1. Accueil
  2. >
  3. Bourse & Sicav
  4. >
  5. L'économie pour investir
  6. >
  7. L'été 2011 sur les marchés : panique passagère ou marasme durable ?

L'été 2011 sur les marchés : panique passagère ou marasme durable ?

26/08/2011 - 13:05 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




L'été 2011 sur les marchés : panique passagère ou marasme  durable ?

J. Ninet, du Centre de Recherche UFG-FLP, et P. Mimran, directeur des gestions Valeurs Mobilières LFP, éclairent le krach boursier de l'été 2011. La panique financière est le fait d'un mélange de faits avérés (crise de la dette en zone euro, ralentissement économique global) et de rumeurs auto-réalisatrices (agences de notation, faillite des banques). Alors que les marchés sont en proie à la schizophrénie, réclamant à la fois croissance et désendettement, les experts tentent de savoir si l'été 2011 est une chute sans conséquences au long terme, ou le début d'un marasme économique généralisé.

La conjoncture déprimante dérègle les marchés

Entre le 18 février et le 9 août 2011, les marchés boursiers ont perdu 30%, à la suite d'une succession de baisses violentes, suivies de timides rebonds. Pour Jacques Ninet, du centre de recherche UFG-LFP, « c'est indiscutablement l'accumulation d'évènements touchant à la fois aux problèmes d'endettement public et aux perspectives de croissance qui a eu raison de la résistance des marchés. »
D'une part, « l'accumulation de chiffres macroéconomiques inquiétants se poursuit, » souligne Philippe Mimran. « Les derniers en date, ventes de maisons existantes et surtout indice de la Fed de Philadelphie, ont été de vrais chocs pour les marchés. Les révisions des prévisions de croissance des économistes continuent et le marché commence à prendre en compte un réel risque de récession, le fameux double dip. L'ajustement des marchés se poursuit donc et il semble probable que cet ajustement perdure à la rentrée, » prévoit le directeur des gestions Valeurs Mobilières LFP.

D'autre part, un stress sur les dettes souveraines s'est ajouté à ces inquiétudes sur la croissance. Les agences de notation ont dégradé de nombreux pays européens, et, cerise sur le gâteau, le AAA des Etats-Unis a été transformé en AA par l'agence S&P. Ces incertitudes ont littéralement affolé les marchés financiers au cours des derniers mois.
Enfin, même si selon Philippe Mimran, la BCE a mis en place « des instruments de refinancement efficaces » pour les banques, ces dernières semblent de plus en plus réticentes à se prêter de l'argent entre elles, étant donné les attaques dont leurs titres ont fait l'objet durant certaines séances noires - l'exemple le plus frappant est la Société Générale, qui a perdu environ 40% depuis février 2011.
De tels mouvements, s'ils se poursuivent, ne sont pas pour favoriser le marché interbancaire et le crédit.

Le règne de la rumeur

Si des faits bien avérés sont en partie responsables du récent chaos financier, le rôle des rumeurs est également pointé du doigt par Jacques Ninet. « Lorsque les croyances dominent, parce que les faits sont par trop contradictoires et/ou les scénarios trop indécis, le risque de versatilité augmente dangereusement, » explique-t-il.
Et de fait, les rumeurs ont été légion au cours de l'été, depuis celle évoquant la dégradation de la note de la France par les agences de notation, jusqu'à d'autres pariant sur la faillite de la Société Générale ou de telle autre de ses homologues européennes, en passant par la démission du ministre italien des finances, Giulio Tremonti.
Jacques Ninet décrie la suprématie des agences de notation sur l'opinion des marchés : « Le problème des agences est leur structure oligopolistique qui supprime la diversité d'opinions et confère à celles qu'elles émettent une capacité auto-réalisatrice considérable. »
Quoi qu'il en soit, une telle prolifération de bruits de marché est révélatrice d'une chose : face à l'accumulation des mauvaises nouvelles et des signes évidents de l'incapacité des politiques à entreprendre les réformes de fond réclamées par les spécialistes, la confiance a chuté sur les places financières . « Cette vision de la macro-économie, des difficultés politiques structurelles de la zone Euro et du comportement des marchés est désormais largement consensuelle, avec le risque qui en découle d'auto-réalisation d'une récession, » estime le directeur des gestions Valeurs Mobilières LFP, Philippe Mimran.

Ne pas céder au pessimisme excessif

« Toutefois, face à ce pessimisme ambiant, où l'unique argument du faible niveau de valorisation des actions ne peut servir de soutien face à une perte globale de confiance, il nous semble nécessaire de faire attention de ne pas tomber dans un pessimisme excessif, » martèle ce dernier.

En effet, certains « faits pourraient bien venir contredire les prévisions récessionnistes, » selon lui.
Si l'atterrissage de la Chine « est réussi, il permettra une amplification de la baisse des prix du pétrole, qui sera bien utile au rebond des économies développées. »
Par ailleurs, P. Mimran affirme qu'en Chine, « une croissance de 8 à 10 % est suffisante pour maintenir un niveau d'activité significatif des sociétés exportatrices allemandes et américaines. »

Malgré tout, il s'agit de rester lucide : « la réalité est qu'il va falloir s'habituer à une croissance naturelle durablement plus faible aux Etats-Unis et en Europe dans un environnement de surendettement des Etats ; c'est déjà beaucoup à supporter dans des économies où le taux de chômage est supérieur à 10 %, » affirme Philippe Mimran.
Un danger est donc à éviter : la paralysie de l'économie par l'autoréalisation de la prophétie de la récession et de la crise financière durable.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "L'été 2011 sur les marchés : panique passagère ou marasme durable ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Assurance vie Futura Vie Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 237 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 3 900 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

Souscription sicavonline

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

Contacter Sicavonline

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)