1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. La France à l'abri d'une « bulle » immobilière

La France à l'abri d'une « bulle » immobilière

26/07/2011 - 14:00 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




La France à l'abri d'une « bulle » immobilière

Cafpi soutient depuis plusieurs mois que la France est à l'abri d'une bulle immobilière, affirmant qu'en France « l'achat immobilier est la plupart du temps motivé par le besoin et non par des intentions spéculatives. » La société de courtage confirme son analyse du marché après la publication par l'Insee d'une étude intitulée « les prix immobiliers en France : une évolution singulière ». Explications du courtier.

Intitulée « les prix immobiliers en France : une évolution singulière », la dernière étude de l'Insee démontre selon le courtier en prêts immobiliers Cafpi « que la France semble, malgré la forte reprise des transactions et des prix, à l'abri d'une bulle immobilière. »

Le marché immobilier français n'est ni spéculatif ni fragilisé par l'endettement des ménages

Le marché immobilier français ne peut en aucun cas être comparé à ceux d'autres pays développés ayant connu une grave crise immobilière après la forte montée de prix durant les années 2000. Certes l'hexagone a également connu une baisse des prix en 2008 mais comme le fait remarquer Cafpi « ce mouvement est resté très modéré » et « de courte durée »

Une situation singulière que Cafpi attribue aux « spécificités du marché français et notamment à des modalités de financement non seulement attractives, mais également protectrices pour les ménages ».

En France, les crédits à taux variable connaissent un faible développement (moins de 10% des crédits immobilier) et l'emprunteur est protégé : les taux variables sont souvent capés. Autrement dit, ils ne peuvent pas dépasser un certain plafond défini dès la signature du contrat. De plus, la loi offre une protection importante contre la saisie des biens immobiliers.

Au contraire, dans les pays tels que les Etats-Unis, les crédits à taux variable ont été très utilisés par les emprunteurs, entrainant ainsi le surendettement brutal de bon nombre de familles lors de la hausse des taux. La demande avait alors disparu et l'offre devenait surabondante du fait des saisies en chaîne. La bulle immobilière a explosé, les prix se sont effondrés après avoir connu de fortes hausses entre 2000 et 2007.

La hausse des prix des logements est due à la pénurie

La France semble donc à l'abri d'un tel scénario car pour Cafpi « la hausse des prix [immobiliers en France] n'est pas due à la spéculation, mais au manque de biens disponibles sur le marché. » « A l'heure actuelle, la majorité des biens immobiliers sont détenus par le privé et pour près de 80% au titre de la résidence principale, alors que ce n'était pas le cas dans les années 90. La baisse du pourcentage des investisseurs professionnels et institutionnels réduit d'autant les risques d'un fort retour de l'offre, et donc de l'éclatement d'une bulle immobilière comme ce fut le cas à l'époque », précise Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi.

Sur les marchés tendus, Paris et les centres-villes de province, la hausse des prix s'explique principalement par un manque de logements disponibles et un niveau de construction insuffisant. Conjugués à une demande constamment en hausse, les prix ne peuvent que continuer leur progression.

Une capacité d'endettement préservée par des conditions de crédit favorables

Pour auntant, l'étude de l'institut indique que la capacité d'endettement des ménages ne s'est pas significativement dégradée pendant la crise et a même été quelque peu accrue par la baisse des taux d'intérêt. Et malgré la remontée des taux depuis la fin 2010« Les conditions financières offertes aux ménages (taux d'intérêt sur les crédits, durée d'endettement) leur ont permis de s'adapter à la hausse des prix », indique Philippe Taboret. En avril 2011, le directeur général adjoint du courtier notait que la hausse restait sans grande incidence sur la capacité d'emprunt des acquéreurs, d'autant que les taux fixes se situaient à peine à des niveaux supérieurs à ceux du début de l'année 2010. Et l'accalmie enregistrée depuis mai conforte encore cette position alors que c'est plutôt la stabilité qui l'emporte sur les taux.

Des banques sélectives dans l'octroi des prêts immobiliers

Comme l'a déjà analysé Cafpi, « les banques se préparent à affronter Bâle III, un dispositif qui vise à renforcer la sécurité du système bancaire à l'échelon mondial et qui impose une meilleure prise en compte du risque dans l'octroi des crédits, soit par un durcissement des critères, soit par un renforcement des fonds propres »< ce qui permet au marché d'échapper aux déséquilibres dont d'autres pays ont été les victimes. Les banques françaises sont relativement sélectives dans l'octroi de prêts aux ménages ce qui leur permet de réaliser des prêts peu risqués qui s'avèrent donc rentables.

Des achats immobiliers majoritairement motivés par un besoin

De multiples facteurs qui permettent d'affirmer selon Cafpi que « le marché immobilier français reste sain et que, pour l'heure, les conditions d'une bulle immobilière sont loin d'être réunies. » D'autant qu'en France, l'achat immobilier est la plupart du temps motivé par le besoin et non par des intentions spéculatives. « Devenir propriétaire est un choix de vie avant d'être une équation mathématique » rappelle Philippe Taboret.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "La France à l'abri d'une « bulle » immobilière" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
-

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.