1. Bourse & Sicav
  2. Les gérants au crible
  3. La faiblesse de l'offre de cuivre devrait soutenir les cours, selon BlackRock

La faiblesse de l'offre de cuivre devrait soutenir les cours, selon BlackRock

19/11/2010 - 10:12 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




La faiblesse de l'offre de cuivre devrait soutenir les cours, selon BlackRock

Mine de cuivre de Chuquicamata, Chili

Dans la lettre du mois d'octobre du fonds BGF World Mining Fund, Tom Holl, gérant de portefeuille au sein de l'équipe « Ressources Naturelles » de BlackRock, analyse les difficultés croissantes qu'éprouvent les compagnies minières pour satisfaire la demande mondiale de cuivre. Une situation qui devrait naturellement favoriser une poursuite de la hausse des cours de ce métal.

S'il est bien un métal qui devrait encore « étinceler » sur les marchés, c'est le cuivre, à en croire Tom Holl , gérant de portefeuille au sein de l'équipe « Ressources Naturelles » de la société d'investissement BlackRock.

Plusieurs facteurs plaident en effet pour une poursuite de la hausse du prix du cuivre qui s'est apprécié de 12 % au cours des 10 premiers mois de l'année. Mais, remarque Tom Holl, dans la lettre mensuelle du fonds BGF World Mining Fund, si « depuis la crise financière, la production de certains métaux a pu être accrue pour faire face à une demande qui s'est redressée », ce qui a entraîné un plafonnement des prix, tels que ceux de l'aluminium, l'industrie du cuivre fait figure d'exception de par son incapacité à augmenter son offre. Le corollaire de cette situation est que « si les contraintes qui pèsent sur l'offre de cuivre sont structurelles et risquent donc de perdurer dans le moyen-long terme, alors les sociétés ayant déjà une production de cuivre en tireront parti. »

Pour en avoir le cœur net, le gérant de BGF World Mining Fund s'en est allé visiter quatre exploitations de cuivre en Amérique du Sud, qui pèsent, à elles seules, environ 10 % de la production de cuivre mondiale, et dont les problématiques sont particulièrement représentatives de celles de l'ensemble de l'industrie du secteur. Les conclusions de Tom Holl ne laissent aucune place à l'ambigüité.

Une offre de cuivre insuffisante

Les tensions entre l'offre et la demande de cuivre devraient continuer à tirer les prix vers le haut, explique le gérant de l'équipe « Ressources naturelles » de BlackRock. La demande de cuivre, qui est un composant essentiel pour les biens électroniques et de consommation durable, est structurellement élevée. Or, les compagnies minières peinent à augmenter leur production, à une époque où les gisements de qualité se font de plus en plus rares. En outre, plusieurs facteurs renchérissent le coût d'extraction du cuivre.

Les industriels doivent faire face à un appauvrissement des minerais (la proportion de cuivre contenue dans un minerai tend en effet à se réduire). Par conséquent, une quantité plus importante de minerai est nécessaire pour produire la même quantité de cuivre. D'après Tom Holl, ce phénomène engendrera à terme soit une baisse de la production, soit une hausse des investissements, ce qui entraînera inéluctablement une appréciation du cours du métal.

L'expert de Blackrock souligne en outre que la production à ciel ouvert recule progressivement. Citant Rio Tinto, il indique qu'elle représentait 74 % en 2009 et qu'elle devrait tomber à 60 % en 2025. Partant, la production souterraine devrait fortement se développer dans les années à venir. Or, ce type d'extraction est plus coûteux que l'exploitation à ciel ouvert. Enfin, une grande partie des gisements de cuivre les plus prometteurs se trouve dans des pays relativement instables, comme la République Démocratique du Congo. Ces gisements devront donc assurer un retour sur investissement élevé pour que le jeu en vaille la chandelle. Et une fois encore, cela se répercutera sur le prix du cuivre.

Le Chili face à d'importants défis

Dans la newsletter mensuelle du BGF World Mining Fund, BlackRock insiste par ailleurs sur les défis auxquels le Chili, qui produit environ 35 % du cuivre mondial, est confronté. L'un des problèmes les plus préoccupants qui se posent au pays est l'approvisionnement en eau de ses nombreux gisements de cuivre situés dans le désert de l'Atacama. « Alors que la demande d'eau d'autres secteurs, tels que l'agriculture, est en train de croître, il devient de plus en plus difficile pour les exploitations minières de s'assurer les ressources en eau nécessaires pour de nouvelles mines ou des mines en expansion. » L'eau de mer désalinisée et acheminée par pipe-line est certes une solution, mais elle reste une solution onéreuse, qui nécessite pour être mise en œuvre que le prix du cuivre soit à un niveau suffisamment attrayant pour justifier des investissements importants.

Une appréciation inexorable des prix du cuivre

Pour BlackRock, la conclusion s'impose : « Dans un monde où la demande de cuivre demeure robuste parce qu'il est un composant clef des infrastructures électriques et des biens de consommation, il est probable que s'exercent de fortes tensions sur les prix du cuivre, alors même qu'apparait un déficit de production et que les stocks baissent. » Cependant, le gérant de BGF World Mining Fund souligne que la volatilité devrait accompagner cette hausse du prix du cuivre, tant que le marché actions s'inquiétera des problèmes de dette souveraine et de la politique monétaire chinoise.

BGF World Mining Fund surpondère le cuivre

Dans la lettre du mois d'octobre du BGF World Mining Fund, Tom Holl indique que le fonds est logiquement exposé au cuivre au travers de ses participations dans de nombreux producteurs de ce métal ainsi que dans des compagnies minières plus grandes et plus diversifiées. Au mois d'octobre, les sociétés spécialisées dans le cuivre représentaient plus de 16 % du portefeuille du BGF World Mining Fund, quand son « benchmark » pondérait celles-ci à 9 %.

Parmi les acteurs du secteur dans lesquels le fonds a pris des participations figurent Freeport-McMoran, Antofagasta, Southern Peru Copper, Equinox et First Quantum. Le fonds possède également des lignes de Teck Resources et Rio Tinto, dont les résultats dépendent en partie du cuivre.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "La faiblesse de l'offre de cuivre devrait soutenir les cours, selon BlackRock" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.

Retrouvez sur Sicavonline

A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit