1. Bourse & Sicav
  2. Les gérants au crible
  3. Crise de la dette : la fièvre se propage en zone euro

Crise de la dette : la fièvre se propage en zone euro

12/07/2011 - 18:59 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Crise de la dette : la fièvre se propage en zone euro

L'Europe est un grand corps malade, gagné par une fièvre de plus en plus virulente et contagieuse. Après la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l'Espagne, c'est au tour de l'Italie de se retrouver dans le collimateur des marchés financiers. Et la crise de la zone euro de franchir un nouveau palier.

L'enveniment de la crise de la zone euro ne constitue pas une surprise. Quelques trop rares gestionnaires comme Emeric Challier d'AFIM OFP tiraient depuis un certain temps la sonnette d'alarme, annonçant que l'Italie pourrait bien se retrouver sous le feu des investisseurs et qu'elle constituerait une proie facile en raison de son niveau d'endettement  (120 % du PIB), de sa sensibilité aux taux d'intérêt et des doutes que suscitent sa faible croissance.

L'Italie n'est pas la Grèce


Pourtant, l'Italie ne saurait être comparée à la Grèce. Certes, le poids de la dette italienne est préoccupant mais selon Alexandra Estiot, senior économiste chez BNP Paribas, il s'agit bien de son « seul et unique problème. L'Italie dégage un excédent primaire (NDLR : solde primaire = différence entre les recettes de l'Etat et ses dépenses, hors service de la dette.) et n'a pas creusé, contrairement à la plus grande partie des pays développés, ses déficits pendant la crise. Si l'Italie se retrouve avec un déficit budgétaire, c'est parce que les intérêts de sa dette lui coûtent cher. »

En tout état de cause, l'Etat italien, n'a pas été le moins vertueux ces dernières années. « Il a notamment, cas assez unique parmi les pays développés, mis en place une réforme des retraites intégrant une diminution des dépenses liées au vieillissement de la population », rappelle Alexandra Estiot.

...mais, elle n'est pas non plus l'Allemagne


L'Italie, placée fin mai sous surveillance négative par les agences de notation Standard & Poor's et Moody's, n'a d'ailleurs pas dérogé à ses bonnes pratiques budgétaires en lançant un nouveau plan d'austérité de 40 Mds d'euros, dont le montant aurait dû rassurer.

Las ! L'application de ce programme de consolidation budgétaire qui doit encore être adopté par le parlement italien et prévoit entre autres le gel des salaires et des embauches dans la fonction publique, le report de certains départs en retraite , une baisse des transferts vers les collectivités locales, une diminution de 10% des budgets ministériels ainsi qu'une hausse de la TVA, est sujette à caution, le gouvernement de Silvio Berlusconi ne comptant mettre en œuvre une bonne part des mesures annoncées qu'en 2013. Les tensions apparues entre Silvio Berlusconi et son ministre des Finances Giulio Tremonti, respecté pour son travail mais impliqué dans une affaire de corruption, ne font qu'ajouter à la confusion et à l'incertitude.

Une incertitude qu'Angela Merkel a tenté de lever, en passant lundi 11 juillet un coup de fil à Silvio Berlusconi, afin de l'exhorter à faire voter au plus vite par le parlement italien le plan annoncé. Aux yeux de certains, la chancelière allemande a sans doute, encore une fois, mis de l'huile sur le feu, en mettant indirectement en exergue le caractère d'urgence de la situation.

Agences de notation : les thermomètres pyromanes ?


L'attitude des agences de notation est également stigmatisée. Critiquées pour leur incapacité à anticiper la crise financière, elles s'évertuent aujourd'hui à ne pas être prises en défaut. Quitte à exagérer les risques qu'elles mettent en avant. « Standard & Poor's a dégradé deux fois en dix jours la dette à long terme du Portugal », souligne l'économiste de BNP Paribas Alexandra Estiot. « Je ne crois pas qu'en dix jours les fondamentaux du Portugal aient pu changer au point de justifier une telle mesure. »

Comment sortir de l'impasse ?


Tout a commencé avec la Grèce. Et tout doit finir avec elle. Le plan de sauvetage entré en vigueur après l'adoption par le parlement grec de nouvelles mesures d'austérité n'est de l'avis de beaucoup qu'une manœuvre dilatoire visant à repousser le traitement des problèmes à plus tard, la Grèce restant pour l'heure fondamentalement insolvable. Cette incapacité des Européens à donner des gages quant à une réelle sortie de crise de la Grèce, fut-ce à moyen terme, entache la crédibilité de l'Europe aux yeux des marchés. Une crédibilité qu'elle ne peut reconquérir que d'une manière, à en croire les experts d'Aurel BGC. Pour qu'un terme soit mis à la crise « les Européens doivent proposer un plan ne débouchant pas sur une situation de défaut », écrivent ils dans leur note du 12 juillet. Autrement dit, pour calmer les marchés, il faut garantir que les opérateurs privés (les banques) ne subiront pas de pertes.

Alexandra Estiot ne dit pas autre chose : «Le problème est celui de la contagion. Il faut donc arrêter en premier lieu la crise grecque. Il faut rapidement mettre en place un plan pour la Grèce, étalé dans le temps, une décennie sans doute, et sans implication du secteur privé car le risque systémique est trop grand. L'unique solution consiste à faire passer la dette grecque dans des mains publiques. Si l'on souhaite que la zone euro continue à exister, il n'y a pas d'autre issue. Les politiques doivent avoir le courage de dire aux contribuables qu'ils doivent payer. »

Décidément, la partie n'est pas gagnée.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Crise de la dette : la fièvre se propage en zone euro " :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit