1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. L'inquiétude des futurs acquéreurs va-t-elle paralyser le marché immobilier ?

L'inquiétude des futurs acquéreurs va-t-elle paralyser le marché immobilier ?

23/05/2011 - 17:30 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




L'inquiétude des futurs acquéreurs va-t-elle paralyser le marché immobilier ?

Malgré la forte progression des intentions de ventes et d'achats de logements, les Français sont inquiets face aux difficultés rencontrées pour concrétiser leurs projets immobiliers. Une inquiétude croissante face à la montée des prix et des taux d'intérêt d'emprunt que révèle l'indice de confiance immobilier du mois d'avril établi par Logic-Immo.com et TNS Sofres.

Tous les trois mois, Logic-Immo.com mesure avec TNS Sofres le ressenti des Français sur l'état actuel et futur du marché immobilier.
Les Français interrogés sur leurs intentions d'achat et de vente d'ici à un an font preuve de plus d'enthousiasme qu'en début d'année 2011. En trois mois, le nombre personnes qui prévoient d'acquérir un bien est passé de 3 million à 3,5 million. Une reprise de la demande qui est accompagnée par celle de l'offre dont les rangs grossissent aussi de 500.000, passant de 2 millions à 2,5 millions de vendeurs potentiels.
Une bonne nouvelle que la société de publication d'annonces immobilières accueille froidement car avec près de deux fois plus d'intentions d'achat que de vente le marché reste très tendu. Le déséquilibre du marché soutenu par la progression parallèle des achats et des ventes explique le niveau relativement élevé des prix encore relevés dans certaines agglomérations au cours du premier trimestre 2011.
L'amélioration du niveau des transactions« reflète plus le caractère saisonnier du marché qu'un véritable rebondissement » prévient Logic-immo. Traditionnellement, l'arrivée du printemps donne un coup d'accélérateur aux projets immobiliers.

Les futurs acheteurs sont inquiets et redoutent de ne pas pouvoir financer leur acquisition

Cette tendance saisonnière masque en fait un essoufflement de la demande, « prise en étau entre des prix encore élevés et la hausse des taux des crédits immobiliers ».
A - 0,9 points, l'indice de confiance immobilier mesuré en avril reflète une défiance croissante des futurs acquéreurs à l'égard du marché immobilier. L'indice qui a perdu 12,3 points depuis janvier dernier « laisse ainsi présager d'une stagnation, voire d'un recul de la demande pour les mois à venir. » explique le diffuseur d'annonces immobilières gratuites.

Est-ce vraiment le moment d'acheter ? Les Français sont dans l'impasse

Dans le détail, l'enquête montre que la proportion de Français pensant que la période est opportune pour acheter un logement diminue, passant de 50 % à 36 % de janvier à avril. Un pessimisme qui est en grande partie basé sur la remontée des taux d'intérêt d'emprunt immobilier. Un tiers des futurs acquéreurs jugent les conditions d'emprunt plus difficiles en avril alors que seulement 38 % considèrent que les taux sont encore attractifs, 69 % partageaient cette opinion en janvier ! Conclusion, la progression des taux commence à peser sur le comportement et les décisions des candidats à la propriété. Ces derniers se montrent de plus en plus hésitants.
Et ce n'est pas la seule chose qui les tracasse. L'enquête met aussi en lumière l'inquiétude croissante des Français vis-à-vis du contexte économique et de l'évolution du niveau de vie général dans les six mois à venir. 70 % sont persuadés qu'il va se contracter au cours du prochain semestre.

La perspective d'une stabilité, voire d'une baisse des prix pourrait retarder les projets d'achat

Bien évidemment, les prix des logements sont également au cœur des préoccupations des futurs acquéreurs qui font part de leur incertitude croissante quant à leur évolution. En janvier, un peu plus de la moitié (52 %) d'entre eux penchaient pour une hausse des prix dans les six prochains mois. En avril, ils ne sont plus que 41 % à le croire et sont désormais majoritairement convaincu de leur stabilisation (42 %). Même s'ils sont plus nombreux qu'en janvier à prévoir une baisse leur proportion reste encore faible (17 % en avril contre 11 % en janvier). La situation en Ile-de-France reste particulière puisque 55 % pensent encore que les prix vont augmenter. En dehors de la région parisienne, la hausse des prix n'est donc plus perçue comme une fatalité et pourrait bien freiner les décisions d'achat. « La crainte d'une hausse des prix jouait jusqu'à maintenant un rôle d'accélérateur sur les projets des futurs acquéreurs a été supplantée par un degré moindre d'urgence, les prix étant susceptibles de stagner dans les mois à venir, voire de baisser » commente très justement Logic-immo.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "L'inquiétude des futurs acquéreurs va-t-elle paralyser le marché immobilier ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
-

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.