1. Accueil
  2. >
  3. Bourse & Sicav
  4. >
  5. L'économie pour investir
  6. >
  7. Economie mondiale : les incertitudes toujours bien présentes, selon Groupama AM

Economie mondiale : les incertitudes toujours bien présentes, selon Groupama AM

07/06/2012 - 10:42 - Sicavonline - Marie-Pierre Peillon - Directrice de la Recherche - Groupama AM



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Economie mondiale : les incertitudes toujours bien présentes, selon Groupama AM

Les incertitudes économiques persistent aux Etats-Unis, au sein de la zone euro et en Chine. Groupama Asset Management fait le point.

Etats-Unis : Le marché du travail a ralenti, en ligne avec les autres indicateurs


« La croissance au T1 a, comme prévu, ralenti comparé à la fin de l'année dernière. Mais, sa décélération n'a rien d'alarmant (2,2% en rythme annualisé après 3% et 1,8% les trimestres précédents). La demande finale a progressé de 1,6% (après 1,1% au T4) sous l'effet d'une accélération de la consommation (2,9% après 2,1%) mais dans un contexte de revenus toujours faibles, conduisant à une baisse sensible du taux d'épargne. En outre, l'investissement des entreprises a baissé pour la première fois depuis fin 2009 (-2,1%). Même si cette évolution est en partie attribuable à la fin de mesures fiscales, elle révèle aussi un comportement attentiste lié aux perspectives modérées de croissance.

Le marché du travail a de nouveau déçu en avril avec 115 000 créations nettes d'emplois après 154 000 le mois précédent, mais 252 000 en moyenne de décembre à février. Les autres indicateurs d'activité disponibles tendent à confirmer une certaine perte d'élan au T2, notamment l'ISM dans les services (53,5 contre 56), mais globalement restent compatibles avec l'idée que l'économie est toujours sur la voie d'un rythme de croissance modérée plutôt qu'une décélération marquée.

Aussi, il est encourageant d'observer que la menace sur la consommation liée au cours du baril a disparu et que l'inflation a par conséquent sensiblement décéléré en avril (2,3% contre 2,7% le mois précédent). Enfin, les exportations restent bien orientées en Mars, et la hausse des carnets de commandes étrangères en avril est de bon augure.

Zone euro : La sortie de récession n'est pas actée sauf peut-être en Allemagne


Le PIB s'est stabilisé au 1er trimestre après avoir reculé de 0,3% au T4 2011.

La ventilation du PIB ne sera disponible qu'au début juin, cependant il est probable que la demande intérieure se soit contractée. La consolidation budgétaire pèse sur la consommation des ménages tandis que l'investissement des entreprises souffre des sombres perspectives et du resserrement des conditions de crédit. Seule une évolution positive du commerce extérieur résultant probablement d'une forte baisse des importations a permis d'éviter la récession, définie comme deux trimestres consécutifs de contraction.

Par pays, les divergences persistent : l'Allemagne a nettement rebondi, affichant un PIB positif de 0,5%t/t. Si la croissance s'est stabilisée en France, l'activité en Italie a enregistré une 3e baisse consécutive (-0,8%t/t). Mais le Portugal et l'Espagne ont limité les dommages, avec des contractions respectives à 0,1% et 0,3%.

Au-delà de T1, les enquêtes de conjoncture suggèrent que l'activité se contracterait de nouveau au début de T2. L'indice composite s'établit à 46,7 en avril, comparé à une moyenne de 49.6 au T1. Les niveaux sont particulièrement faibles en Europe du Sud (42,7 en Espagne et 43,3 en Italie) laissant toute reprise de l'activité peu probable à court terme. Le recul de l'indice composite a été également assez marqué en France (à 45,9), permettant d'anticiper une contraction de son activité au T2, tandis que l'Allemagne continuerait de surperformer le reste de la région.

Chine : le ralentissement n'est pas terminé


Après un ralentissement légèrement plus marqué que prévu en début d'année, les données de mars ont été plus positives et laissaient supposer que l'économie rebondissait sensiblement. L'enthousiasme a été réduit par les indicateurs d'activité du mois d'avril : la production industrielle a ralenti, et notamment la production d'électricité qui a été particulièrement faible en avril ; les ventes au détail ont également été moins fortes qu'en mars et l'investissement a accentué sa tendance à la décélération. A cela, on doit ajouter des flux commerciaux moins soutenus, liés aux incertitudes entourant la crise de la dette souveraine en zone euro et le ralentissement de la demande intérieure résultant de la politique du gouvernement pour corriger les déséquilibres de l'économie (poursuite du dégonflement de la bulle immobilière).

Ces éléments nous amènent à penser que l'économie chinoise est toujours confrontée à un environnement difficile. A ce stade, le gouvernement doit ajuster sa politique (monétaire et fiscale) pour trouver le « bon équilibre » entre la restructuration économique (une croissance plus qualitative), les pressions inflationnistes et les préoccupations sur la croissance. Le gouvernement pourrait alors intensifier son soutien budgétaire et/ou conserver une orientation accommodante de sa politique monétaire sous la forme de baisses du taux de réserves obligatoires, plus facile avec une inflation qui s'est assagie. »

Marie-Pierre Peillon, directrice de la Recherche chez Groupama Asset Management

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Economie mondiale : les incertitudes toujours bien présentes, selon Groupama AM" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Assurance vie Futura Vie Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 237 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 3 900 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)