1. Accueil
  2. >
  3. Immobilier de placement
  4. >
  5. Tendances de l'immobilier
  6. >
  7. Faut-il encadrer les loyers pour éviter les abus ?

Faut-il encadrer les loyers pour éviter les abus ?

15/03/2011 - 10:20 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Faut-il encadrer les loyers pour éviter les abus ?

Oui, selon l'association de défense des consommateurs, Consommation, logement, cadre de vie (CLCV). Il faut que le gouvernement prenne rapidement des mesures. Elle lui suggère donc de geler temporairement les loyers et de plafonner les augmentations de loyers décidées lors des renouvellements de baux.

L'association de défense des consommateurs, Consommation, logement, cadre de vie (CLCV) lance un appel à l'encadrement des loyers. L'association de défense des consommateurs constate que « les loyers continuent d'augmenter bien plus vite que l'inflation. Ajoutez à cela des charges qui explosent littéralement (gaz, électricité, fuel...) et l'on comprend que la part du logement dans le budget des ménages ait doublé en cinquante ans. » En moyenne les loyers progressent de 3,2 % par an depuis 1998.
Face à ce constat, la CLCV demande au gouvernement « de prendre toutes les mesures qui s'imposent afin que se loger ne devienne pas un luxe mais bel et bien un droit ».

CLCV demande le gel temporaire des loyers

Partant, l'association recommande un gel temporaire des loyers « tant dans le secteur social que dans le privé, sans possibilité de rattrapage, pendant au moins un an pour compenser ces années de hausse ininterrompue. »

Plafonner les augmentations de loyers lors des renouvellements de baux

Des mesures nécessaires mais insuffisantes qui doivent être complétées par un encadrement des loyers à la relocation. « A l'heure actuelle, dans le secteur privé, ils [les loyers] peuvent être augmentés, sans aucune limite, à l'occasion d'un changement de locataire. »« Or, un tel mécanisme consiste, dans le cadre d'un renouvellement de bail, à indexer les loyers sur les loyers, participant ainsi à la flambée observée. » avertit l'association de défense des consommateurs. Elle suggère donc de plafonner la fixation des loyers lors du renouvellement de bail selon les variations de l'Indice de référence des loyers (IRL) ou sur d'autres critères, notamment si le bailleur a réalisé des travaux.

Les loyers des micro-logements doivent être encadrés

La CLCV réclame également un encadrement du niveau des loyers pour certaines catégories de logements, tels ceux de petite taille dont le prix au mètre carré est actuellement prohibitif. Selon l'association, « il doit s'agir d'un réel encadrement spécifique à cette catégorie particulière de logements, le dispositif de surtaxe, annoncé mais sans être réellement développé, ne nous paraissant pas suffisant.» Le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu vient d'annoncer que le gouvernement envisageait de surtaxer à compter du 1er janvier 2012 les propriétaires qui donnent en location des micro-logements (moins de 13 m²) contre un loyer de plus 40 euros le m². Le gouvernement semble toutefois opposé à mettre en place un système de plafonnement généralisé qui pourrait être interprété comme une forme d'interventionnisme. Un point de vue partagé par les propriétaires qui rappellent que les hausses de loyer sont le plus souvent liées à une réfection du logement et que les abus constatés à Paris en région parisienne ne concernent pas l'ensemble du territoire français.

Vers une généralisation de la garantie des risques locatifs (GRL)

Pour compléter ces mesures, la CLCV invite le gouvernement à rendre obligatoire la garantie des risques locatifs (GRL). « En effet, le système actuel basé sur le volontariat a rapidement montré ses limites. » déplore l'association. « Or, bien que le risque locatif soit peu important au regard du nombre de baux conclus, il n'en demeure pas moins que la crainte de l'impayé constitue un frein à la mise en location d'un logement. Il est donc nécessaire de rassurer les propriétaires bailleurs. » ajoute la CLCV.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Faut-il encadrer les loyers pour éviter les abus ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez indirectement dans l'immobilier à partir de 237 € et diversifiez votre patrimoine.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)