1. Bourse & Sicav
  2. Les gérants au crible
  3. Cherchez de la décote couplée à de la croissance !

Cherchez de la décote couplée à de la croissance !

09/11/2010 - 15:11 - Sicavonline - Vincent Bezault



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Cherchez de la décote couplée à de la croissance !

Dans la première partie de l'entretien qu'il a accordé à Sicavonline, Frédéric Buzaré (Dexia AM), n'a pas caché qu'il redoutait que la seconde vague d'assouplissement quantitatif annoncée par la Fed n'aboutisse à un « bull trap » sur le marché actions. Faut-il en conséquence s'écarter des valeurs de croissance pour revenir principalement sur les valeurs décotées ? Pas si simple pour le directeur de la gestion Actions de Dexia AM.

Frédéric Buzaré, vous nous avez dit redouter un « bull trap », c'est-à-dire un emballement à court terme des marchés actions, sanctionné par une correction brutale. Dans ce contexte, vous semblez un peu dubitatif quant à l'enthousiasme que suscitent les valeurs de croissance. Faut-il alors privilégier une approche Value au détriment d'une approche Growth, autrement dit s'intéresser aux valeurs décotées de préférence aux valeurs de croissance ?

Fondamentalement, je suis plutôt un gérant « croissance » mais acheter à 55 euros du Dassault Systèmes, une entreprise que j'apprécie au demeurant énormément, ou bien encore payer 115 euros du LVMH, en dépit de perspectives et de fondamentaux solides, n'est pas prudent. Le ratio rendement/risque est trop défavorable. J'attends donc que des valeurs de ce type corrigent car la thématique « croissance » a déjà été bien jouée.

Mais pour autant, faut-il adopter dans sa gestion un biais résolument « Value », c'est-à-dire faire la part belle aux valeurs décotées ?

D'un point de vue conceptuel oui, mais la politique de Quantitative Easing menée par la FED fait monter les anticipations d'inflation et favorise donc les sociétés avec du « pricing power », les sociétés ayant une réelle capacité à imposer et piloter leurs prix. Toutes celles n'étant pas en mesure de le faire risquent de voir leur cash flows se contracter, leur prime de risque remonter, et leurs multiples de valorisation décroître.

Dans cet environnement très singulier, faut-il alors choisir en priorité les sociétés relativement décotées mais disposant d'une réelle faculté à dicter leurs prix ?

Exactement, il faut s'intéresser aux titres à la traîne, mais seulement à ceux en mesure d'améliorer leurs résultats et d'augmenter leurs dividendes.

Les télécoms constituent dans ce cas de figure le bon exemple de la thématique à ne pas jouer. Les opérateurs téléphoniques tels que France Telecom ou Vivendi offrent de très beaux rendements mais ils sont soumis à des pressions déflationnistes fortes et ils devront baisser leurs prix. Ils me paraissent donc à éviter.

Autre mauvaise idée : Nokia, qui séduit un certain nombre d'investisseurs parce qu'il est exposé aux émergents. C'est oublier que Nokia est en train de perdre des parts de marché.

En revanche, dans le secteur actuellement honni de la construction, puisqu'il se paie moins d'une fois les fonds propres, Saint-Gobain me paraît un pari réellement intéressant. Le groupe jouit d'une exposition aux émergents intéressante ; son positionnement sur les matériaux isolants, innovants et à haute performance est également attrayant.

En somme, il est nécessaire de combiner décote et croissance.

Ce n'est pas toujours simple mais effectivement il faut tenter de concilier les deux. Et selon moi, le secteur qui réunit ces deux caractéristiques est le secteur pétrolier. On note des tensions importantes sur les prix des matières premières. Les investisseurs se sont précipités sur les mines afin de jouer la croissance émergente. Ils ont un peu moins joué le pétrole dont les cours n'ont pas vraiment flambé comparativement à ceux du cuivre, du zinc ou du nickel. Or, si la Chine se porte bien, sa consommation d'or noir sera importante. Le pétrole devrait donc continuer de s'apprécier.

Dans ce contexte, les bénéfices des pétrolières vont sans doute être révisés à la hausse, ce qui induit qu'elles seront sans doute en mesure d'augmenter les beaux dividendes qu'elles distribuent déjà.

Quant à la valorisation des majors pétrolières, elle est, elle aussi, attrayante.

Par conséquent, les groupes pétroliers, et en particulier des entreprises comme Statoil ou Royal Dutch Shell, constituent actuellement l'un de mes grands paris à la hausse.

Pour le reste, j'attendrai une correction des marchés boursiers et un retour du CAC 40 sur les 3700 points avant d'acheter, au travers des mines, de Wolkswagen, de BMW, ou de LVMH, de la croissance et de la consommation dans les pays émergents.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.


Dossier : Gare au Bull Trap !!!

  • Le Quantitative Easing n'a pas que des effets positifs...
  • Cherchez de la décote couplée à de la croissance !


  • A lire autour du sujet "Cherchez de la décote couplée à de la croissance !" :




    Lettre d'info gratuite

     
    Imprimer cet article

     
    Augmenter la taille du texte

     
    Réduire la taille du texte

     
    Envoyer cet article

     
    Fil RSS Sicavonline

     
    Partager sur Facebook

     
    Publier sur Twitter

     
    Suivre @sicavonline





    Abonnez-vous à notre newsletter
    Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
    En savoir +

    Articles les plus lus

    Abonnez-vous à notre newsletter
    Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
    En savoir +

    SICAV et FCP les plus vus
     
    Perf.
    5 ans

    Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.

    Retrouvez sur Sicavonline

    A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
    Jusqu'à
    remboursés
    A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
    A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
    Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit