1. Accueil
  2. >
  3. Impôts & fiscalité
  4. >
  5. Impôt sur le revenu
  6. >
  7. « Pas facile d'être riche dans un monde en crise », TNS Sofres

« Pas facile d'être riche dans un monde en crise », TNS Sofres

24/11/2011 - 18:49 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline



« Pas facile d'être riche dans un monde en crise », TNS Sofres

TNS Sofres a réalisé une enquête sur la réaction des détenteurs d'un patrimoine financier d'au moins 100.000 dollars (US) face aux crises actuelles que traversent les marchés et les économies des pays développés. Quelles sont désormais leurs priorités en matière de placements et comment envisagent-ils l'avenir pour leurs placements ? Enfin quels produits vont-ils privilégier ? L'institut de sondage a souhaité faire le point sur toutes ces questions ô combien importantes au moment où les particuliers doivent évoluer dans un contexte financier plus que chaotique.

Le titre choisi par TNS Sofres, « Pas facile d'être riche dans un monde en crise », pour illustrer son enquête sur la réaction des foyers aisés face à la crise économique et financière que traversent de nombreux pays développés, peut prêter à sourire. Pourtant, les résultats de ce sondage permettent de dresser les besoins et les inquiétudes de ceux qui ne savent plus comment placer leur épargne et préserver leur patrimoine financier. Pour réaliser ce sondage, TNS Sofres a interrogé plus de 12.000 foyers installés aux quatre coins du monde et plus précisément dans 24 pays. Ces ménages ont pour point commun de disposer d'un patrimoine financier d'au moins 100.000 USD.

L'aversion au risque grandit au fil des crises financières ?

Face aux tumultes que traversent les marchés, l'aversion au risque de cette population en principe plus réceptive que les autres aux actifs et aux placements financiers ne cesse de grandir. Sans surprise, la priorité est ainsi donnée à la sécurité et à la simplicité. « La moitié des sondés déclare déjà privilégier les produits liquides types livrets d'épargne » indique la société de sondage et six sur dix veulent garder ce cap. Trois personnes interviewées sur dix ont déjà modifié la répartition de leurs avoirs entre leurs partenaires financiers actuels, un sur trois pensent à le faire. Autre information intéressante de cette enquête, deux tiers des foyers questionnés, pensent qu'ils n'y plus de placements attrayants. Pour affiner son étude, l'institut de sondage a donc demandé pour chaque type de placement si la personne est disposée à continuer à investir, investir plus ou moins, arrêter d'investir ou à l'inverse commencer et pour finir ne pas commencer à investir.

Quels sont les placements privilégiés par les plus fortunés ?

Mis à part les comptes et livrets d'épargne, les autres placements ne reportent pas un franc succès. Ainsi 58 % disent vouloir investir autant sur les comptes et livrets d'épargne et 27 % souhaitent même placer plus d'argent sur ce type de placement. L'assurance-vie tire encore son épingle du jeu puisque 51 % des sondés ont dans l'idée d'investir autant alors que 13 % ne veulent pas commencer. Pour les autres actifs financiers, les choses se gâtent. Si les actions boursières n'ont plus la cote puisque 40 % disent ne pas vouloir commencer à investir et 21 % veulent arrêter, les titres de sociétés non cotées font encore plus peur et ne seront pas choisis par 90 % des personnes interrogées. De la même façon, 65 % rejettent l'idée de placer leur patrimoine sur des obligations, 85 % si on leur précise qu'il s'agit d'emprunt de l'Etat Français. L'immobilier d'investissement ne séduit guère plus puisque 65 % ne souhaitent pas commencer à investir dans la pierre quand 14 % seulement y songent. L'or ne brille pas plus aux yeux des épargnants puisque 80 % des sondés disent ne pas avoir envie de commencer à placer leur argent dans le précieux métal jaune.

Que feriez-vous avec 100.000 euros ?

Afin de pousser à l'extrême leur sentiment vis-à-vis de chacun de ces placements, l'institut leur a demandé ce qu'ils feraient s'ils disposaient d'une rentrée d'argent de 100.000 euros. Plus d'un tiers dépenserait cette somme pour eux-mêmes et/ou en donnerait une partie à leurs proches. Près de 50 % les investiraient dans l'immobilier ou des livrets d'épargne. Seulement 23 % penseraient aux valeurs mobilières, 4 % en feraient leur priorité. Peu finalement se tourneraient vers l'or, le vin ou encore les œuvres d'art. Enfin 26 % déclarent qu'ils feraient un don à une œuvre de charité.

Les partenaires financiers ont-ils encore la cote ?

TNS Sofres s'est également intéressé à la confiance que porte cette population aux banques. Quatre sur 10 ne leur font plus confiance et parmi eux 80 % pensent même qu'aucun placement n'est aujourd'hui attractif. Pour autant, ils n'envisagent pas particulièrement de changer de partenaires : seulement 15 % envisagent de le faire. Les autres, six sur dix, conservent une bonne image des banques en général et de leurs banques en particuliers. Presque la moitié (41 %) a pourtant le sentiment d'avoir été touchée par la crise actuelle et ils sont susceptibles de changer de partenaires : « 26 % ont déjà trouvé de nouveaux partenaires financiers, 24 % pourraient changer de banque, 30 % pourraient réduire e nombre de partenaires » note l'enquête. Un confiant sur deux touché par la crise considère qu'il existe toujours des produits attractifs et plébiscitent plus que les autres les assurance-vie, les SICAV et FCP, les obligations ou l'or.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "« Pas facile d'être riche dans un monde en crise », TNS Sofres" :




Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline




Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus


Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus


Optimisation fiscale Réduisez vos impôts jusqu'à 7 200 € dès cette année grâce aux FIP, FCPI et SCPI fiscales sélectionnés par nos experts.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

Souscription sicavonline

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

Contacter Sicavonline

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)