1. Toutes nos vidéos
  2. L'oeil du pro
  3. EADS : encore plus haut ? (Alphavalue)

EADS : encore plus haut ? (Alphavalue)

28/01/2013 - 10:46 - Sicavonline (mis à jour le : 09/04/2015 - 15:16)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




EADS : encore plus haut ? (Alphavalue)

EADS occupe une place de choix dans l'aéronautique/défense : Airbus, Cassidian, Astrium et Eurocopter font du groupe de Tom Enders le leader européen dans ce domaine, et le n°2 mondial. Un succès commercial incontestable, mais un parcours boursier qui n'a pas été sans trou d'air entre 2006 et 2009, en raison notamment des retards sur l'A400M, l'A480 et l'A350 et d'une rentabilité faible. L'action de l'avionneur semble cependant avoir repris une trajectoire ascendante depuis trois ans. Thomas Picherit, analyste financier chez Alphavalue, r

Si le secteur de l'aéronautique / défense européen ne devait se résumer qu'à une seule valeur, ce serait inévitablement EADS. Les quatre filiales du groupe de Tom Enders, Airbus, Eurocopter, Cassidian (défense) et Astrium (espace) lui assurent la place de n°2 mondial (et 1er européen) de l'industrie aéronautique, spatiale et de la défense. Et EADS entend bien disputer (et ravir) à Boeing sa place de n°1 mondial. Airbus a d'ores et déjà annoncé une livraison de plus de 600 avions en 2013, soit un nouveau record après les 588 appareils sortis de ses usines l'année dernière. Une accélération des cadences bien reçues par les marchés financiers.


Le parcours boursier d'EADS n'a pourtant pas été toujours glorieux. En 2009, le groupe a accusé des pertes importantes dues à des retards considérables sur l'A400M, l'A480 et l'A350. Une année décevante, au cours de laquelle l'action EADS (NL0000235190) ne valait plus que 13 euros. En 2010 et 2011, porté par le succès de la version motorisée de l'A320 (l'A320 Neo), l'avionneur a renoué avec la rentabilité... A 35 euros à la clôture du 22 janvier 2013, EADS semble clairement retrouver son lustre d'antan. En 3 mois*, l'action s'est appréciée de plus de 30 %. Plus impressionnant encore, sa progression d'environ 19 % depuis le début du mois de janvier. Les grands bouleversements qui agitent le groupe EADS depuis la rentrée 2012 ne sont probablement pas étrangers à cette envolée boursière. En effet, après l'échec de la fusion avec la britannique BAE Systems en octobre, à laquelle une grande partie des actionnaires était opposée, EADS a conclu un accord historique mi-décembre qui a réduit les parts du capital appartenant aux Etats allemand et français au sein de la gouvernance du groupe (même si l'influence du politique sur l'industriel demeure prégnante, en témoigne la violonté de l'Elysée de placer à la tête du conseil d'administration Anne Lauvergeon, l'ex-présidente.d'Areva) Ajoutez à cela le départ d'Arnaud Lagardère de la présidence du conseil d'administration et un nouveau plan stratégique qui sera présenté au printemps 2013 : le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il y a de l'agitation dans l'air pour EADS. Sans compter qu'une nouvelle préoccupation a vu le jour. Les déboires du concurrent historique d'Airbus, Boeing et son Dreamliner (Boeing 787) aux batteries lithium inflammables, vient semer quelques doutes dans les esprits : le futur A350 sera-t-il pénalisé par les mêmes dysfonctionnements ? L'affaire Boeing aura-t-elle des retentissements négatifs sur Airbus ? Thomas Picherit, analyste financier chez Alphavalue, spécialiste du secteur de l'aéronautique/défense, fait le point sur les perspectives de croissance de l'action EADS. La rentabilité sera-t-elle au rendez-vous en 2013 ? Quels facteurs de risques menacent EADS ? Voir la vidéo ci-dessus. Pour découvrir l'intégralité de l'émission «L'œil du Pro » consacrée au secteur Aéronautique / Défense, cliquez sur la vidéo ci-dessous


© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "EADS : encore plus haut ? (Alphavalue)" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit