1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Actions émergentes : fuir encore ou revenir ?

Actions émergentes : fuir encore ou revenir ?

31/07/2013 - 11:22 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Actions émergentes : fuir encore ou revenir ?

Bruno Vanier

Après avoir suscité l'euphorie des investisseurs et surtout attiré massivement leurs capitaux pendant près de 4 ans, les actions émergentes semblent aujourd'hui avoir été évincées de nombreux portefeuilles. Quel est l'avenir des marchés émergents ? Bruno Vanier, co-fondateur et directeur de la gestion de Gemway Assets, analyse la situation présente des marchés émergents et se prononce sur leur futur en identifiant les opportunités qui devraient émerger.

Les marchés émergents ont sévèrement corrigé par rapport à leurs points hauts du début d'année (les bourses chinoises et brésiliennes ont reculé d'une vingtaine de pourcent par rapport à leurs sommets de 2013 respectifs). La baisse s'est vraiment matérialisée avec l'annonce fin mai de la fin du QE de la FED, les investisseurs (et particulièrement les investisseurs américains) ayant décidé de rapatrier une partie de leurs capitaux placés dans la zone émergente. Pourquoi une telle décision ?


Bruno Vanier : La hausse des taux US ainsi que la perspective de fin de QE a eu pour conséquence directe une baisse de la liquidité mondiale, ce qui affecte généralement et historiquement les actifs considérés comme les plus risqués. De fait, cet accroissement de l'aversion au risque a eu pour conséquence des rachats massifs sur les marchés émergents (dettes comme actions) : près de 25 Mds $ de sorties sur les fonds actions en juin dernier. Dans ce contexte, les bourses émergentes comme leurs devises ont été durement affectées.

Certains professionnels estiment que nous n'en sommes qu'au début des sorties de capitaux des pays émergents et que ces derniers vont rester sous pression durant de longs mois. Etes-vous aussi de cet avis ?


En cumulé, les rentrées de capitaux sur les actions émergentes ont été importantes au cours des dernières années : près de 170 Mds $ net depuis 2009. Cette année, les sorties récentes ont effacé les rentrées des 1ers mois de 2013. Cependant, elles paraissent faibles au regard des souscriptions depuis 2009.
L'hypothétique normalisation de la politique monétaire américaine pourrait encore se traduire par une hausse des taux US et une réduction supplémentaire de la liquidité mondiale, ce qui devrait continuer d'être négatif pour les marchés émergents.

Cependant, il serait déraisonnable de penser que la totalité des rentrées observées depuis 2009 devrait sortir des pays émergents. En effet, les fondamentaux macroéconomiques de ces pays en particulier leur potentiel de croissance restent très attrayants à long terme. Leur endettement, s'il a augmenté récemment, reste à des niveaux raisonnables (dette /PIB = 40% en moyenne) et demeure en tout cas très inférieur à celui des pays développés.

En conclusion, nous estimons que s'il doit y avoir des sorties supplémentaires, leur impact négatif devrait être relativement limité. N'oublions pas également que la perspective d'une économie américaine plus dynamique (corollaire de la hausse des taux US) aura un impact positif sur le commerce mondial et par conséquent sur les économies émergentes, tendance qui pourrait être observable à partir de 2014.

Les flux sortants de capitaux ne paraissent pas le seul défi pour les marchés émergents. Le ralentissement de la croissance est patent, tant au Brésil qu'en Chine, pour ne citer que ces deux pays. S'agit-il d'un phénomène passager ou durable ?


En Chine, la forte croissance des années 2000 a surtout été liée à la hausse massive des investissements. Cette croissance très consommatrice de matières premières a aujourd'hui trouvé ses limites et va ralentir durablement à mesure que la consommation va prendre le relais. Cette transition structurelle se traduit par une croissance moins forte. Faut-il s'en inquiéter ? Rappelons que la forte croissance passée n'a pas été synonyme de forte performance boursière.

Nous estimons que la Chine ainsi que ses principaux fournisseurs de matières premières comme le Brésil par exemple devraient donc croître moins vite dans les prochaines années. Le ralentissement est donc durable. Pour autant, ce n'est pas forcément une mauvaise nouvelle boursière à moyen terme. En effet, une croissance moins forte si elle est accompagnée de réformes de fond permettra une meilleure allocation du capital dans ces pays, et donc une meilleure rentabilité.

Les sorties de capitaux étrangers ne sont pas favorables aux devises émergentes. En renchérissant le coût des matières premières importées, n'ont-elles pas encore fragilisé davantage la croissance en Chine et la rentabilité déjà modeste des industriels chinois ?


A l'exception notable du Yuan chinois, les devises émergentes ont toutes corrigé sensiblement cette année. Dans certains cas, cette baisse a forcé les banques centrales à remonter leurs taux directeurs et a ainsi eu pour conséquence de réduire le potentiel de hausse de l'investissement (cas typique de l'Indonésie ou de l'Inde). Compte tenu de la légère appréciation de sa devise, la Chine n'est pas affectée. Au contraire, la baisse du prix des matières premières importées joue en sa faveur. Pour autant, la volatilité accrue sur les devises émergentes n'est pas positive. Néanmoins, nous estimons qu'elles sont aujourd'hui plutôt sous-évaluées (à l'exception du Real brésilien), et que leur niveau est aujourd'hui attrayant.

A quel moment revenir sur les émergents ?


Le différentiel de performance entre les marchés développés et les émergents est aujourd'hui extrêmement tendu (en défaveur de ces derniers). Un retour à la moyenne est à attendre d'ici la fin de l'année.
Au-delà de cette analyse technique, nous estimons que les bourses émergentes sont à des niveaux de valorisation attrayants. Les perspectives bénéficiaires revues à la baisse depuis plus de 6 mois se stabilisent désormais. Les résultats du 1er semestre 2013 sont mitigés mais en majorité positifs. Nous nous attendons à un bon 4ème trimestre boursier.

Où se situent selon vous les principales opportunités tant géographiquement qu'en termes de valeurs ?


Notre approche privilégie largement la sélection de titres plutôt que l'allocation pays. Les valeurs de qualité telles que TSMC, Samsung Electronics, AAC Technologie et Largan Precision dans la technologie sont à privilégier. Samsonite, Sands China ou Sa Sa nous permettent de bénéficier de l'expansion du tourisme chinois. Dans la grande distribution, Magnit en Russie, Femsa au Mexique et Shoprite en Afrique sont des valeurs de fond de portefeuille idéales.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Actions émergentes : fuir encore ou revenir ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.0%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 300 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit