1. Assurance vie
  2. Actualité Assurance-vie
  3. Contrats d'assurance-vie : faut-il délaisser les fonds en euros ?

Contrats d'assurance-vie : faut-il délaisser les fonds en euros ?

06/10/2011 - 17:30 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Contrats d'assurance-vie : faut-il délaisser les fonds en euros ?

Crise de la dette souveraine, hausse de la pression fiscale, baisse de rentabilité, inflation... plusieurs menaces planent sur les contrats d'assurance-vie en euros. Les épargnants de plus en plus inquiets délaissent d'ailleurs, depuis le début de l'année, ce placement pourtant habituellement si cher à leurs yeux. Faut-il réellement craindre pour l'avenir de l'assurance-vie et de ses fonds en euros ?

L'assurance-vie épargnée par les augmentations d'impôts

Le gouvernement a d'ores et déjà préparé son budget pour 2012. Avant que ce projet soit examiné et sans doute corrigé par les parlementaires, le ministre de l'Economie François Baroin a fait savoir, d'après la revue l'argus de l'assurance, que les contrats d'assurance-vie ne seraient pas concernés par les augmentations d'impôts, principale source de financement du Budget 2012.
Autrement dit, le gouvernement n'envisage pas d'augmenter la fiscalité pesant sur les contrats d'assurance-vie. Ce placement subit toutefois comme tous les autres produits d'épargne, non exonérés, la hausse de 1,2 % au titre des prélèvements sociaux. Tous les revenus tirés des placements sont désormais assujettis au taux de 13,5 %. Son principal rival, le livret A reste pour sa part à l'abri de toute imposition.

L'assurance-vie en euros ne fait plus recette auprès des épargnants

Contrairement au livret A, de plus en plus plébiscité, l'assurance-vie en euros ne fait plus recette auprès des particuliers. Les épargnants conscients des avantages fiscaux que peut procurer ce produit aux multiples facettes ont commencé à délaisser les fonds et contrats en euros pour réorienter une partie de leur épargne sur les unités de compte et le livret A.
La crise financière de cet été a toutefois porté un coup d'arrêt à ce nouvel attrait pour les unités de compte des contrats d'assurance-vie qui représentent aujourd'hui 15 % des montants versés sur les contrats. Pourtant les unités de compte permettent de diversifier ses placements, outre les actions il est possible d'investir sur les obligations, mais aussi des actifs monétaire et immobiliers.
Résultat : en août, les sommes versées sur l'assurance-vie diminuent et celles retirées augmentent, la collecte nette ne s'est chiffrée qu'à 0,1 MdE contre 4,5 MdsE au mois de janvier dernier.
Depuis le début de l'année, la collecte nette s'établit à 21,0 MdsE à fin août 2011, en forte baisse (- 50 %) par rapport à celle de l'année 2010 sur la même période. L'encours des contrats d'assurance-vie, encore en progression de 5 % sur un an, accuse une baisse entre le mois de juillet et le mois d'août passant de 1.379 MdsE à 1.373,1 MdsE.

Pourquoi les épargnants se détournent-ils des contrats d'assurance-vie et des fonds en euros ?

De nombreuses raisons sont à l'origine de la désaffection des épargnants pour les fonds en euros des contrats d'assurance-vie. La première est sans aucun doute l'effritement de leur rentabilité, avec en moyenne 3 % de rendement hors inflation, le placement est beaucoup moins attrayant qu'auparavant mais aussi moins fiable. En effet, les contrats d'assurance-vie et les fonds en euros ont pendant longtemps été synonymes de sécurité et de liquidité. Pourtant, aujourd'hui les épargnants craignent pour leurs économies. Ce placement majoritairement investis en obligations, dont environ un tiers en obligation d'Etat, les ménages craignent que les effets de la crise de la dette souveraine ne fragilisent encore un peu plus les fonds euros.

Les fonds en euros des contrats d'assurance-vie sont-ils réellement menacés ?

Reste à savoir si ces craintes sont fondées. Les sommes versées sur les contrats d'assurance-vie et les fonds en euros et les intérêts acquis depuis l'origine du contrat sont en principe garantis. Toutefois, si la collecte auprès des investisseurs se transforme en décollecte, que les assureurs enregistrent des moins-values latentes significatives dans leurs portefeuilles, et que les marchés financiers commencent à appliquer une prime de risque sur les obligations d'Etat AAA, le bilan des compagnies d'assurance sera en péril. Dans pareil cas, une disposition du code des assurances stipule que pour préserver l'épargne il est possible de suspendre les rachats. En somme, les fonds en euros qui ont été des actifs liquides, sans risque et performants grâce à leur forte proportion d'obligations d'Etat vont être beaucoup moins performants, beaucoup plus risqués et peuvent du jour au lendemain devenir illiquides.

Pour éviter d'en arriver là, il est indispensable de ne pas tout miser les fonds en euros des contrats d'assurance-vie et donc de diversifier son épargne et son patrimoine. Cette diversification peut être obtenue grâce à la détention d'actifs réels comme l'immobilier ou les actions mais aussi par le biais des contrats d'assurance-vie en unités de compte. Elle permet de sécuriser ses investissements et de compenser, le cas échéant, la mauvaise performance de certains actifs.
Enfin, il faut également garder à l'esprit que le contrat d'assurance-vie multisupports constitue un outil indispensable pour optimiser la gestion de son patrimoine et reste un instrument performant de transmission du patrimoine bénéficiant d'un cadre fiscal avantageux.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline Partenaires font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



SCPI à crédit : Constituez-vous un patrimoine immobilier avec un faible capital de départ

Les taux d'intérêt sont historiquement bas. Profitez-en pour investir dans l'immobilier et financez une partie de votre crédit grâce aux revenus potentiels de la SCPI1.

1Le souscripteur ne doit pas tenir compte exclusivement des revenus provenant de la SCPI, compte tenu de leur caractère aléatoire, pour faire face à ses obligations de remboursement.


A lire autour du sujet "Contrats d'assurance-vie : faut-il délaisser les fonds en euros ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+11.3%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 900 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 24 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit