1. Bourse & Sicav
  2. Les gérants au crible
  3. Eviter la déflation : la mission des banques centrales (Oddo Securities)

Eviter la déflation : la mission des banques centrales (Oddo Securities)

15/09/2011 - 10:53 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Eviter la déflation : la mission des banques centrales (Oddo Securities)

Dans la mesure où les responsables politiques ne font pas face de manière efficace aux difficultés connues par l'économie mondiale, les banques centrales portent à bout de bras le système. Pour elles, une seule mission, selon Bruno Cavalier, directeur de la recherche économique chez Oddo Securities : éviter la déflation, c'est-à-dire ne pas entrer dans un scénario à la japonaise.

La défection des politiques

Ce ne sont pas les politiques qui ont réagi en premier aux secousses de l'été, mais les banques centrales : « La Fed a prolongé la politique de taux zéro pour deux ans et va certainement continuer de charger son bilan en titres longs (en vendant des titres courts). Dans la plupart des pays émergents, les cycles de resserrement monétaire ont été suspendus, le Brésil opérant un virage à 180° en baissant ses taux. Le repli probable des taux d'inflation va ouvrir la voie à d'autres assouplissements, » anticipe Bruno Cavalier, directeur de la recherche économique d'Oddo Securities.

Ce dernier blâme l'inaction et les atermoiements des dirigeants politiques, et réaffirme le caractère incontournable des banques centrales : « Cet été, la BCE a sauvé l'Europe alors que les politiciens étaient en vacances. »

Le Japon : un marasme prolongé

« En décalant l'échelle du temps d'une quinzaine d'années, il est tentant et facile d'établir des parallèles entre la situation du Japon et celle des pays développés. Dans les deux cas, on se trouve dans une situation d'après-bulle et l'on tente de mesurer l'ampleur des dégâts, » note Bruno Cavalier, avant de préciser que « ces comparaisons sont cauchemardesques. Qu'il suffise de rappeler que le Nikkei approchait des 40.000 points en 1989 (moins de 9.000 aujourd'hui) et que les prix du foncier sont en repli ininterrompu depuis plus de vingt ans. »

Par ailleurs, le directeur de la recherche économique rappelle que « tout a semble-t-il été tenté - mais en vain - pour relancer la machine économique japonaise : politique de taux zéro, injections de liquidité, plans de relance. »

Selon l'expert économique d'Oddo Securities, ce n'est pas les mesures prises qui sont mauvaises, mais leur timing : « L'État n'a injecté du capital dans les banques qu'en 1998, près de dix ans après l'éclatement des bulles. Finalement, l'économie est tombée en régime de déflation, autrement dit dans une situation qui auto-entretient le marasme. »

Le spectre de la déflation


Le cas japonais est riche d'au moins un enseignement : la déflation est la situation à éviter, et tout doit être fait en ce sens : « Dans une situation de déflation, l'incitation donnée aux agents économiques est de différer leurs dépenses en attendant la baisse des prix. La faiblesse de la consommation et de l'investissement domestique se voit dans la position des comptes extérieurs. Le Japon a continué d'accumuler les excédents avec, à la clé une appréciation de la devise, ce qui en retour réduit l'inflation importée, etc. Le cas du Japon - et, plus avant dans l'histoire, la Grande Dépression des années 30 - montrent qu'il est extrêmement ardu de sortir de cette spirale, » explique Bruno Cavalier.

Selon ce dernier, un seul et unique moyen de se prémunir à temps contre le risque de déflation : les mesures d'assouplissement quantitatif (quantitative easing) mises en place par les banques centrales.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Eviter la déflation : la mission des banques centrales (Oddo Securities)" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit