1. Toutes nos vidéos
  2. L'oeil du pro
  3. La Chine a-t-elle les moyens (financiers) de faire face au pire ?

La Chine a-t-elle les moyens (financiers) de faire face au pire ?

16/04/2015 - 16:02 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Dans la troisième partie de notre débat sur la Chine, Pierre Sabatier, économiste de PrimeView, et Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d'investissement chez Pictet AM, s'interrogent sur la capacité financière de l'Empire du Milieu à surmonter une crise dure. Leur point de vue sur la ceinture de sécurité que sont supposées être les réserves de change chinoises si vantées par les investisseurs divergent.


 

Après avoir évoqué les risques attachés à la difficile mutation du modèle économique de la Chine ainsi qu'à la bulle du crédit et à la fièvre immobilière qui y sévissent, Frédéric Rollin (Pictet AM) et Pierre Sabatier (PrimeView) disputent des moyens financiers dont disposerait la Chine pour tenir bon dans la tempête.

Le conseiller en stratégie d'investissement de Pictet AM, en dépit des risques concrets précédemment évoqués (à lire également Chine : faut-il vraiment s'inquiéter ? Et Vers une crise des subprimes en Chine), puise là matière à réconfort. « Effectivement, les problèmes existent [en Chine] et ils sont très importants. Cependant, il y a aussi un trésor, lui même très important. Ce pays qui a exporté pendant de nombreuses années et continue à exporter. (...) On a donc [une Chine avec] des réserves de changes [NDLR : les réserves de change chinoises s'élevaient au 4e trimestre 2014 à 3800 milliards de dollars], (...) une Chine qui est le banquier du monde en quelque sorte, une Chine qui est créditrice et qui a les moyens [de faire face]. » Frédéric Rollin rappelle que l'Etat chinois est déjà intervenu en plusieurs occasions pour sauver des acteurs économiques en difficulté.

Pour sa part, Pierre Sabatier, relativise la solidité financière chinoise : « Au début, on a toujours les moyens de faire face ; (...) [toutefois] si vous avez un enchaînement, un cercle vicieux, une multiplication d'incidents est-ce que vous avez toujours les moyens [de tenir] ? »

Quant aux réserves de change, le filet de sécurité « ultime » derrière lequel s'abrite la majorité des investisseurs pour se convaincre que le pire ne pourra jamais advenir en Chine, elles laissent le président de PrimeView dubitatif et circonspect.

 Il note que « les réserves de change n'augmentent plus depuis un petit moment » en raison du tarissement des excédents commerciaux.  Mais la principale réserve qu'émet Pierre Sabatier tient à la nature même des réserves de change chinoises :

« En quelle monnaie [la Chine] a-t-elle libellé ce trésor de guerre ? En monnaie extérieure, ce qui signifie très concrètement que si elle veut l'utiliser, il lui faut transformer du dollar ou de l'euro en yuan (...), ce qui aurait tendance à faire monter le yuan. Or, si vous vous trouvez dans une situation où vous devez réinjecter [de l'argent dans le circuit économique] et recourir à ce trésor de guerre afin de soutenir l'économie, c'est bien que votre économie se porte mal. Je ne crois pas que pour un pays tel que la Chine, aussi tourné vers l'extérieur, utiliser son trésor de guerre soit une possibilité, tout simplement parce que cela entraînerait l'appréciation de sa monnaie et nuirait à sa compétitivité. Ça la priverait aussi, à un moment où elle est confrontée à un ralentissement interne du levier des exportations. »
Les réserves de change chinoises ont beau être astronomiques, leur utilisation serait donc ardue.

Néanmoins, de l'avis de Frédéric Rollin, ce matelas de sécurité place la Chine en position de force si elle souhaite emprunter. « Rien n'empêche la Chine d'emprunter en yuan » alors que ceux désireux de lui prêter abondent puisqu'il s'agit « d'un pays créditeur avec une qualité de crédit indéniable. »

En revanche, l'expert de Pictet AM s'accorde avec son contradicteur de PrimeView sur le rôle clef de la devise. « Le Yuan est corrélé au Dollar, » souligne Rollin. « La monnaie chinoise s'est donc envolée face à l'euro, et l'Europe représente un peu plus de 15 % des exportations chinoises. (...) La perte de compétitivité de la Chine peut être en grande partie attribuée à la hausse de sa monnaie. » L'ennui pour la Chine est qu'elle ambitionne de faire du Yuan une monnaie de réserve. Cette prétention lui interdit de facto de trop jouer avec les changes. Reste que la politique économique et monétaire menée par l'Empire du Milieu résultera sans doute de l'évolution des fluctuations du Yuan.

Mais le conseiller en stratégie d'investissement de Pictet AM se veut néanmoins rassurant pour la Chine et les investisseurs. « Notre scénario est que la croissance chinoise va tenir en 2015. (...) par conséquent, cela devrait être relativement favorable aux marchés [boursiers] internationaux. »

« Si la Chine parvient à stabiliser son économie comme nous le pensons », poursuit Frédéric Rollin, « les marchés en prendront la mesure et seront relativement contents. Il s'agit en effet de l'un des derniers nuages qui pèsent (sic) aujourd'hui sur les marchés mondiaux pour empêcher [leur] emballement. »

En dépit de l'issue favorable qu'il esquisse, l'homme de Pictet AM, n'est pas un enragé des Actions chinoises. « Nous pensons que l'économie chinoise va remonter [la pente] mais que nous n'en verrons pas les premiers signes avant quelques mois. »

Dans ces conditions, rien ne sert de se ruer sur les valeurs chinoises, quand bien même leur valorisation serait raisonnable. « On préfère attendre un petit peu que viennent des signes tangibles de redressement économique. (...) Les gens attendent le redressement de la Chine, la hausse des taux de la FED, attendons avec eux. »

Chez PrimeView, « on ne touche pas aux Emergents. » La radicalité de cette position s'explique aisément selon Pierre Sabatier. « Tout d'abord, les marchés se doivent de fonctionner sur deux piliers : la liquidité et la transparence. Ce qui me gêne beaucoup avec la Chine, c'est la transparence et la véracité des chiffres communiqués. »

Autre objection de fond à un investissement dans les pays émergents selon l'économiste de PrimeView : le rétrécissement de l'horizon de projection desdits Emergents. « On a du mal à voir ce qu'ils seront dans un, deux, trois, cinq ans, même s'ils ont du potentiel. (...) Quand on ne sait pas répondre avec acuité à cette question, on n'investit pas dans des Actions. »

Afin de visionner la 3eme partie du débat entre Frédéric Rollin (Pictet AM) et Pierre Sabatier (PrimeView) cliquez sur la vidéo ci-dessus.

© Sicavonline. Ces informations sont puisées aux meilleures sources, et n'engagent en aucun cas la responsabilité de la société Sicavonline.

A court ou long terme, avec plus de 13 400 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 1 700 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 67 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.


SOFICA 2016 : Soyez averti en priorité de l'ouverture des souscriptions !

Investissez dans l'industrie du cinéma et profitez de 36% de réduction d'impôt sur le montant investi*.

*Dans la limite de 18 000€ investis. Le traitement fiscal dépend de votre situation individuelle et est susceptible d'être modifié ultérieurement.


A lire autour du sujet "La Chine a-t-elle les moyens (financiers) de faire face au pire ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +
Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+88.1%
+30.5%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 13 400 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 1 700 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 67 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.