1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Les Français sont-ils des épargnants (trop) peureux ?

Les Français sont-ils des épargnants (trop) peureux ?

23/10/2013 - 12:25 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Les Français sont-ils des épargnants (trop) peureux ?

L'attrait pour le livret A décroît

Après avoir cartonné auprès des épargnants français, le charme du livret A n'opère plus. Pour la première fois depuis novembre 2011, le livret A décollecte. Autrement dit, les ménages ont plus retiré qu'ils n'ont épargné. La rupture entre les ménages et le livret A est-elle consommée ? Les Français sont-ils enfin prêts à prendre des risques pour faire fructifier leur épargne ?

A en croire les derniers chiffres publiés par la Caisse des dépôts et consignations (CDC), chargée de gérer une fraction des sommes déposées sur les livrets A, les Français boudent le livret d'épargne le plus populaire.

Le Livret A se prend une claque

Pour la première fois depuis deux ans et après avoir connu des collectes records, 8,21 Mds€ en janvier dernier pour ne citer que ce mois, les retraits sont en septembre supérieurs aux dépôts. Au total, la décollecte atteint 1,56 Mds€ tandis qu'elle n'était que 0,04 Md€ en novembre 2011.
Les épargnants se seraient-ils enfin décidés à opter pour des placements plus rentables ? Un sondage publié récemment semble prouver le contraire.
Peut-on alors en conclure que le charme fiscal du livret A auquel vient s'adjoindre une sécurité quasi-absolue n'agiraient plus ? Encore une fois, la réponse est négative. Le fort recul du mois de septembre aurait deux origines. D'après le cercle des épargnants, la baisse du taux de rémunération du Livret A de 1,75 % à 1,25 % depuis le 1er août mais aussi le contexte économique et financier seraient responsables de cette décollecte massive.

Le livret A : un cousin d'air pour les ménages

Philippe Crevel, Economiste et Secrétaire Général du Cercle des Epargnants explique ainsi qu'« avec la baisse du rendement de l'épargne réglementée, les ménages ayant des disponibilités ne voient plus l'intérêt de les placer sur un Livret A. Ils préfèrent les laisser sur leurs comptes courants. Par ailleurs, de nombreux ménages pour faire face aux dépenses liées à la rentrée et aux impôts ont du puiser dans leur épargne de court terme. Le fort niveau de chômage, la stagnation des salaires ont accentué ce phénomène. Les ménages sont contraints de réduire leur effort d'épargne voire désormais de puiser dans leurs réserves. »

En 2013, 14 Md€ à l'abri sur les livrets A

Les ménages ont certes allégrement pioché dans leur livret A pour payer les factures. Mais depuis le début de l'année, ils ont versé un peu de 14 Mds€. Au total, les épargnants détiennent 264 Mds€ au travers de livrets A auxquels viennent s'ajouter presque 100 Mds€ déposés sur les livrets de développement durable. L'épargne réglementée séduit moins mais reste avec les fonds en euros de l'assurance-vie l'un des placements préférés des Français et ce n'est sans doute pas près de changer.

Les Français sont-ils des épargnants peureux ?

Le sondage évoqué précédemment, réalisé par l'institut Opinion Way pour le compte des organisateurs du salon Actionnaria, montre que « pour les Français, les placements en actions doivent certes leur permettre de faire fructifier leur épargne mais doivent avant tout se révéler sans risque. Une majorité privilégie la sécurité du placement à son potentiel de performance. » Avec un tel état d'esprit, le livret A et plus généralement l'épargne réglementée ont encore de beaux jours devant eux. Faut-il une fois de plus rappeler aux épargnants que sur le long terme, le placement en actions arrive en tête en termes de performance, sa volatilité sur de courtes périodes ne peut malheureusement être complètement gommée.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Les Français sont-ils des épargnants (trop) peureux ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
-

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit