1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. L'Italie dans le collimateur des spéculateurs

L'Italie dans le collimateur des spéculateurs

11/07/2011 - 17:46 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




L'Italie dans le collimateur des spéculateurs

Alors que le FMI a débloqué vendredi 3,2 Milliards d'euros pour la dette grecque, les experts des CM-CIC et Aurel BGC s'interrogent sur le risque de contagion qui menace les pays périphériques, comme l'Italie. Car les signaux émanant de ce pays laissent présager une situation semblable à celle de la Grèce : sa dette atteint 120% de son PIB, et les grandes banques italiennes comme UniCredit ou Intesa SanPaolo suscitent en bourse une défiance croissante. Paolo Bonaiuti, secrétaire d'Etat du gouvernement Berlusconi reporte la faute sur les « spéculateurs ».

Dans la tourmente

En raison de la tournure prise par la crise grecque, les ministres européens des finances se réunissent aujourd'hui à Bruxelles. Selon les économistes de CM-CIC, « les inquiétudes liées à un éventuel départ du [ministre italien des finances] ont conduit le Président du Conseil Européen Van Rompuy à convoquer une réunion exceptionnelle avec le Président de la BCE, le Président du l'Eurogroupe et le Commissaire Européen aux Affaires Economiques et Monétaires, en amont de l'Eurogroupe. Les négociations vont toujours avoir pour objectif de trouver une méthodologie pour réduire le fardeau de la dette afin que le programme de réduction des déficits ne soit pas totalement absorbé par le paiement des intérêts de la dette. »
A l'horizon, c'est la crainte (avouée) d'un défaut de paiement de l'Italie qui se profile.

Des marchés financiers italiens en mauvaise posture

Car les experts de CM-CIC le soulignent : « l'indice italien (FTSE MIB) est particulièrement sous pression (-10% en une semaine, NDLR) en raison de tensions supposées entre le Premier Ministre et le Ministre des Finances, ce dernier occupant le rôle de caution auprès de la communauté financière. »
S'ajoute à cela une chute des grandes banques italiennes, UniCredit et Banca Intesa SanPaolo, de respectivement 6% et 7% ce soir : les niveaux atteints n'avaient pas été aussi bas depuis avril 2009, lorsque les marchés se relevaient à peine de la crise causée par l'effondrement de Lehman Brothers.

Le jeu trouble des spéculateurs

Dans ces conditions, l'instance régulatrice des marchés italiens, Consob, a ordonné aux vendeurs à découvert de se signaler lorsque qu'ils atteignaient 0,2% du capital d'une compagnie, et ce jusqu'au 9 septembre. En parallèle, les législateurs européens se sont accordés à bannir la vente à découvert des titres gouvernementaux dans l'Union Européenne, si les traders n'ont pas auparavant « identifié et réservé » les obligations qu'ils comptent vendre. On comprend alors mieux pourquoi Paolo Bonaiuti porte le blâme sur les « spéculateurs », dont l'action est perçue comme hostile envers l'Italie. Autant de signes qui n'échappent pas aux investisseurs.

La zone euro en danger

« Les investisseurs pourraient délaisser les titres italiens, anticipant un prochain défaut du pays », s'inquiètent les économistes d'Aurel Bgc. Et lorsqu'on prête attention aux rumeurs de marché qui courent sur le sujet, on ne peut que donner du crédit à cette hypothèse : Die Welt a révélé que la Banque Centrale Européenne chercherait à dégager plus de fonds pour apporter une aide à l'Italie. Le fonds de sauvetage devrait être doublé pour atteindre 1,5 Milliard d'euros pour prévenir une crise en Italie.
Ainsi, les spécialistes de CM-CIC en sont convaincus, alors que la contagion gagne, « un sentiment d'urgence s'installe, et les délais mis pour trouver le moyen et les modalités de la participation des créanciers privés dans le cadre du refinancement de la Grèce pénalisent de manière croissante l'ensemble des pays périphériques. »

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "L'Italie dans le collimateur des spéculateurs" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit