1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Economie mondiale : pas d'accélération en vue

Economie mondiale : pas d'accélération en vue

24/07/2013 - 09:38 - Sicavonline - Christophe Morel - Groupama AM



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Economie mondiale : pas d'accélération en vue

L'économie mondiale est prise en étau entre une reprise qui joue toujours les Arlésiennes dans la plupart des pays développés et une croissance qui ralentit dans les pays émergents. C'est en tout cas le diagnostic dressé par Christophe Morel, Chef Economiste de Groupama AM. Quel impact pour les investisseurs ?

Environnement mondial : le « plafond de verre »

Le milieu d'année est l'occasion de faire un point sur la situation économique et financière. Notre appréciation de l'environnement a peu changé par rapport au début d'année. Cependant, l'excès d'endettement public en Zone euro, comme aux Etats-Unis et au Japon, reste un frein à la croissance et rend ces économies très vulnérables à tout nouveau choc. L'objectif premier reste le désendettement, ce qui en retour pénalise l'investissement privé et entraîne une amélioration seulement graduelle du marché de l'emploi aux US. Parallèlement, la situation économique dans les pays émergents est plutôt décevante. En définitive, l'activité mondiale peine à accélérer : elle se trouve confrontée au « plafond de verre ». Nous révisons à la baisse notre prévision de croissance aux Etats-Unis en 2014 et nos prévisions de croissance pour les principaux pays émergents.

Un « policy-mix » qui restera favorable dans les pays développés

Dans ce contexte, les politiques économiques resteront accommodantes dans les pays développés. Les banques centrales maintiendront durablement leur politique monétaire accommodante, même si la Fed prépare déjà les marchés à une sortie très progressive de sa politique monétaire non conventionnelle. Les ajustements budgétaires seront aussi plus graduels pour ne pas handicaper la reprise. Le rééquilibrage de la croissance mondiale va ainsi pouvoir se poursuivre. Les Etats-Unis seront le « maillon fort » de l'économie mondiale. Mais la croissance américaine est essentiellement de nature domestique, soutenue par la consommation et l'activité dans la construction. A contrario, l'investissement des entreprises est peu dynamique, et limite la reprise du marché de l'emploi et les perspectives de croissance. La situation en Zone euro s'améliore progressivement, avec des disparités : l'écart conjoncturel entre l'Allemagne et la France devrait se maintenir.

Les enjeux majeurs pour la Zone euro seront le retour à la croissance, la mise en place des réformes structurelles et la poursuite des avancées institutionnelles. Enfin, le Japon bénéficie d'un « policy-mix » très favorable, ce qui soutiendra l'activité à court-moyen terme.

Une croissance décevante dans les pays émergents

Les pays émergents n'ont pas connu au premier semestre 2013 le rebond de la croissance qui avait été espéré. Cette dernière a continué de décélérer en Russie, tandis qu'elle s'est quasiment stabilisée en Chine et en Inde, et qu'un rebond modeste a eu lieu au Brésil. Au global, ces tendances devraient se prolonger sur le reste de l'année. Cependant, même stabilisée, la croissance des pays émergents déçoit les attentes, qui étaient à une ré-accélération.

Les limites entraperçues sont de deux natures différentes. En Chine, la croissance ne peut retrouver son rythme antérieur car celui-ci reposait sur un investissement et un rythme d'endettement qui ne sont plus soutenables au même niveau. Dans les autres pays émergents, la croissance avait reposé davantage sur la consommation, ainsi que sur une diminution du chômage. Ce dernier est aujourd'hui assez bas pour induire des tensions inflationnistes, renforcées par le sous-investissement chronique dans les infrastructures : d'où une inflation sans croissance.

Cela a deux implications :

- pour les populations, des pertes de pouvoir d'achat et une contestation sociale plus intense, comme au Brésil.

- pour les investisseurs, un appétit pour les actifs émergents qui s'est étiolé à partir de mi-mai au travers d'une prise de conscience brutale, engendrant des mouvements conséquents sur les devises, les taux et les matières premières.

Christophe Morel - Chef Economiste de Groupama AM

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Economie mondiale : pas d'accélération en vue" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+11.1%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit