1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Marchés émergents : quel avenir ? au 22/07/2013

Marchés émergents : quel avenir ? au 22/07/2013

22/07/2013 - 18:02 - Sicavonline - David Shairp - J.P. Morgan AM



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Marchés émergents : quel avenir ? au 22/07/2013

JP Morgan AM

Depuis que Ben Bernanke, le président de la Fed, a annoncé la sortie du « QE », certains investisseurs semblent fuir les marchés émergents alors même que ceux-ci faisaient partie des placements les plus attrayants il y a encore quelques mois. Les investisseurs doivent-ils encore se tenir éloignés des actifs émergents ? David Shairp, Stratégiste chez J.P. Morgan AM, donne son avis sur l'avenir des marchés émergents.

Jusqu'à une période récente, les flux d'investissements concernant les marchés émergents ont été globalement positifs. Depuis 2009, c'est environ 3 900 milliards USD qui ont été investis dans les actifs des marchés émergents, à la fois en dettes et en actions, afflux justifié par des performances plus élevées. Les investisseurs obligataires étaient motivés par l'idée que la dynamique de la dette était en voie de stabilisation, l'inflation en recul et la gestion macro-économique en amélioration ; les investisseurs actions se sont focalisés sur l'idée qu'une forte croissance s'imposerait. La forte demande pour les classes d'actifs des marchés émergents a permis à des entités souveraines et à certaines entreprises d'accéder aux marchés de capitaux mondiaux pour d'importants volumes et à des prix favorables, facilitant la mise en œuvre de politiques expansionnistes. Mais on assiste aussi à une prise de conscience croissante que l'accès à cette liquidité massive a creusé les déséquilibres entre politiques monétaires et fait progresser les déficits extérieurs, éléments susceptibles de générer des vulnérabilités au cas où cet afflux venait un jour à s'inverser.

Cette évolution est dans une certaine mesure arrivée à son terme au cours de ces dernières semaines après les déclarations de Ben Bernanke sur la réduction progressive des achats d'actifs par la Réserve fédérale aux Etats-Unis. La hausse des rendements des bons du Trésor américain a contribué à faire baisser la plupart des devises émergentes par rapport au dollar, tout en contribuant à la hausse des rendements obligataires émergents et à l'élargissement des spreads de crédit souverains émergents. Nous avons assisté à des sorties de capitaux importantes de la part des fonds actions spécialisés sur les marchés émergents et des fonds de dettes. La violence de certains de ces mouvements peut probablement être mise sur le compte de positionnements précédemment trop massifs. Mais, au même moment, la vulnérabilité d'un grand nombre d'économies émergentes ne doit plus être négligée.

Au fur et à mesure que les taux d'intérêt vont se normaliser aux Etats-Unis et que la capacité d'attraction relative des actifs va se réduire, la conclusion inévitable est que le contexte du financement de la plupart des économies émergentes au cours des 12 prochains mois devrait se détériorer. L'offre de capital international va se raréfier et devenir plus chère du fait du caractère moins accommodant de la politique monétaire des Etats-Unis. A certains égards, on peut s'en réjouir dans la mesure où ceci va permettre une correction des déséquilibres politiques dans les économies émergentes considérées individuellement. Mais, comme toujours, cette période de correction va être inconfortable dans la mesure où l'on va assister à un resserrement des politiques monétaires et/ou budgétaires pour effectuer ce nécessaire rééquilibrage. Nous prévoyons donc une nouvelle sous-performance de l'univers des marchés émergents, les taux de croissance étant censés adopter un rythme moins élevé. Dans un tel cadre, nous anticipons un affaiblissement des devises émergentes, une hausse des rendements obligataires et un élargissement des spreads de crédit.

David Shairp - Stratégiste chez J.P. Morgan AM

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Marchés émergents : quel avenir ? au 22/07/2013" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.6%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit