1. Bourse & Sicav
  2. Compte titres, PEA & autres supports
  3. Budget 2011 : les sénateurs aux commandes

Budget 2011 : les sénateurs aux commandes

23/11/2010 - 10:07 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Budget 2011 : les sénateurs aux commandes

Après avoir été laborieusement adopté par les députés, le projet de loi de finances 2011 est désormais entre les mains des sénateurs. Des sénateurs qui comptent bien se faire entendre. Pour cela, la commission des finances du Sénat a d'ores et déjà prévu de supprimer plusieurs mesures du projet qu'elle ne juge pas opportunes.

Les sénateurs viennent à peine de commencer l'examen du projet de loi de finances 2011 et pourtant ils prévoient déjà de supprimer plusieurs dispositions adoptées par leurs collègues siégeant à l'Assemblée nationale.

Le Sénat reporte en partie la réforme de la fiscalité du patrimoine à 2011

Le Gouvernement et l'Assemblée nationale ont introduit dans le projet de budget 2011 des mesures qui portent sur la fiscalité des revenus du capital et sur le régime des plus-values immobilières. Celles qui n'ont pas d'impact sur le financement des retraites ou le remboursement de la dette sociale viennent d'être suspendues par la commission des finances du Sénat. Les sénateurs pensent qu'avant d'agir il faut réfléchir et préfèrent donc attendre la grande réforme fiscale prévue en 2011.

Selon le sénateur, Philippe Marini, ces mesures ne doivent pas être anticipées alors que dans quelques mois, un débat de fond sur la fiscalité et sur les revenus du patrimoine doit être introduit. Il convient de ne pas précipiter ce débat. « Mieux vaut donc arrêter de prendre des mesures ponctuelles pour avoir une vue globale des enjeux et pour préserver au mieux la compétitivité de notre pays ». C'est pourquoi, le sénateur propose de ne pas reporter l'entrée en vigueur de l'abattement progressif (d'un tiers chaque année, au-delà de la cinquième année) sur les plus-values mobilières prévue pour 2012, contrairement à la décision des députés de reporter l'entrée en vigueur de ce dispositif de trois années. Il souhaite également que la soumission à la CSG dès le premier euro des plus-values immobilières ne soit pas adoptée. Actuellement, les plus-values tirées de la vente d'un bien immobilier bénéficient d'un abattement de 10 % à compter de la sixième année de détention.

Une bonne nouvelle pour les contribuables qui pourraient continuer à bénéficier d'une fiscalité plus douce que prévue pendant encore quelques mois. Car Philippe Marini a bien précisé qu'il ne remettait pas en cause l'intérêt de telles dispositions, seulement leur application précipitée.

Les sénateurs annulent la limitation du montant des retraites chapeaux

Beaucoup plus surprenant, la commission des finances du Sénat a adopté un amendement qui revient sur le plafonnement des retraites chapeaux et des indemnités de départ des dirigeants. Pourtant ces limitations étaient très attendues par le grand public, souvent choqué par les montants exorbitants perçus par certains grands patrons du CAC 40. Mais pour Philippe Marini, « il n'appartient pas au législateur de se préoccuper de la politique salariale des entreprises et de décider quel doit être le plafond d'une retraite supplémentaire ou d'une indemnité. »

Pas de prime aux investissements dans les TPE !

Plus discutable, le renforcement par les députés de la réduction d'impôt sur le revenu accordée au titre des investissements effectués dans une TPE récemment créée vient d'être supprimé par la même commission. Lors de la présentation de cet amendement, Philippe Marini a spécifié que « l'heure n'[était] pas à l'augmentation des niches fiscales ». Pour rappel, les députés avaient adopté un article en première lecture qui visait à quadrupler les plafonds du dispositif de réduction d'impôt sur le revenu "Madelin" spécifique aux TPE.

L'avantage ISF-PME préservé par les sénateurs

En revanche, les sénateurs ont été plus cléments que les députés en décidant de ne pas réduire la réduction d'ISF accordée lors d'investissement dans des PME de 75 % à 50 %. Avec l'accord du gouvernement, la réduction d'ISF en cas d'investissement directs ou au travers d'une holding serait ramenée à 67,5 % dans la limite de 45.000 euros, au lieu de 50.000 euros actuellement. L'avantage offert pour les placements réalisés par l'intermédiaire de fonds (FCPI, FIP) passerait de 50 % à 45 % dans la limite de 18.000 euros, contre 20.000 euros.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline Partenaires font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



SCPI d'entreprise : Une nouvelle façon de préparer son avenir

Investissez dans l’immobilier sans les contraintes de gestion(1) et percevez des revenus locatifs potentiels : 4,44% de taux de rendement moyen en 2017(2) ! Découvrez dès maintenant les SCPI de rendement.

1En contrepartie de frais de gestion
2Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Risque de perte en capital. Source : IEIF – avril 2018





Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+23.5%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 5 100 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 26 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit