et SCPI fiscales sélectionnés par nos experts.


X

Avant de poursuivre votre visite, aidez-nous en quelques secondes à mieux vous connaître pour mieux vous servir

Merci beaucoup ! L’équipe Sicavonline

1. Vous êtes :

Un particulier
Un professionnel : Asset Manager
Un professionnel : Agent ou compagnie d'assurance
Un professionnel : Banque de réseau
Un professionnel : Banque privée
Un professionnel : CGPI
Un professionnel : Investisseur institutionnel
Un professionnel : Société de courtage


Enregistrer et fermer Je ne souhaite pas répondre