1. Assurance vie
  2. Actualité Assurance-vie
  3. Assurance-vie, livret A... : des milliards d'euros « oubliés »

Assurance-vie, livret A... : des milliards d'euros « oubliés »

16/07/2013 - 16:57 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Assurance-vie, livret A... : des milliards d'euros « oubliés »

Quatre milliards d'euros placés sur des contrats d'assurance-vie, des livrets A, des comptes bancaires...dorment dans les caisses des assureurs et des banques faute d'être réclamés par des bénéficiaires et héritiers ignorant leur existence. Un rapport de la Cour des comptes pointe du doigt de nombreux disfonctionnements et évoque différentes pistes pour y mettre un terme. Les généalogistes professionnels plaident de leur côté pour une recherche obligatoire des ayants droit.

Une récente enquête de la Cour des comptes s'est penchée sur « les avoirs bancaires et les contrats d'assurance-vie en déshérence ».

4 milliards d'euros non réclamés par les héritiers et légataires

Au décès de leur titulaire, faute d'être réclamées par leurs héritiers ou leurs bénéficiaires, ces avoirs croupissent dans les caisses des banques et des assureurs non sans être au passage soulagés, chaque année, des frais de gestion parfois exorbitants.

Aucune loi n'oblige banquiers et assureurs à s'enquérir du décès de leurs clients à ceci prés qu'ils doivent consulter chaque année le fichier des décès tenu par l'Insee mais uniquement lorsque le souscripteur d'un contrat d'assurance-vie est âgé de plus de 92 ans...Les efforts consentis par les assureurs ces dernières années en matière de recherche de bénéficiaires restent insuffisants et ne concernent ni les livrets ni les comptes bancaires détenus au sein des banques.

La Cour des comptes chiffre à près de 4 milliards d'euros le montant total des fonds non réclamés par les familles des défunts.

Les préconisations de la Cour des comptes

Afin d'éviter l'aggravation de la situation, la Cour des Comptes préconise de rendre obligatoire le transfert de ces fonds à la Caisse des Dépôts et Consignations dix ans après le décès de l'assuré ou du titulaire du compte. L'objectif des locataires de la rue Cambon serait avant « tout incitative » et ne pourrait fonctionner qu'à la condition d'obliger les établissements financiers à détecter les comptes inactifs. La Cour des comptes propose par conséquent de commencer par établir des critères permettant de déceler les comptes inactifs et de définir les obligations pesant sur les établissements financiers et plus particulièrement de plafonner les frais de gestion.

Les auteurs du rapport souhaitent également que la consultation du fichier Ficoba, recensant les titulaires de comptes bancaires en France, par le notaire chargé d'une succession devienne obligatoire.

L'Union des Syndicats Généalogistes Professionnels (USGP) estime « qu'il est avant tout indispensable de prendre préalablement les mesures nécessaires pour que les banques et les assurances soient obligées de rechercher les ayants droit. »

Faut-il rendre obligatoire la recherche d'ayants droit ?

En collaborant avec les assurances et les banques, les généalogistes professionnels disent être en mesure d'aider « à retrouver les bénéficiaires de ces avoirs et contrats « en déshérence ». » Gérard Dusséaux, Président de l'USGP, souligne ainsi l'importance de restituer ces fonds à leurs ayants droit : « Une telle restitution permettrait d'augmenter le pouvoir d'achat des Français, tout en déchargeant l'Etat de la gestion des biens non réclamés, et en lui procurant des recettes fiscales supplémentaires ».

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit


A lire autour du sujet "Assurance-vie, livret A... : des milliards d'euros « oubliés »" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit