1. Bourse & Sicav
  2. Compte titres, PEA & autres supports
  3. FIP et FCPI : les recommandations de sicavonline

FIP et FCPI : les recommandations de sicavonline

04/10/2010 - 14:11 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




FIP et FCPI : les recommandations de sicavonline

Quelles que soient les précautions que vous prendrez, les FIP et les FCPI restent des produits risqués. Sicavonline vous recommande toutefois de respecter quelques règles pour limiter au maximum les risques inhérents à de tels produits.

Vous l'aurez compris, les cadeaux fiscaux ne sont jamais gratuits. L'investissement dans des parts de FIP et de FCPI n'échappe pas à cette règle. Pour autant, ces produits vous permettent de miser sur le non coté, qui est un bon outil de diversification du patrimoine. Vous devez néanmoins accepter le risque inhérent à ces produits et sélectionner les FIP et les FCPI avec précaution. Méfiez-vous notamment des sociétés spécialisées dans la défiscalisation qui ne vendent qu'un avantage fiscal au détriment de toute rentabilité.

Ne pas investir les yeux fermés

Pour choisir entre les différents FIP et FCPI, renseignez-vous sur la valorisation du fonds, sur la performance du fonds, mais aussi sur la régularité de la performance de la société gestionnaire du fonds. Vous pouvez également vous informer sur la stratégie d'investissement du gestionnaire du fonds, axée sur la performance ou sur la prudence ; miser sur des entreprises en démarrage est ainsi plus rémunérateur mais aussi plus risqué que de s'appuyer sur des sociétés plus matures.

Décortiquez la notice d'information du FCPI, c'est une source d'information à ne pas négliger puisqu'un FCPI qui investit 100 % de son actif en action n'aura pas le même profil de risque qu'un FCPI qui investit à 60 % en action et à 40 % en obligataire et en monétaire.

Pour les 40% gérés librement, la plupart des gérants proposent une sélection d'OPCVM en multigestion, visant à optimiser le couple risque et rendement. Mais l'inconvénient pour le souscripteur peut être de faire doublon avec des fonds qu'il détient déjà en portefeuille, et de diluer les performances de la gestion du non coté. Dès lors, certains préféreront des FCPI ou FIP dont la totalité des fonds est investi sur du non coté. Mais, vous vous en doutez, c'est une stratégie évidemment plus risquée.

Le niveau des frais est rarement un critère de choix

Globalement, les frais varient peu d'un produit à l'autre : les commissions de gestion avoisinent en général de 3% à 4% par an, et la rémunération sur performance de l'équipe de gestion est fixée à un pourcentage de la plus-value au terme. Ces frais, élevés et non négociables, rémunèrent un travail de sélection et d'accompagnement très différent de la gestion d'OPCVM classiques investis dans des entreprises cotées. Ils visent aussi à motiver l'équipe de gestion dont les intérêts et ceux des porteurs de parts sont ainsi liés ! Les frais d'entrée sont classiquement fixés à 5% et sont peu négociables.

La réputation de la société de gestion, par contre...

En matière de gestion de FCPI et FIP, il est essentiel de s'adresser à des sociétés de gestion sérieuses tant les performances divergent. Si vous investissez sur plusieurs années, par prudence diversifiez les gérants au fil des millésimes, voire la même année pour de grosses souscriptions.

Bien sûr, les performances passées ne constituent pas une garantie des performances futures des fonds ou de leurs gérants... Mais elles incitent cependant à penser, lorsqu'elles sont excellentes et récurrentes, qu'un processus de gestion solide a été mis en place.

De plus, le marché a aujourd'hui atteint sa maturité, et les sociétés réputées voient affluer des dossiers de bonne qualité, augmentant leurs chances d'investir sur les meilleurs projets.

Ne pas investir plus de 10 % de vos actifs dans des FIP et FCPI

En fin, nous vous conseillons de ne pas investir plus de 5 à 10 % de vos actifs financiers dans ce type de placements et de souscrire à plusieurs fonds afin de répartir les risques. Idéalement, il est judicieux de répartir votre investissement sur plusieurs sociétés de gestion, si possible anciennes et ayant un historique de performance séduisant. Pour répartir le risque, vous pouvez aussi panacher votre investissement entre des FIP et FCPI pour le répartir sur des typologies de PME très différentes.

Avant de choisir entre un FIP et un FCPI, vous devez savoir que les FCPI sont plus risqués, mais plus le risque est grand plus le rendement est potentiellement intéressant.

Gare aux mauvaises surprises !

La multitude de niches fiscales existantes a donné naissance à un marché de la défiscalisation dont vous devez vous méfier. La défiscalisation ne doit pas être une fin en soi, elle s'inscrit dans une démarche globale de gestion de votre patrimoine. Avant d'investir, vous devez être en mesure d'en apprécier les conséquences.
Vous devez notamment tenir compte du fait que le montant des avantages fiscaux (déductions, réductions et crédits d'impôt) accordés au titre de l'impôt sur le revenu est plafonné. Pour les avantages souscrits en 2010 et déclarés en 2011, la diminution d'impôt ne peut être supérieure à 20 000 euros, majorée de 8 % de votre revenu imposable.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.


Dossier : Défiscalisez en soutenant des entreprises non cotées grâce aux FIP et FCPI

  • FIP et FCPI : les recommandations de sicavonline
  • FIP et FCPI : des placements intéressants mais aux performances contrastées
  • FIP et FCPI : derrière l'avantage fiscal, des contraintes
  • FIP et FCPI : un avantage fiscal indiscutable
  • Investir dans des FIP et des FCPI


  • A lire autour du sujet "FIP et FCPI : les recommandations de sicavonline " :




    Lettre d'info gratuite

     
    Imprimer cet article

     
    Augmenter la taille du texte

     
    Réduire la taille du texte

     
    Envoyer cet article

     
    Fil RSS Sicavonline

     
    Partager sur Facebook

     
    Publier sur Twitter

     
    Suivre @sicavonline





    Abonnez-vous à notre newsletter
    Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
    En savoir +

    Articles les plus lus

    Abonnez-vous à notre newsletter
    Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
    En savoir +

    SICAV et FCP les plus vus

    A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
    Jusqu'à
    remboursés
    A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
    A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
    Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit