1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Asie Pacifique : l'alternative aux difficultés de l'Occident ?

Asie Pacifique : l'alternative aux difficultés de l'Occident ?

13/07/2011 - 16:47 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Asie Pacifique : l'alternative aux difficultés de l'Occident ?

John Ford, directeur des investissements en Asie Pacifique de Fidelity International, met en avant les preuves de la bonne santé de l'économie asiatique. Si certains risques pointent à l'horizon, la situation est malgré tout propice à l'investissement, dans des pays où la dette publique n'est pas un sujet d'inquiétude, contrairement à l'Europe et aux Etats-Unis.

Pour John Ford, Directeur des investissements en Asie pacifique de Fidelity International, « Les économies d'Asie Pacifique sont toujours relativement attrayantes mais les investisseurs doivent être attentifs aux tensions inflationnistes dans la région, au resserrement des politiques monétaires et aux problèmes de dette de l'Europe ».

De bonnes perspectives pour les marchés Actions asiatiques

Le spécialiste de l'Asie se déclare « optimiste quant aux perspectives des marchés actions asiatiques au second semestre 2011, en raison notamment de la croissance généralisée et soutenue de nombreuses économies en 2010. La consommation et les revenus sont en hausse et les entreprises affichent des fondamentaux robustes. Mais la région est aussi le théâtre de plusieurs tendances défavorables, en particulier l'inflation et le ralentissement économique induit par les politiques de durcissement monétaire. Confrontées à la flambée des coûts de production et des prix de l'énergie et des matières premières, sur fond de boom de la consommation et de transformations structurelles dans les grandes économies de la région, les autorités vont devoir faire en sorte que les tensions inflationnistes n'éclipsent pas les perspectives de croissance », estime John Ford.

Des risques à surveiller de près

« Les investisseurs doivent également surveiller plusieurs facteurs extérieurs, comme l'aggravation de la crise de la dette souveraine en Europe. On ne peut pas non plus exclure la possibilité d'un choc pétrolier au Moyen-Orient, compte tenu des troubles politiques persistants en Libye et en Syrie. Couplés aux inquiétudes entourant la croissance américaine et la situation au Japon, ces facteurs incitent déjà les investisseurs à une certaine prudence envers l'Asie », observe M. Ford. « Depuis le début de l'année, les rotations du marché se sont opérées relativement lentement, ce qui suggère un manque de conviction à la fois dans son potentiel haussier et baissier. D'autre part, la volatilité et l'aversion pour le risque pèsent aussi sur le marché des introductions en Bourse, dont les performances sont peu brillantes ».

La Chine résiste toujours

Pour John Ford, « le ralentissement de la croissance chinoise aura probablement un impact sur de nombreuses sociétés asiatiques, de plus en plus tributaires de la consommation de l'Empire du Milieu ». En revanche, remarque-t-il, « la croissance des bénéfices chinois résiste bien et rend les valorisations plus intéressantes. La Chine reste un marché très attrayant, avec un PER de 11 et une croissance du bénéfice par action de 20 % ». « La politique monétaire de la Chine va jouer un rôle déterminant pour les marchés asiatiques dans les six prochains mois. Si les autorités chinoises mettent fin à leur cycle de resserrement, les actions de la région devraient repartir ».
John Ford approuve les mesures prises par la Chine. « La Banque centrale dispose d'outils et de moyens suffisants pour instaurer les bonnes mesures, à la fois sur les plans monétaire et budgétaire », estime-t-il.

Des investissements favorables à la Corée du Sud et à Taïwan

« Les premiers bénéficiaires d'investissements en Asie sont la Corée du Sud et Taïwan. En juin, Taïwan a enregistré plus de flux de fonds que tous les autres pays de la région, les investisseurs saluant l'embellie des relations avec la Chine. L'économie sud-coréenne devrait rester très dynamique et continuer à tirer la croissance mondiale ».
« Aujourd'hui, la Corée du Sud constitue un marché intéressant et attractif. Cette année encore, les entreprises sud-coréennes devraient publier des bénéfices record proches de 90 000 milliards de wons, soit presque le double des bénéfices moyens des sociétés non financières entre 2004 et 2007 ». « Ce n'est pas seulement la taille, mais aussi la qualité des résultats qui s'améliore. Les constructeurs automobiles de Corée du Sud affichent toujours un taux d'utilisation des capacités de plus de 100 %, alors que celui des constructeurs japonais a dégringolé après le séisme, passant de plus de 85 % à 35 %. Les constructeurs américains connaissent également une baisse de l'utilisation de leurs capacités depuis peu ». « Par conséquent, la part de marché des constructeurs automobiles sud-coréens aux États-Unis dépasse les 10 % et devrait poursuivre sa tendance haussière ».

L'impact des politiques monétaires américaines sur l'Asie

John Ford ne s'attend pas à ce que les États-Unis instaurent un troisième plan d'assouplissement quantitatif après la fin des dernières initiatives en juin. Pour lui, « même s'il faut garder à l'esprit le niveau de confiance des marchés, c'est-à-dire leur appétit ou leur aversion pour le risque, la sélection des valeurs reste la pierre angulaire de la politique d'investissement de Fidelity ».

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Asie Pacifique : l'alternative aux difficultés de l'Occident ? " :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
-

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.

Retrouvez sur Sicavonline

A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit