1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. Paris : résistance des prix immobiliers... pour combien de temps encore ?

Paris : résistance des prix immobiliers... pour combien de temps encore ?

16/05/2013 - 18:03 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Paris : résistance des prix immobiliers... pour combien de temps encore ?

La résistance des prix immobiliers à Paris et en région parisienne semble se confirmer. Après avoir déjà constaté une légère remontée du prix des logements à Paris en mars, MeilleursAgents.com dit observer la même tendance au mois d'avril. Comment expliquer cette orientation des prix des logements parisiens à rebours des attentes des acheteurs et du marché ? Est-elle pérenne ? Pour comprendre ce qui se trame sur le marché immobilier, MeilleursAgents.com livre ses éclairages et ses prévisions d'ici la fin de l'année.

Prix immobiliers en hausse à Paris et banlieue parisienne

La baisse des prix immobiliers « attendue, souhaitée, annoncée s'est à nouveau interrompue en avril 2013 » avise sans prendre de gants Sébastien de Lafond, à l'occasion de la publication du dernier baromètre des prix immobiliers de MeilleursAgents.com.

Après avoir accusé une baisse en janvier (-0,3 %) et février (- 0,8 %), les prix des logements parisiens ont reflué de + 0,2 % en mars et de + 0,1 % en avril, si l'on se réfère aux chiffres du réseau d'agents immobiliers. Des augmentations de prix essentiellement portées par les grandes surfaces avec + 0,5 % de hausse tandis que les prix des petites surfaces déclinent - 0,2 %.

D'après les informations, fondées sur les avant-contrats signés en avril par les agences sélectionnées par MeilleursAgents.com, cette tendance parisienne n'est pas isolée. La hausse des prix immobiliers est perceptible sur l'ensemble de la Région Ile-de-France. Les prix des logements ont ainsi augmenté de + 0,2% en Petite Couronne (92, 93, 94) et de + 0,1% en Grande Couronne (77, 78, 91, 95). La hausse des prix immobiliers concerne l'ensemble des départements de la région Ile de-France (+0,2 % Hauts-de-Seine, + 0,5 % Val-de-Marne...) hormis la Seine Saint Denis (93) où les prix accusent un léger repli de - 0,2 %.

Bien que légère cette remontée des prix immobiliers vient confirmer celle observée par MeilleursAgents.com le mois précédent. Du coup, le bilan de ce début d'année est mitigé et laissera sans doute vendeurs et acheteurs pantois. Surtout si ces derniers s'intéressent de près aux données fournies par les notaires. Les dernières statistiques des notaires de Paris-Ile-de-France font en effet état d'une baisse des prix immobiliers dans la capitale. Pourquoi un tel écart ? Les chiffres des notaires reposent non pas comme ceux de MeilleursAgents.com sur les avant-contrats de mars et d'avril mais sur les actes authentiques signés entre décembre et février, c'est-à-dire les avant- contrats conclus entre octobre et décembre 2012, expliquant ce décalage entre les informations livrées par les notaires et celles de MeilleursAgents.com, plus actuelles.

Hausses du prix des logements : les facteurs de soutien

Cette précision faite, il apparaît nécessaire de se pencher sur les causes de ce nouveau revirement du marché parisien.

Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents.com, explique que face à une offre qui reste limitée - seuls les vendeurs contraints constituent le marché immobilier - on assiste à un renforcement de la demande sous l'effet combiné de plusieurs facteurs.

La baisse des taux [...) continue est la principale cause de la stabilité des prix » souligne Sébastien de Lafond à laquelle, précise-t-il, vient s'ajouter un sursaut saisonnier traditionnel de la demande pour les grandes surfaces.

Chaque année, le marché immobilier connaît un regain d'activité entre mars et juin. De nombreuses familles souhaitent conclure leur acquisition durant cette période afin de pouvoir prendre possession de lieux à la rentrée. Aussi, ce pic de la demande immobilière confronté à une offre encore très fragile fait office de béquille.

Ces divers éléments contribuant au soutien des prix immobiliers devraient se maintenir durant les deux prochains mois. A court terme, MeilleursAgents.com anticipe en effet « le maintien des conditions actuelles aux mois de mai et juin. La baisse des taux soutiendra la demande des ménages solvables et les prix au moins jusqu'à l'été. »

Des acheteurs rationnels et des vendeurs contraints

Pour autant, les vendeurs ne doivent pas s'imaginer être en mesure d'afficher des prix exorbitants s'ils veulent vendre leur bien. Certes, dans le secteur l'offre de logements reste limitée mais les acheteurs agissent avec beaucoup de discernement et sont devenus très méthodiques dans leur approche. Hypersensibles aux prix, ils n'acceptent plus de payer le prix fort. « Les acheteurs utilisent pleinement les informations de plus en plus précises dont ils disposent et se comportent de manière assez "binaire" face à une offre considérée comme au prix ou trop chère. Ils savent exactement ce qui est disponible sur le marché et savent estimer précisément le prix réel de chaque bien » prévient Sébastien de Lafond.
« Les biens proposés trop chers (plus de 5 à 7% au dessus du prix de marché) ne trouvent pas d'acquéreur alors que les biens mis en vente au bon prix peuvent changer de mains en quelques jours ou quelques semaines. » avertit MeilleursAgents.com.

L'effet saisonnier disparu, que se passera t-il ?

MeilleursAgents.com fait également la leçon aux acheteurs. Ces derniers ne doivent pas s'attendre à une véritable correction des prix et encore moins à leur effondrement brutal mais à une simple érosion. Par conséquent, MeilleursAgents.com conseille aux ménages solvables de profiter des taux bas pour acheter et ne pas attendre un hypothétique grand soir des prix.

Tout comme les acheteurs, les banques se montrent très prudentes. Les conditions d'attribution des crédits restent très strictes et peu de ménages peuvent aujourd'hui en profiter malgré la faiblesse des taux. Dans ces conditions, la demande ne peut exploser et restera donc contenue. Malgré ces freins à la demande, l'offre de logements demeure limitée et contribuera au soutien des prix. La baisse des prix restera de ce fait limitée assure MeilleursAgents.com, qui maintient du coup « son scénario prévisionnel d'une baisse des prix de l'ordre de 0 à 5 % à Paris sur l'année 2013. »

Seule une remontée brutale et majeure des taux immobiliers pourrait venir contredire ses prévisions et engendrer une baisse plus importante des prix immobilier, conclut le réseau.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Paris : résistance des prix immobiliers... pour combien de temps encore ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.