1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. Garantie Universelle des Loyers (GUL) : nouveau gouffre financier ?

Garantie Universelle des Loyers (GUL) : nouveau gouffre financier ?

21/08/2013 - 10:57 - Sicavonline (mis à jour le : 25/08/2014 - 17:14)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Garantie Universelle des Loyers (GUL) : nouveau gouffre financier ?

Garantie Universelle des Loyers : la fausse bonne idée ?

Galian, société d'assurance spécialiste des professionnels de l'immobilier, tire le signal d'alarme. L'assureur estime que la Garantie Universelle des Loyers (GUL) pèsera lourdement sur les finances publiques et les contribuables. Selon les estimations de Galian et de la FFSA (Fédération française des sociétés d'assurance), la GUL coûtera entre 1,5 milliard et 2 milliards d'euros par an, soit deux à trois fois l'estimation du ministère du Logement.

Dans les conclusions de sa revue annuelle de l'économie française, le FMI a estimé que la France devrait ralentir en 2014 le rythme d'assainissement de ses finances publiques en concentrant ses efforts sur les seules dépenses et en renonçant aux hausses d'impôts. Le projet de loi sur le logement ALUR et plus particulièrement la création de la GUL (garantie universelle des loyers) va ainsi à l'encontre des recommandations du FMI. Pierre Moscovici, qui indique qu'il « privilégiera dans le projet de loi de finances pour 2014 les économies de dépenses par rapport aux hausses de prélèvements obligatoires », semble ne pas avoir pris la mesure de ce projet.

En effet, la GUL, selon la Ministre de l'Egalité des territoires et du Logement, « a pour objet de garantir les bailleurs, sous la forme d'un système d'aides, contre les risques d'impayés de loyer, afin de favoriser l'accès au logement et de prévenir les risques d'expulsion des locataires par des mesures d'accompagnement social. »

GUL : la sécurité sociale du logement, un gouffre financier

Cécile Duflot en proposant la création d'une sécurité sociale du logement entièrement prise en charge par l'État et financée par une taxe levée sur les loyers, met manifestement en danger l'effort de remise en ordre des finances publiques poursuivi par le gouvernement. Le risque de dérapage budgétaire pour l'État, en raison des dérives dont le système est porteur, est très significatif dans un contexte de crise des finances publiques et de chômage élevé. En effet, la GUL nécessiterait la création d'un établissement public gestionnaire, l'embauche de milliers de fonctionnaires et toute une organisation, pour que le relais avec les services sociaux et les commissions chargées de prévenir les expulsions fonctionnent. Par ailleurs, cette taxe ne suffira pas à indemniser les propriétaires des impayés générés par les locataires... d'où un risque de dérapage.

Qui va régler la note de la GUL ?

Selon la Ministre ce dispositif ne coûterait à l'Etat qu'entre 400 et 700 millions d'euros. GALIAN, le leader français de la garantie financière, acteur de référence des assurances des professionnels de l'immobilier, alerte les pouvoirs publics sur les risques d'un tel dispositif. En effet, dans une approche optimiste (scénario économique et social porteur) et sur la base d'une taxe sur les loyers de 1,5% à 2%, selon les chiffres avancés par la ministre, GALIAN et la FFSA[1] ont évalué le besoin de financement pour l'État, en rythme de croisière (coût des sinistres après déduction des recours)[2].

Ce dispositif aurait donc des répercussions sur le budget des ménages, puisque cette nouvelle taxe serait payée, toujours selon la ministre, à part égale par les locataires et les propriétaires. Cette décision augmenterait la fiscalité des ménages (et des loyers), à l'exact opposé des objectifs fixés par le gouvernement. GALIAN interpelle les pouvoirs publics sur les raisons conduisant à l'instauration d'un dispositif entièrement public et propose la création d'un dispositif public-privé mobilisant les acteurs - dont les assureurs, courtiers et administrateurs de biens - qui depuis longtemps déjà, gèrent les garanties de loyers impayés.

GALIAN

[1] Fédération Françaises des Sociétés d'Assurance.
[2] Taxes ou primes payées - coût des sinistres - frais de gestion + recours sur les locataires. A noter que ce résultat est établi sur une projection de 180 à 300 000 sinistres déclarés par les bailleurs sur l'ensemble du parc locatif privé, soit 6,5 millions de logements, un taux de cotisation de 2% et un coût moyen de sinistre de 7 000 euros.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.


A lire autour du sujet "Garantie Universelle des Loyers (GUL) : nouveau gouffre financier ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.5%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.