1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. Prix immobiliers : face à des prévisions parfois hasardeuses, profitez des conseils de deux experts !

Prix immobiliers : face à des prévisions parfois hasardeuses, profitez des conseils de deux experts !

01/08/2013 - 10:15 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Prix immobiliers : face à des prévisions parfois hasardeuses, profitez des conseils de deux experts !

Faire part de l'évolution des prix immobiliers et à plus forte raison s'essayer à des anticipations sont deux exercices très délicats. La manœuvre devient d'autant plus périlleuse que la moindre annonce peut à elle seule paralyser le marché immobilier déjà en proie à un retournement. A l'occasion de la publication des dernières statistiques des notaires, Sicavonline revient, avec l'aide précieuse de deux experts, Pierre Sabatier (PrimeView) et Sébastien De Lafont (MeilleursAgents.com), sur les questions essentielles à se poser avant de passer à l'acte de vente ou d'achat.

Confrontés à un flux d'informations parfois, pour ne pas dire souvent, contradictoires, acheteurs et vendeurs peinent à trouver des repères fiables, ne sachant plus à quelles statistiques se vouer. Comment dans ces conditions prendre l'une des plus importantes décisions de sa vie : l'achat d'un logement.

Prix immobiliers : des informations discordantes


Alors que les professionnels annoncent, à grand renfort de communiqué de presse, une baisse des prix immobiliers entre le premier semestre 2013 et le premier semestre 2012, les dernières statistiques des notaires sur l'évolution des prix de l'immobilier viennent quelque peu bousculer les repères.

D'après l'indice Notaires-Insee, les prix des logements anciens ont augmenté de 0,2 % en variation trimestrielle et ont reculé de seulement -1,5 % en variation annuelle. Ces données ne correspondent pas aux chiffres que vous avez lus ou entendus dernièrement. Rien d'étonnant à cela.

L'écart relevé entre les chiffres publiés par les notaires et les différents réseaux immobiliers s'explique très simplement. Pour des questions de fiabilité et de délais de traitement, les chiffres des notaires publiés en juillet concernent les ventes définitivement signées au cours du premier trimestre 2013, c'est-à-dire initiées trois mois auparavant, soit à la fin de l'année 2012. Plus avancés, les chiffres des professionnels de l'immobilier sont néanmoins biaisés puisqu'ils reposent sur un nombre de transactions plus limité que celui des officiers ministériels et ne sont pas toujours représentatifs du marché dans son ensemble. Bien souvent, les contradictions ne sont qu'apparentes et les statistiques vont finalement se recouper avec le temps.

En attendant, le message est confus pour l'acheteur comme pour le vendeur et les conduit inexorablement à l'attentisme alors que le contexte macro-économique les confine déjà à une extrême prudence.

Prix immobiliers : bulle ou pas bulle ?

Afin de mieux décrypter le marché immobilier, et plus particulièrement la formation des prix au cours des dernières années où les prix de l'immobilier ont flambé, commençons par répondre à une question essentielle : Bulle ou pas bulle immobilière ?


Marché immobilier : un dysfonctionnement patent


Malgré les interrogations demeurant sur la direction prise par les prix immobiliers, leur effondrement brutal ne semble pas à l'ordre du jour. Mais la chute des transactions (- 17 % relevé par les notaires entre avril 2012 et avril 2013) prouve que le marché immobilier français dysfonctionne. Comment en est-on arrivé là ?

L'offre de logements est-elle suffisante ? L'Etat a-t-il faussé la donne ?

Découvrez les réponses de nos deux experts en cliquant sur la vidéos ci-dessous.


Les politiques publiques de soutien au logement présentent des avantages mais entrainent également des effets pervers. Par conséquent, les notaires appellent le gouvernement à envoyer un signal fort aux vendeurs. La réduction annoncée de la durée de détention de 30 ans à 22 ans pour bénéficier de l'exonération des plus-values immobilières répond à une demande forte des vendeurs, relayée par les professionnels de l'immobilier auprès des pouvoirs publics. Au-delà de l'effet d'annonce, des interrogations demeurent néanmoins et viennent là encore brouiller les messages.

Marché immobilier : la responsabilité de l'Etat



L'Etat fausse-t-il la donne ?

Les notaires ne se tracassent pas du seul fait des annonces du gouvernement en matière de fiscalité immobilière. Le pouvoir d'achat des ménages est également au centre de leur préoccupation, allant jusqu'à se demander si le pays ne se dirige pas vers une crise de solvabilité des ménages. « La baisse des taux des crédits immobiliers et l'arrêt de la hausse des prix auraient dû relancer le marché immobilier. Ce n'est pas le cas en raison de la situation macro-économique et des anticipations de baisses des prix sur les marchés où elle ne s'est pas encore produite. » jugent les notaires. La probable remontée des taux d'emprunt immobilier aura un effet dévastateur sur les primo-accédants modestes déjà pénalisés par la disparition du PTZ à taux zéro dans l'ancien.

Les notaires ne masquent pas leurs inquiétudes face à la remontée des taux, « Les prix de l'immobilier sont peu élastiques à la baisse puisque une bonne partie des vendeurs peut choisir de ne pas vendre. » Mais ils ne perdent pas pour autant foi en l'avenir espérant des jours meilleurs dans un futur proche, exhortant les ménages à plus de réalisme « Il est donc venu le temps de mettre fin à la période d'attentisme enregistrée depuis le 3ème trimestre 2012, le temps pour les vendeurs de déclencher la mise en vente de leurs biens et pour les acquéreurs d'émettre des offres d'achat. » Seront-ils entendus par les principaux intéressés et surtout doivent-ils être suivis ?

Acheter un logement : la question essentielle

Avant de prendre une décision qui de par son fort retentissement sur votre famille et votre patrimoine ne doit pas être prise à la légère, demeure une question plus que jamais capitale : est-il, dans les conditions actuelles du marché, plus intéressant d'acheter son logement que de le louer ? Vous êtes persuadé de détenir la réponse, jeter un œil à la vidéo ci-dessous, vous pourriez être surpris.


Acheter ou louer sa résidence principale ?


© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.


A lire autour du sujet "Prix immobiliers : face à des prévisions parfois hasardeuses, profitez des conseils de deux experts !" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
-

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.