1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Sommet de Bruxelles : vers un défaut partiel de la Grèce ?

Sommet de Bruxelles : vers un défaut partiel de la Grèce ?

21/07/2011 - 18:12 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Sommet de Bruxelles : vers un défaut partiel de la Grèce ?

Alors que les dirigeants européens sont toujours en négociations sur les modalités du sauvetage de la Grèce, des informations filtrent du sommet, qui sont de nature à rassurer les investisseurs. L'idée d'un défaut partiel semble maintenant envisagée, contrairement à une taxe bancaire.

Il semble que la réunion entre Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et Jean-Claude Trichet de mercredi ait porté ses fruits. En effet, compte tenu des déclarations disparates des diplomates présents au Sommet de Bruxelles, le consensus approche vraisemblablement.

Un défaut de paiement partiel ?

Certes, les détails ne sont pas parvenus aux journalistes, mais le principe d'un défaut partiel de la Grèce a fait son chemin, et, semble-t-il, est l'un des premiers éléments du consensus qui doit ressortir de cette réunion : « Ce ne sera pas clairement dit mais ce sera induit par les mesures qui seront présentées dans la déclaration finale", a expliqué à Reuters une source suivant les négociations.
De même, le ministre néerlandais des finances, Jan Keer, a indiqué : « La demande visant à éviter un défaut sélectif n'est plus sur la table. Nous pouvons poursuivre sur la voie d'un plan bancaire, qui reste confidentiel. »

La réforme du FESF

Des modifications aux statuts du FESF, devant par la suite être ratifiées par tous les pays de la Zone Euro, sont également à l'ordre du jour. Il aurait la possibilité d'accorder à des pays en difficulté des prêts sur 15 ans à des taux avantageux, autour de 3,5%, le tout conformément aux récentes recommandations de Christine Lagarde, numéro 1 du FMI.

L'abandon de la taxe bancaire

Enfin, le dernier point qui semble pouvoir faire l'objet d'un accord entre tous les participants au Sommet de Bruxelles est l'abandon de l'idée d'une taxe imposée aux banques européennes, jugé inique dans la mesure où toutes ne sont pas exposées à la Grèce.
En revanche, les banques pourraient tout de même être mises à contribution dans le cadre d'un rachat partiel de la dette grecque avec réduction de la valeur faciale des coupons, rachat assorti d'une aide à hauteur de 115 d'euros, contre 110 milliards pour le dernier plan.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Sommet de Bruxelles : vers un défaut partiel de la Grèce ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
-

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit