1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Quelle direction prendra l'économie mondiale au 2nd semestre 2013 ?

Quelle direction prendra l'économie mondiale au 2nd semestre 2013 ?

30/07/2013 - 18:28 - Sicavonline - John Greenwood - Invesco



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Quelle direction prendra l'économie mondiale au 2nd semestre 2013 ?

Perspectives pour l'économie mondiale

La normalisation des taux engagée depuis l'annonce de la sortie du « QE » de la Fed devrait se poursuivre et se propager à l'ensemble des économies de la planète. Dans ce contexte, quelles sont les perspectives pour les différentes économies et les principaux marchés de la planète ? John Greenwood, économiste en chef d'Invesco, analyse le potentiel de croissance des principaux pôles d'activité du monde.

Pour John Greenwood, Economiste en chef d'Invesco, 2013 sera une nouvelle année marquée par une croissance inférieure à la moyenne et par une faible inflation pour l'économie mondiale, et ce, compte tenu d'un environnement doublement problématique : le processus de désendettement dans les pays développés et le rééquilibrage structurel des économies dans les pays émergents. En tant qu'investisseur, la question majeure est de savoir comment les marchés vont réagir à la prochaine normalisation des taux d'intérêt qui verra les banques centrales progressivement réduire leurs injections de liquidités et commencer à lentement relever leurs taux d'intérêt.

Selon John Greenwood, la sévère correction et la sensible augmentation de la volatilité avec lesquelles les marchés ont réagi au plan de sortie du programme d'assouplissement quantitatif du président de la Fed Ben Bernanke ont servi de piqûre de rappel de la sensibilité de tous les marchés aux politiques des banques centrales et de l'incapacité des autorités monétaires à pleinement contrôler l'impact de la normalisation des taux d'intérêt que les principales économies devront entreprendre au cours des trois à quatre prochaines années. Comme le fait observer John Greenwood, ces périodes de normalisation des taux d'intérêt ont eu des résultats extrêmement contrastés dans le passé ; si certaines ont été particulièrement douloureuses comme en 1994-1995, d'autres l'ont été beaucoup moins comme en 2004-2006. « Cette fois-ci, beaucoup dépendra de l'état d'avancement de l'assainissement des situations financières, de la vigueur de la reprise et de l'ampleur de l'effet de levier des positions sur les marchés financiers sur la base des engagements des banques centrales » précise-t-il.

Pour l'économiste en chef d'Invesco, les tours de vis budgétaires et le caractère modéré de la croissance des dépenses des ménages vont se traduire par une croissance d'un peu moins de 2 % en 2013 aux États-Unis et par une inflation vraisemblablement inférieure à l'objectif officiel de 2 % de la Fed. Les perspectives pour l'Europe sont moins favorables dans la mesure où l'activité économique reste entravée par les mesures d'austérité sans assouplissement monétaire et sans dépréciation de la devise. Compte tenu d'une inflation qui continue de ralentir, John Greenwood entrevoit un risque réel de déflation dans la zone euro. Il anticipe une croissance du PIB négative de -0,6 % en 2013 et ne voit pas de catalyseurs propices à une reprise durable en 2014.

En termes de perspectives économiques, le Royaume-Uni occupe selon lui une position peu ou prou intermédiaire entre les États-Unis et la zone euro. Certes la politique monétaire de la Banque d'Angleterre demeure accommodante et pourrait même être un peu plus assouplie, mais le processus de désendettement, la rigueur budgétaire, la faiblesse de la livre sterling et l'inflation supérieure à l'objectif cible sont autant de facteurs faisant obstacle à la croissance. En 2013, John Greenwood prévoit une croissance du PIB réel de 1,2 % et une inflation de 2,7 % au Royaume-Uni.

Au Japon, deux des trois flèches du programme de relance économique de Shinzo Abe ont été décochées. La troisième - les réformes structurelles et la déréglementation du marché - le sera bientôt. Le yen s'est suffisamment apprécié pour restaurer la compétitivité des exportateurs japonais, mais les signes de reprise de l'économie nipponne restent timides. Après une croissance soutenue au premier trimestre et le récent rebond des indicateurs clés, les attentes sont fortes au Japon. Selon l'économiste en chef d'Invesco, la question principale est désormais la suivante : la Banque du Japon peut-elle provoquer un changement de comportement suffisamment important parmi les banques commerciales dont les crédits ont stagné, voire baissé, au cours des dix dernières années, ou parmi les entreprises et les ménages qui se sont montrés peu disposés à accroître leur endettement en empruntant davantage.

Dans de nombreuses économies émergentes, la croissance reste extrêmement dépendante des exportations dans un monde où les principaux marchés à l'exportation enregistrent une croissance inférieure à la moyenne ou sont frappés par la récession. En Chine, en Inde et au Brésil, la croissance a marqué le pas et les responsables politiques ont toutes les peines à assurer une transition sans heurts vers des modèles de croissance axés sur le marché intérieur. John Greenwood met en avant plusieurs problèmes auxquels la Chine doit s'attaquer pour parvenir à une croissance stable au cours des années à venir, au premier plan desquels figurent le système bancaire parallèle (« shadow banking ») et la nécessaire déréglementation du contrôle des changes. En Chine, il s'attend à un ralentissement de la croissance à 7,6 % et à une hausse toujours modérée de 2,2 % des prix à la consommation en 2013.

John Greenwood - économiste en chef d'Invesco

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Quelle direction prendra l'économie mondiale au 2nd semestre 2013 ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 500 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit