1. Bourse & Sicav
  2. Compte titres, PEA & autres supports
  3. PEA-PME, une bonne nouvelle !

PEA-PME, une bonne nouvelle !

24/07/2013 - 11:08 - Sicavonline (mis à jour le : 31/07/2013 - 09:59)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




PEA-PME, une bonne nouvelle !

Le PEA-PME plutôt une bonne nouvelle

Le PEA-PME est dans les tuyaux comme l'a confié début juillet le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici. A quoi peuvent s'attendre épargnants et entreprises ? Damien Rahier, Directeur Général de Portzamparc, nous répond.

Attendue depuis l'annonce de François Hollande en mai dernier, la création d'un compartiment PME au sein du PEA classique sera officiellement lancée par Pierre Moscovici dans les jours qui viennent. Quels actifs pourront figurer à l'intérieur de cette nouvelle poche et quelles sont les entreprises susceptibles de profiter de cette nouvelle source de financement ?

Damien Rahier : Il faut bien sûr attendre les détails définitifs du dispositif PEA-PME pour pouvoir répondre précisément à cette question. Mais clairement cette nouvelle source de financement serait destinée a minima aux entreprises cotées, dont la capitalisation boursière est inférieure à 1 Md d'euros. Cette barrière correspond précisément à celle retenue par Enternext (la nouvelle plate forme d'Euronext dédiée aux PME/ETI), et aux allègements de certaines contraintes réglementaires pour les PME et ETI cotées. Nous sommes pour notre part très demandeurs à ce que les obligations pour les PME et ETI soient également éligibles à ce PEA, car c'est également le moyen pour des PME ETI qui ne souhaitent pas aller en Bourse (et elles constituent la majorité) de trouver un moyen de financement alternatif.

L'enveloppe consacrée aux PME à l'intérieur d'un PEA devrait être fixée à 75.000 €. Est-ce selon vous suffisant pour répondre efficacement au manque de moyens des petites et moyennes entreprises ?

Avec ce montant, plusieurs études estiment que l'impact global sur l'économie serait compris entre 2 et 4 Md Euros. C'est déjà un chiffre suffisamment significatif pour constituer une première étape concrète.

La section PME du PEA, bénéficiant da la fiscalité attractive du PEA, est-elle en mesure de modifier le comportement des épargnants vis-à-vis d'un segment de la cote délaissé par les investisseurs et de relancer la collecte des FCP et Sicav sur les valeurs moyennes ?

Oui bien sûr. Nous avons pu constater au travers des réactions de nos clients privés, à quel point la fiscalité devient un sujet critique. Avec de la pédagogie, des outils et du conseil, on peut prouver à nos clients que la rémunération de leur épargne peut être dopée dans des produits présentant un niveau de risque légèrement supérieurs dans un cadre fiscal incitatif. Et ces produits sont simples : financer les entreprises de nos régions, qui créeront les emplois de demain, et permettront ainsi une meilleure santé économique de notre pays.

La constitution de cette poche PME au sein du PEA classique est-elle susceptible d'inciter les petites et moyennes entreprises à s'introduire en Bourse ?

Beaucoup d'entreprises déjà cotées déplorent le manque d'investisseurs, qu'ils soient institutionnels ou particuliers. La collecte de nouveaux fonds donnera un appel d'air indéniable. Je ne suis pas sûr pour autant que ce sera le seul critère retenu par une entreprise pour aller en Bourse, mais il fera partie de la réflexion.

Quel sera l'impact du PEA-PME pour les entreprises à petites et moyennes capitalisations comme pour l'économie française ?

Le financement des PME et ETI est une question perpétuelle. Elle est rendue encore plus importante par la directive européenne Bâle 3 qui impacte les banques et rend plus contraignantes les conditions d'accès au crédit bancaire pour les entreprises, notamment de petite taille.

Plusieurs fonds, abondés par la CDC, des compagnies d'assurance, et de mutuelles retraite ont vu le jour ces derniers mois. Ces fonds permettent aux entreprises de diversifier leurs sources de financement. Il est logique que les particuliers aient également accès à cette possibilité de doper les conditions de rémunération de leur épargne. C'est tout l'intérêt de ce PEA-PME : permettre aux particuliers de financer les PME/ETI, donc les emplois de demain, dont notre économie a particulièrement besoin. Autrement dit, ce PEA-PME permettra aux particuliers de faire une sorte «d'éco-geste citoyen », en investissant dans les entreprises et les emplois de proximité, plutôt que dans des produits financiers complexes, aux conséquences hasardeuses (on a pu en voir les dérives maximales durant ces dernières années).

Ainsi la création de ce PEA-PME permettra à la fois de soutenir l'économie française, grâce à la création d'emploi dont tout le monde s'accorde (enfin) à dire qu'ils viendront du monde de l'entreprise et doper la rémunération de l'épargne des particuliers

Afin de compléter ce dispositif en faveur des PME, le gouvernement envisage également de relever le plafond des versements autorisés sur un PEA de 132.000 € à 150.000 €. Au total, les versements sur un PEA y compris la poche PME devrait atteindre 225.000 €, est-ce suffisant pour redonner aux épargnants le goût du risque ?

Ce n'est peut-être pas suffisant, mais c'est nécessaire ! Prendre du risque doit être rémunéré à sa juste valeur. Et lorsqu'il s'agit du financement des PME/ETI qui sont quasiment les seules entreprises à créer des emplois en France, c'est presque faire œuvre d'utilité publique !

Quelles autres pistes pourraient être suivies afin de mobiliser le bas de laine des Français en faveur du financement des entreprises ? Autrement dit, comment favoriser l'épargne longue au détriment de placements tels que le livret A ou encore les fonds en euros des contrats d'assurance-vie ?

Il est certain que le livret A, dont la rémunération reste anormalement élevée (au regard du risque pris), n'aide pas les Français à prendre des risques. C'est presque une révolution culturelle qui doit s'opérer dans la tête des Français, qui doivent se réconcilier avec le terme « finance » qui a été si souvent décrié, honni à tort. Certes, des dérives et des excès insupportables ont mené l'économie mondiale en mauvaise posture. Mais il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Cela passe par une meilleure formation économique dans les lycées, les écoles, les facultés, et mieux encore dans les médias généralistes, qui ont aussi leur rôle à jouer auprès du grand public.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "PEA-PME, une bonne nouvelle !" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit