1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. Prix immobilier : le calme après la tempête ?

Prix immobilier : le calme après la tempête ?

26/05/2011 - 15:44 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Prix immobilier : le calme après la tempête ?

Malgré le ralentissement des ventes, les notaires de Paris-Ile de-France ne notent aucune amélioration sur le front des prix dans la région. Sur les trois premiers mois de l'année, les prix dans la capitale ont encore progressé de 5,6 % atteignant 7.780 euros du m². Et ce n'est pas fini. D'après les promesses de ventes enregistrées dans les études notariales ces derniers mois, le cap des 8.000 euros/m² devrait être franchi au cours du 2e trimestre 2011. Les notaires estiment toutefois que la situation ne pourra pas durer éternellement, faute de solvabilité du côté des acheteurs.

Au premier trimestre, la situation du marché immobilier résidentiel reste très préoccupante dans la région Ile de-France. Selon la dernière étude des notaires de la région, les prix des logements continuent leur inexorable ascension malgré la présence d'un léger ralentissement du nombre de ventes.

Les ventes accusent une légère érosion en début d'année 2011

Sur les trois premiers mois de l'année 2011, les notaires ont observé un tassement des transactions. A paris, les notaires ont enregistré moins de 7.000 ventes d'appartements anciens, soit un recul de 12 % par rapport au 1er trimestre 2010. Un repli qui ne se limite pas à la Capitale puisque sur l'ensemble de l'Ile-de-France la chute des ventes atteint 7 %. Le décrochage sur le marché de l'ancien, très prononcé en janvier et février, a été atténué par la bonne tenue du neuf que les notaires associent aux « mesures transitoires destinées aux investisseurs », notamment par le maintien du dispositif Scellier.
Les notaires qui s'attendaient à ce recul des ventes minimisent ses effets à court terme. Après une fin d'année 2010 exceptionnelle, dopée par une conjonction de facteurs spécifiques, la baisse des ventes n'est pas une surprise et n'a encore pas d'impact sur les prix car l'activité reste soutenue et l'offre de logements insuffisante.

A Paris, le prix des logements ne marque pas de pause

A Paris, les prix ont encore progressé de 5,6 % au premier trimestre et de plus de 20 % sur un an, soit un prix moyen au mètre carré de 7.780 euros. Le 1er, 4e, 6e et 7e arrondissements affichent des valeurs supérieures à 10.000 euros le m². Seul le 19e s'inscrit encore en dessous de 6.000 euros. Sur l'ensemble de la région francilienne, la hausse des prix des appartements anciens est moins marquée, mais atteint toutefois 16,5 % sur un an, portant le prix du m² à 5.290 euros à la suite d'une nouvelle progression de 4,2 % en trois mois.
Une accélération des prix qui selon les notaires ne va pas ralentir avant l'été. L'étude des promesses de ventes permettent aux notaires d'affirmer qu'à Paris, le cap des 8.000 euros devrait bien être franchi dans le courant du 2e trimestre.

Vers un marché progressivement plus équilibré

Pour autant, les notaires prévoient une accalmie au cours du second semestre 2011, tout en restant très prudents dans leurs prévisions. Ils rappellent « combien les perspective du marché incertaine et la dynamique actuelle du marché fragile »
Néanmoins, la baisse des ventes relevée au cours des premiers mois de l'année atteste d'un possible essoufflement des candidats à la propriété. Ils sont de moins en moins nombreux à pouvoir accepter le niveau des prix. Le marché est de plus en plus tendu et sera durant les prochain mois suspendu aux conditions d'emprunt, aujourd'hui encore attractives. Mais peut-être plus pour longtemps, une forte poussée des taux aura pour effet de rendre insolvables de nombreux candidats potentiels. Faute d'acheteurs, les vendeurs n'auront plus d'autre choix que de baisser leur prix. Mais seront-ils prêts à accepter un tel sacrifice ou préféreront-ils différer la vente ? Seul l'avenir le dira. Les notaires n'attendent pas de ralentissement sur les prix avant l'été. Pour le moment, la fièvre immobilière parisienne continue !

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Prix immobilier : le calme après la tempête ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.