Votre espace client a évolué ! Connectez-vous sans plus attendre pour le découvrir!
  1. Accueil
  2. >
  3. S'informer
  4. >
  5. Actualités financières
  6. >
  7. Impôts
  8. >
  9. Immobilier : selon Sarkozy le soutien fiscal à l'investissement locatif est toxique

Immobilier : selon Sarkozy le soutien fiscal à l'investissement locatif est toxique

18/04/2012 - 15:59 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline



Immobilier : selon Sarkozy le soutien fiscal à l'investissement locatif est toxique

Tous les professionnels de l'immobilier ou presque s'attendent à ce que le futur président de la République prépare un nouveau dispositif destiné à soutenir l'investissement immobilier locatif. L'actuel chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, dément avoir de tels projets et affirme ne pas envisager de remplacer le dispositif Scellier amené à disparaître à la fin de l'année. Le candidat UMP avance d'autres solutions pour remédier aux problèmes de logement des Français tout en refusant d'encadrer les loyers.

Invité par la Fédération française du bâtiment (FFB) à s'exprimer devant une assemblée composée d'artisans et d'entrepreneurs du secteur, Nicolas Sarkozy a livré son analyse du marché immobilier et les remèdes qu'ils comptent appliquer s'il est réélu. Partant du constat que « chez la grande majorité de nos voisins, les prix immobiliers ont baissé depuis 2008. En France, ils sont repartis à la hausse et ne commencent qu'à peine à baisser. » « Ce retard est le signe d'un dysfonctionnement du marché. Les prix ont doublé partout en France depuis 2000 et triplé dans certaines zones tendues » a affirmé Nicolas Sarkozy. « Je sais que les entreprises du bâtiment sont les premières inquiètes de cette situation. Plus le foncier est cher, plus les prix sont élevés, plus le risque d'un retournement brutal du marché est élevé. » « Les niveaux de prix auxquels nous sommes arrivés sont trop élevés et ne peuvent pas perdurer. Cela fige chaque année un peu plus le marché immobilier » a-t-il ajouté.

L'Etat ne peut plus financer la construction immobilière

Mais le chef de l'Etat estime que « La réponse n'est en aucun cas d'injecter encore plus d'argent dans le secteur comme le proposent certains candidats : « plus l'Etat injecte de l'argent dans le secteur, plus l'on fait monter le prix du foncier ! » Au contraire, Nicolas Sarkozy propose de mettre fin à cette spirale infernale « à force de vouloir resolvabiliser la demande on amène un surcroît d'argent dans le secteur [du logement] ce qui crée une bulle spéculative. » Le financement public pour le logement « c'est 40 milliards d'euros, je ne peux pas continuer comme ça. » Partant, l'actuel président de la République a recentré le prêt à taux zéro uniquement sur les constructions neuves et a programmé la fin dispositif Scellier pour la fin d'année.

Pas de Scellier bis dans les cartons du candidat Sarkozy

Dispositif d'incitation à l'investissement locatif que le candidat UMP incrimine « le Scellier a joué dans la crise » insiste-t-il pour bien faire comprendre à son auditoire qu'il n'envisage pas de le remplacer car selon lui « le problème du logement, c'est d'abord un problème d'offre. Il faut l'augmenter c'est le seul moyen de faire baisser les prix et de répondre à la demande. » Pour Sarkozy, la solution réside ailleurs. Le président de la République propose donc plusieurs mesures pour augmenter l'offre de logements neufs. D'abord, il compte après avoir augmenter les droits à construction de 30 % entreprendre un grand chantier pour refondre le droit de l'urbanisme, devenu d'après lui trop complexe puis veut revoir la fiscalité sur les plus-values liées à la vente de terrains.

Terrain à bâtir : plus vous conservez votre bien plus vous payez d'impôt

Cette mesure évoquée en son temps par Christine Lagarde alors ministre de l'Economie revient sur le devant de la scène. Nicolas Sarkozy dit vouloir inverser la fiscalité sur les plus-values « pour le non-bâti, pour inciter à la vente plutôt qu'à la rétention. » « La France ne peut plus se permettre d'avoir une fiscalité qui favorise à l'excès le fait de garder un bien pendant des décennies.» Le candidat à sa propre succession « veux créer un choc d'offre de foncier à bâtir en inversant, au moins pour les cinq prochaines années, le principe selon lequel plus on garde le terrain longtemps, moins on paie d'impôt. »

Diviser par deux les droits de mutation

Le locataire de l'Elysée rappelle également son intention de « diviser par deux sur 5 ans les droits de mutation sur les résidences principale » pour redonner de la mobilité aux Français. Selon lui, «les coûts de déménagement en France sont les plus élevés de l'OCDE après la Belgique - plus de 14 % du prix d'achat du bien. »

L'encadrement des loyers : «une absurdité»

Enfin, le chef de l'Etat affirme que l'encadrement des loyers, mesure proposée par François Hollande, est « absurde » et rappelle avec ferveur son « opposition à tout système de blocage des loyers [...], il n'y a rien de mieux pour dissuader l'investissement locatif et pour décourager la rénovation des logements. ». En revanche, Nicolas Sarkozy propose de copier le modèle allemand qui permet d'attaquer en justice le montant du loyer s'ils dépassent de 20 % le niveau du marché local. Le chef de l'Etat ne s'est pas exprimé sur la mesure contenue dans son programme pour une France forte - suppression de la déduction des gros travaux - qui a soulevé de vives critiques de la part des professionnels qui disent ne pas comprendre les dépenses concernées.

© Synapse. Les contenus (vidéos, articles) produits par Synapse font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Immobilier : selon Sarkozy le soutien fiscal à l'investissement locatif est toxique" :




Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline




Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus


Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus


Optimisation fiscale Réduisez vos impôts jusqu'à 7 200 € dès cette année grâce aux FIP, FCPI et SCPI fiscales sélectionnés par nos experts.

Investir avec Sicavonline

Souscription sicavonline

Souscription en ligne

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagner en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

Des frais réduits

Nos équipes négocient avec les sociétés de gestion des frais réduits.
        

Contacter Sicavonline

Des professionnels
à votre écoute

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi : 0 805 09 09 09 (appel gratuit)