1. Bourse & Sicav
  2. Compte titres, PEA & autres supports
  3. La commission Attali propose une cure d'austérité pour la France

La commission Attali propose une cure d'austérité pour la France

18/10/2010 - 11:21 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




La commission Attali propose une cure d'austérité pour la France

Commandé par Nicolas Sarkozy, le second rapport de la commission pour la libération de la croissance française propose 25 idées pour favoriser la reprise économique et réduire les déficits. Pour désendetter la France, la commission présidée par Jacques Attali insiste sur la nécessité de mettre en place un plan de rigueur sur dix ans. Un tiers de l'effort financier est basé sur des mesures fiscales, dont certaines démantèlent ce que le gouvernement a mis en place ces dernières années, comme la TVA à 5,5 % sur la restauration et l'allégement des droits de succession.

Sous le titre « Une ambition pour 10 ans », la commission pour la libération de la croissance française présidée par Jacques Attali a remis son rapport à Nicolas Sarkozy le 15 octobre 2010.
Dans ce second rapport, la commission mise en place par le Président de la République débute par une note positive en annonçant que plus de la moitié des 316 recommandations émanant du premier rapport (janvier 2008) ont été partiellement ou totalement mises en œuvre par le gouvernement.
Mais ce dossier de 177 pages met surtout en lumière les problèmes que devra affronter la France ces prochaines années et recommande notamment de s'attaquer efficacement au désendettement de notre pays.
Au total, le rapport contient 25 propositions dont la moitié environ porte sur la maîtrise des déficits publics.

Face aux déficits la politique budgétaire doit être plus rigoureuse

Pour faire face à la dette abyssale de la France, la commission Attali va beaucoup plus loin que le gouvernement dans son projet de loi de finances pour 2011 et préconise une économie draconienne sur les dépenses de 50 milliards d'euros sur trois ans et un élargissement des assiettes fiscales et sociales, « c'est-à-dire une hausse des impôts », de 25 milliards d'euros sur trois ans.

La commission s'attaque tout d'abord aux niches fiscales sur les revenus et les plus-values de l'épargne et du capital bénéficiant d'un régime fiscal dérogatoire. Selon la commission, « celles-ci ont rendu notre système de taxation du capital illisible et n'encouragent plus l'épargne longue ou risquée par rapport à l'épargne liquide ou à la rente. » Sont également visés les niches sur le logement et celles qui dépendent du statut du contribuable plutôt que de son revenu (cas des niches dont bénéficient les retraités, sans condition de revenus), la fiscalité sur l'outre-mer, le crédit impôt recherche, ou encore les exonérations dont bénéficient les particuliers employeurs.

Le rapport revient également sur différentes mesures mises en place ces dernières années par le gouvernement et propose purement et simplement un retour en arrière de sa politique. Il suggère de réintégrer une TVA à taux normal dans la restauration et d'élargir l'assiette de la fiscalité sur les successions, revenant ainsi sur les allégements mis en place par le Président de la République en 2007.

Le gouvernement a beau s'en défendre, le rapport Attali se détache ouvertement de la politique de Nicolas Sarkozy et l'encourage vivement à revoir le système fiscal français dans son ensemble.

« Une fiscalité plus juste et plus efficace »

Après avoir présenté toute une série de mesures aggravant la fiscalité sur le capital et les revenus du patrimoine, le document remis au Président par Jacques Attali recommande un allégement de la fiscalité sur le travail. Lequel serait compensé par une hausse de la TVA (« TVA sociale ») et par un renforcement de la fiscalité écologique avec l'instauration d'une taxe carbone.

Le Président de la République fait valoir la « convergence entre les enjeux révélés par la commission et les initiatives lancées par le gouvernement en matière de réduction des déficits ». Mais à la lecture de ce rapport, on ne peut s'empêcher de remarquer qu'un grand nombre de préconisations constituent des critiques à peine voilées de la politique du gouvernement.

L'exemple le plus frappant concerne la réforme des retraites. Selon la commission Attali, la réforme des retraites proposée par le gouvernement manque de visibilité à long terme, et elle critique ouvertement le relèvement de l'âge légal « qui défavorise ceux ayant commencé à travailler très tôt et qui travailleront nettement plus longtemps que la durée légale, alors même que leur espérance de vie à la retraite est inférieure à celle des salariés entrés plus tard sur le marché du travail. »

Dans un communiqué de presse, Nicolas Sarkozy souligne malgré tout que "le rapport de la Commission constitue un élément de réflexion très utile pour alimenter le débat sur l'agenda de réformes indispensable pour assurer l'avenir de la France et des Français." Suivra t-il pour autant les préconisations de ce rapport à la lettre ? Moins de deux ans avant l'élection présidentielle, on peut se permettre d'en douter.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.






Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.5%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit