1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. Immobilier : les taux d'emprunt ont-ils atteint un plancher ?

Immobilier : les taux d'emprunt ont-ils atteint un plancher ?

05/06/2013 - 10:22 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Immobilier : les taux d'emprunt ont-ils atteint un plancher ?

Après avoir régressé jusqu'en mai dernier, le courtier meilleurtaux.com affirme que les taux d'intérêt accordés par les banques au titre des emprunts immobiliers entrent en phase de stabilisation.

Vers une stabilisation des taux d'emprunt au plus bas ?

Selon le courtier meilleurtaux.com près de 60 % des banques ont opté pour la stabilité de leurs grilles en juin, laissant ainsi leurs taux à un niveau historiquement bas. Quatre établissements financiers sur dix ont toutefois encore procédé à de nouvelles baisses des taux immobiliers.

Malgré cette relative stabilité, les taux moyens proposés ressortent encore en recul de - 0,05 point en moyenne à 2,91 % sur 15 ans, 3,24 % sur 20 ans et 3,60 % sur 25 ans.

« Tant que le contexte économique restera tendu avec une demande de crédit qui reste faible et un taux d'emprunt d'Etat à 2 % en moyenne, les taux de crédit devraient rester à ce niveau historiquement bas. Rien ne laisse présager d'une quelconque remontée pour l'instant » explique Hervé Hatt, président de meilleurtaux.com.

Après plusieurs mois de repli, la demande de crédit s'est légèrement redressée en mai, notamment sous l'effet des taux historiquement bas, spécifie la société de courtage.

Retour de l'appétence pour le crédit immobilier ?

Toujours d'après meilleurtaux.com, « la demande de crédit immobilier avec compromis de vente signé (hors renégociation) a augmenté de 6,1 % par rapport à avril. »

La traditionnelle reprise saisonnière n'explique pas à elle seule ce retour de la demande car, « par rapport à mai 2012, la demande est également en hausse de près de 6 %. » précise meilleurtaux.com En revanche, elle reste en retrait de 7 % par rapport à mai 2011.

« Si le contexte économique et fiscal actuel peut constituer un frein à l'achat immobilier, l'intérêt pour l'immobilier, la volonté de devenir propriétaire et le niveau très bas des taux ont un effet positif que nous constatons à la fois à travers la hausse des visites sur notre site mais surtout du nombre de dossiers déposés. Par ailleurs, en étudiant la demande de crédit avec compromis de vente signé en 2013, on constate que l'apport moyen baisse légèrement quand les montants empruntés augmentent, alors que la tendance était plutôt inversée en 2012 » analyse Sandrine Allonier, responsable des études économiques de meilleurtaux.com.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Immobilier : les taux d'emprunt ont-ils atteint un plancher ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.