1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. Idées reçues et fausses excuses sur l'évolution des prix de l'immobilier

Idées reçues et fausses excuses sur l'évolution des prix de l'immobilier

27/03/2013 - 12:08 - Sicavonline (mis à jour le : 09/09/2014 - 09:31)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Idées reçues et fausses excuses sur l'évolution des prix de l'immobilier

En 2012, l'ensemble de la communauté immobilière, à quelques exceptions près, a malgré l'envolée spectaculaire des prix, réfuté en bloc l'existence d'une bulle immobilière et sa possible pour ne pas dire probable explosion. Il aura fallu plusieurs mois aux professionnels du secteur pour se résoudre à enfin parler de recul des prix immobiliers, y compris dans les zones tendues. Pourtant aujourd'hui, ils restent peu nombreux à s'exprimer sur l'ampleur de la baisse à venir. Faut-il s'attendre à un repli vivace des prix ?

L'an passé, les professionnels ont dans leur grande majorité soutenu que le marché immobilier se portait comme un charme, niant l'existence d'une bulle immobilière. Aujourd'hui, leur message a bien changé même s'ils se refusent toujours à évoquer un possible fléchissement brutal des prix immobiliers.

2013, enfin la vérité sur les prix immobiliers ?

En 2013, « l'omerta a été brisée » avoue Christophe Du Pontavice, qui parle de « cacophonie en 2012 » avec des messages tels que « A Paris les prix ne vont jamais baisser ». En 2013, le président d'Efficity reconnait que « la prise de conscience est désormais généralisée », tous les professionnels constatent le recul des prix immobiliers, y compris à Paris, plus personne n'ose prétendre le contraire. Mais le discours reste toutefois très orienté.

Dans un contexte plus que morose où les transactions ont dévissé, - 12 % entre 2011 et 2012 selon les derniers chiffres des notaires, et la situation économique dégradée, les professionnels s'accrochent toujours au même argument pour modérer l'ampleur du phénomène.

Ils sont nombreux à soutenir que la baisse des prix devrait rester légère et ne sera probablement pas persistante, tout du moins dans les zones où le marché immobilier est tendu.

Leur raisonnement est simple : les prix immobiliers répondent au jeu de l'offre et de la demande. Dans les villes, Paris en tête, où la demande est vive et l'offre insuffisante, les choses rentreront dans l'ordre tôt ou tard et les prix cesseront de baisser.

Fin de l'ère de la dictature des vendeurs ?

Les professionnels sont donc convaincus (ou veulent-ils le faire croire) que c'est le bon moment pour investir dans la pierre et que les acheteurs « resolvabilisés » grâce aux taux d'emprunt ont repris la main. Auparavant, attendre avant de se décider à acheter un logement c'était prendre le risque de le voir filer entre ses doigts ou de le payer encore plus cher. Après la crise de 2008/2009, les parisiens perdaient environ 2 % de pouvoir d'achat immobilier par mois.

Actuellement, même s'il est parfois difficile de le croire, une partie des acheteurs profitant de taux d'intérêt très faibles se resolvabilisent. Le temps joue désormais en faveur des acheteurs. Ils ne sont plus pressés. Plus ils attendent, plus ils espèrent profiter d'un rabais sur les prix.

De ce fait, quand bien même les professionnels de l'immobilier n'envisagent pas de reprise des transactions à court terme se veulent optimistes. Espérant sans doute transmettre cet espoir aux acheteurs, nombre d'entre eux font valoir que les prix ne vont que très légèrement fléchir, pas d'explosion de la bulle ni de longue phase de baisse ne sont donc attendues.


Fléchissement des prix immobiliers d'au moins 30 %, y croire ou non ?

Pierre Sabatier, co-fondateur du cabinet indépendant de recherche économique PrimeView, bat en brèche cette idée : les prix immobiliers vont s'affaisser de - 30 % à - 40 % sur les 5 à 10 années à venir, même à Paris. La tension du marché ne changera rien à la situation et l'économiste de citer l'exemple japonais. Dans ce pays où l'offre de logement est très insuffisante les prix ont dégringolé de - 50 % à - 60 % depuis les années 1990, balayant de fait l'argument du manque de logements...

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline Partenaires font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



Gestion Conseillée : Faites-vous aider pour choisir vos SICAV et FCP

Profitez d'un conseiller dédié pour vous accompagner dans la gestion de votre portefeuille. Bénéficiez de conseils sur une large gamme de supports tout en restant le décisionnaire final. Offre accessible dès 25 000€*.

*A partir de 25 000€ d'avoirs financiers investis par l'intermédiaire de Sicavonline


A lire autour du sujet "Idées reçues et fausses excuses sur l'évolution des prix de l'immobilier" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.5%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.