1. Accueil
  2. >
  3. Immobilier de placement
  4. >
  5. Investir et défiscaliser
  6. >
  7. Comment échapper à la taxe sur les logements vacants ?

Comment échapper à la taxe sur les logements vacants ?

06/12/2011 - 09:20 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline



Comment échapper à la taxe sur les logements vacants ?

Dans les villes de plus de 200.000 habitants, les propriétaires de logements non loués depuis au moins deux ans sont en principe redevables d'une taxe sur les logements vacants. Il existe toutefois de nombreux moyens d'échapper à cette taxe. Sicavonline vous livre les différentes solutions pour éviter d'avoir à régler cette imposition qui vient s'ajouter à la taxe foncière.

La taxe sur les logements vacants (TLV) est due par les propriétaires des logements vacants à usage d'habitation (non meublés) situés dans des communes de plus de 200 000 habitants dont la liste est fixée par décret. Il s'agit des communes appartenant aux huit agglomérations suivantes : Paris, Bordeaux, Lille, Toulouse, Lyon, Montpellier, Cannes-Grasse-Antibes et Nice. La taxe sur les logements vacants vise en effet uniquement les agglomérations où il existe un déséquilibre marqué entre l'offre et la demande. Sont concernés par cette taxe les propriétaires, usufruitiers, fiduciaires ou preneurs d'un bail à construction ou à réhabilitation doivent la taxe sur les logements non meublés et laissés vacants depuis au moins deux années consécutives au 1er janvier de l'année d'imposition. Sont uniquement taxés les appartements ou les maisons ayant des éléments de confort minimum (installation électrique, eau courante, équipements sanitaires,...) et vides de meubles (ou mobilier insuffisant pour en permettre l'habitation), au 1er janvier de l'année d'imposition.

Comment est calculée la taxe sur les logements vacants ?

La taxe est calculée à partir de la valeur locative de l'habitation (la même que celle retenue pour la taxe d'habitation) et le taux appliqué varie en fonction de la durée de vacance du logement : - 10 % la 1ère année où le logement est imposable ; - 12,5 % la deuxième année ; - 15 % à compter de la 3ème année. Il faut également ajouter des frais de gestion qui s'élèvent à 9 % du montant de la taxe.

Faut-il déclarer les logements vacants ?

Le contribuable n'a pas à déposer de déclaration mais reçoit une demande de renseignements préalable sur ses locaux vacants de la part du centre des finances publiques (centre des impôts ou service des impôts des particuliers). Si vous êtes redevable de cette taxe à payer, le fisc vous a en principe adressé un avis d'imposition début novembre.

Comment échapper à la taxe sur les logements vacants ?

Un logement est considéré comme vacant lorsqu'il est libre de toute occupation depuis au moins 2 années consécutives au 1er janvier de l'année d'imposition, mais une occupation supérieure à 30 jours consécutifs au cours de l'une des 2 années remet en cause la situation de vacance. Pour prouver cette occupation, il faut alors être en mesure de fournir la déclaration des revenus fonciers, des quittances d'eau, d'électricité... Partant, une résidence secondaire meublée n'est pas concernée par cette taxe, dès lors qu'elle est déjà imposée à la taxe d'habitation. Les propriétaires de logements vacants peuvent également demander un dégrèvement de la taxe si le logement ne peut être rendu habitable qu'au prix de travaux importants (l'installation ou la réfection complète du chauffage, des équipements sanitaires élémentaires..). En pratique, il s'agit des travaux dont le montant excèderait 25  % de la valeur du logement. Par ailleurs, la taxe n'est pas due en cas de vacance indépendante de la volonté du contribuable, à condition évidemment de pouvoir le prouver !

Si vous n'êtes pas redevable de la taxe sur les logements vacants, faites le savoir au fisc !

Si vous avez reçu un avis d'imposition à la taxe sur les logements vacants mais que vous estimez que vous ne la devez pas, vous pouvez faire une réclamation. Adressez-la à votre centre des finances publiques (centre des impôts ou service des impôts des particuliers) dont l'adresse figure sur votre avis avec les pièces justificatives. Réclamer ne vous dispense pas de payer votre taxe foncière mais vous pouvez reporter son paiement jusqu'au traitement de la réclamation. Pour cela, vous devez demander à bénéficier du sursis de paiement dans votre réclamation si les sommes à payer contestées sont inférieures à 4.500 euros, la demande de sursis est automatiquement acceptée. A partir de ce montant, le centre des finances publiques peut vous demander de fournir des garanties (une caution bancaire par exemple). Si vous avez raison, l'erreur sera rectifiée et vous bénéficierez d'intérêts moratoires sur les sommes versées en trop. Au contraire, si votre réclamation est rejetée, vous devrez payer la TLV contestée, ainsi qu'une majoration de 10 % et le cas échéant des intérêts moratoires.

Comment régler la taxe sur les logements vacants ?

Pour régler la taxe sur les logements vacants, différentes solutions sont à votre disposition. Vous pouvez le faire par chèque, par TIP par virement ou encore choisir le prélèvement à l'échéance ou encore payer directement en ligne sur le site des impôts, www.impots.gouv.fr, jusqu'au 22 décembre minuit.

© Synapse. Les contenus (vidéos, articles) produits par Synapse font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Comment échapper à la taxe sur les logements vacants ?" :




Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline




Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus


Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus


Investir en SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez indirectement dans l'immobilier à partir de 200 € et diversifiez votre patrimoine.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

Souscription sicavonline

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

Contacter Sicavonline

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)