1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Les mystérieuses cités d'or du Brésil (2/5)

Les mystérieuses cités d'or du Brésil (2/5)

24/06/2014 - 09:14 - Sicavonline - Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque (mis à jour le : 25/06/2014 - 09:15)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Les mystérieuses cités d'or du Brésil (2/5)

A l'occasion de la coupe du monde, Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque, a préparé une saga en cinq épisodes dédiée à l'économie brésilienne. Cette semaine l'épisode 2 s'intéresse aux entreprises qui ont tenté, avec plus ou moins de réussite, de profiter du potentiel de développement offert par le marché brésilien.

Les investissements directs à l'étranger (IDE) entrants ont connu une envolée à partir du plan real de 1995.
Le jeitinho brasileiro est le principal écueil auquel font face les entreprises étrangères.
Les sociétés françaises ont tiré les leçons des erreurs de leurs concurrentes malheureuses.


Le Brésil est souvent présenté comme l'une des meilleures opportunités de croissance pour les entreprises étrangères. C'est là où il faut être. Depuis près de 20 ans, la hausse des investissements directs à l'étranger (IDE) entrants dans le pays n'a cessé de croître, soulignant l'intérêt des milieux économiques pour cette nouvelle frontière de l'investissement. Cependant, les déboires de plusieurs entreprises, parmi lesquelles Wal-Mart et Lenovo, pour s'implanter dans le pays montrent qu'il existe également un revers à la médaille.

L'eldorado des investisseurs

Parmi les pays émergents, le Brésil présente un panorama économique attractif. C'est une économie diversifiée qui a réussi à se spécialiser sur certains secteurs innovants, comme l'énergie, l'aérospatial, et les biotechnologies, et où la classe moyenne constitue un peu plus de 50% de la population totale.

C'est donc sans surprise que le Brésil est l'une des principales destinations mondiales des flux d'IDE entrants avec un montant de 64 milliards de dollars en 2013, soit la septième place mondiale.

Cependant, cette attractivité économique brésilienne n'aurait certainement pas été possible sans le plan real lancé en 1995 par Fernando Henrique Cardoso. C'est à partir de cette stabilisation de l'économie que les IDE entrants ont commencé à s'étoffer significativement, ceux-ci étant jusque-là anémiques du fait de la crise.
Ce rétablissement économique, les opportunités présentes, et l'illusion que le Brésil puisse faire office de relais de croissance en période de difficultés pour les pays développés ont conduit de nombreuses entreprises étrangères à tenter l'aventure brésilienne.

Cependant, elles ont souvent rapidement déchanté face à ce qu'on appelle le « custo brasil » (littéralement le « coût Brésil ») qui renvoie à l'ensemble des coûts supplémentaires cachés pour faire des affaires au Brésil. A savoir, notamment, des infrastructures déficientes, une taxation élevée, des coûts logistiques conséquents ou encore une bureaucratie très lourde.

C'est ce qui explique que le Brésil ne pointe qu'à la 116ème place sur 189 économies dans l'enquête mensuelle Doing Business de la Banque Mondiale. Principale lacune du pays : la taxation. Le montant total imposé s'élève à près de 70% des bénéfices, parmi les records mondiaux. La jungle fiscale est telle qu'il faut en moyenne 2600 heures par an pour accomplir l'essentiel des démarches. Une rigidité propre à de nombreuses économies émergentes qui a un impact direct sur les IDE et les possibilités de croissance.

L'art du jeitinho brasileiro

La conséquence directe de ces rigidités au Brésil, c'est qu'y faire des affaires peut parfois se traduire par un véritable choc culturel pour les entreprises étrangères.

Christopher DEMBIK, Analyste chez Saxo Banque

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit


A lire autour du sujet "Les mystérieuses cités d'or du Brésil (2/5)" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit