1. Accueil
  2. >
  3. Bourse & Sicav
  4. >
  5. Les gérants au crible
  6. >
  7. Bilan hebdo : le CAC 40 redescend sous les 4.000 points

Bilan hebdo : le CAC 40 redescend sous les 4.000 points

12/03/2011 - 09:45 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Bilan hebdo : le CAC 40 redescend sous les 4.000 points

Le CAC 40 repasse pour la première fois sous les 4000 points depuis le 18 janvier

La Bourse de Paris a encore été malmenée. La recrudescence des tensions sur les dettes souveraines en zone euro a redonné du fil à retordre aux investisseurs déjà inquiétés par la poursuite des hostilités en Lybie, la persistance de l'inflation en Chine et des chiffres américains décevants. Plombé en fin de semaine par le violent séisme qui a frappé le Japon, le CAC 40 a reculé de 2,28 % pour repasser sous la barre des 4.000 points, à 3928,2 points.

Le CAC 40 en repli de 2,28 % sur la semaine à 3928,68 points

Et de trois ! Après deux semaines consécutives de baisse, le Palais Brongniart a encore signé un bilan hebdomadaire négatif. Le CAC 40, a plié de 2,28 % à 3928,68 points entre les 7 et 11 mars, retombant pour la première fois sous la barre des 4.000 points depuis le mardi 18 janvier. Il faut dire que les investisseurs ont eu matière à se ronger les ongles, ces cinq derniers jours...

Accalmie sur les cours du pétrole, malgré la poursuite des conflits en Lybie

Les fidèles du colonel Mouammar Kadhafi et les « insurgés » ont continué à s'affronter avec la même virulence. La ville pétrolière de Ras Lanouf, point névralgique de la rébellion, est repassée brièvement sous le contrôle des hommes de Kadhafi vendredi avant d'être récupérée par ses opposants.

En dépit de la poursuite des hostilités en Lybie, les cours du pétrole, qui ont atteint des sommets lundi, se sont ensuite détendus. Les investisseurs ont été rassurés par le volontarisme de l'OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole), qui a finalement décidé d'accroître sa production à 30,02 millions de barils par jour, un niveau inédit depuis décembre 2008. Le baril de brut WTI a reculé à 101,16 dollars vendredi tandis que le baril de Brent s'échangeait à 113,66 dollars.

Retour des tensions sur la dette souveraine européenne

Mais un nouvel élément est venu perturber les marchés : le retour des tensions sur la dette souveraine au sein de la zone euro. Cela a commencé lundi avec l'abaissement par l'agence de notation Moody's de la note de la dette souveraine grecque de trois crans, de Ba1 à B1, assorti d'une perspective négative. Le lendemain, le rendement des obligations à dix ans de la Grèce, plus que jamais jugée comme un débiteur peu certain de rembourser ses dettes sur le long terme, a atteint le niveau record de 12,94 %.

Moody's n'a pas épargné l'Espagne, qui a également vu la note de sa dette être abaissée, contre toute attente, de Aa1 à Aa2. L'agence a redouté que la recapitalisation du système bancaire ne coûte plus cher que prévu et a émis des doutes sur la capacité de l'Etat à redresser ses finances, compte tenu des perspectives économiques plutôt moroses.

Si la note de la dette souveraine portugaise est restée intacte, les marchés n'ont pas manqué de sanctionner le Portugal, qui a dû offrir un taux de 5,993 % pour placer son milliard d'euros d'obligations à deux ans, alors qu'il avait pu se financer à 4,086 % en septembre dernier. En outre, les rendements à cinq et dix ans des emprunts portugais ont culminé à respectivement 7,94 % et 7,67 %, du jamais vu depuis la création de la monnaie unique.

Pas de répit pour l'inflation chinoise

Les investisseurs n'ont pu se réconforter avec l'Asie. Certes, le déficit commercial inattendu de 7,3 milliards de dollars ainsi que les chiffres décevants des ventes au détail, enregistrés en février par la République Populaire de Chine, s'expliquent probablement pour partie par le nouvel an chinois (qui donne lieu à une semaine de congés dans l'Empire du Milieu) et doivent donc être observés avec un certain recul.

Mais les marchés se sont surtout focalisés sur l'inflation, qui est ressortie à 4,9 % le mois dernier, comme en janvier. Pourtant, le consensus des économistes, qui pensait que le resserrement monétaire mis en œuvre par Pékin depuis plusieurs mois freinerait la hausse des prix, tablait sur un tassement de celle-ci à 4,8 %.

Coup de frein aux Etats-Unis

Les statistiques américaines, plutôt encourageantes ces derniers temps, n'ont pas été non plus au rendez-vous cette semaine. Les nouvelles inscriptions au chômage au cours de la semaine achevée le 5 mars ont augmenté de 26.000 pour s'établir à 397.000, nettement au-dessus des 378.000 attendues par la moyenne des économistes.

De surcroît, l'indice de confiance de l'Université du Michigan, qui a perdu 9,3 points à 68,2 points en mars, a signalé une nette dégradation du moral des ménages aux Etats-Unis. Dans ce contexte, la progression de 1 % des ventes au détail en février n'a pas permis d'inverser la tendance.

Des marchés secoués par le violent séisme au Japon

Aux mauvaises nouvelles géopolitiques et économiques se sont ajoutés stupeur et tremblements au Japon. L'archipel nippon a été frappé jeudi à 14h46 heure locale (vendredi à 6h46 heure française) par un séisme de magnitude 8,9 sur l'échelle de Richter. Les japonais n'avaient pas connu de tremblement de terre aussi violent depuis plus d'un siècle.

Ce choc est d'autant plus préoccupant qu'il a donné naissance à un tsunami qui, après avoir frappé l'archipel Nippon, menace l'ensemble du bassin pacifique. Si le coût économique des dégâts est encore difficile à estimer, les marchés, qui envisagent le pire, ont d'ores et déjà sanctionné les assureurs. Le français AXA, qui a vu son titre céder 2,04 %, n'a pas pu échapper à la correction.

Les autres sociétés du CAC 40 ont également peiné à sortir la tête de l'eau, dans cet environnement pour le moins adverse. Michelin a tout de même pu s'octroyer une petite appréciation de 0,88 % à la faveur d'un avis favorable de CA Chevreux, qui a considéré que le pneumaticien tirerait profit de sa maîtrise des coûts et de la baisse des cours du caoutchouc. Michelin a également bénéficié de la révision à la hausse des prévisions de chiffre d'affaires de son homologue italien Pirelli.

Vallourec et Essilor International, qui ont gagné respectivement 0,25 % et 0,10 %, ont été les deux autres rescapés de l'indice. A l'opposé, Alstom, Arcelor Mittal et Saint Gobain, ont enregistré les plus fortes baisses du CAC 40, avec des dépréciations de 5,81 %, 4,87 % et 4,83 %.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Bilan hebdo : le CAC 40 redescend sous les 4.000 points " :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
Retrouvez sur Sicavonline

KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 237 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit
A court ou long terme, avec plus de 4 100 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)