1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Pourquoi on ne peut toujours pas parler de « plein emploi » aux Etats-Unis

Pourquoi on ne peut toujours pas parler de « plein emploi » aux Etats-Unis

25/06/2014 - 09:19 - Sicavonline - Pierre Sabatier, président et co-fondateur de Primeview (mis à jour le : 08/08/2014 - 16:30)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Pourquoi on ne peut toujours pas parler de « plein emploi » aux Etats-Unis

Selon Pierre Sabatier, président de Primeview, la FED ne prendra pas le risque d'augmenter son taux directeur tant que l'emploi à temps plein n'aura pas retrouvé ses précédents plus hauts...et le chemin est encore long pour y parvenir.

Dans un édito de mars 2012 nous évoquions la trajectoire positive sur laquelle se trouvait alors l'emploi aux Etats-Unis, mais également le chemin qui restait à parcourir pour que le pays retrouve une situation de plein emploi. Plus de deux ans plus tard, le constat est celui d'une nette amélioration du marché du travail américain, puisque 77 mois après le début de la crise les Etats-Unis ont retrouvé les 8.7 millions d'emplois détruits (« non farm payroll »). Le taux de chômage est ainsi retombé à 6.3% (contre 9.8% avant la crise). Le taux d'emploi (employés/population des 15-64 ans) s'est lui aussi fortement redressé, passant de 65.4% à 68.2%, même s'il reste loin de son niveau de 2008 (70%) et surtout de son précédent sommet de 2000 (74%).



Ces bons chiffres sont toutefois à relativiser, notamment au regard de la trajectoire toujours baissière du taux de participation (population active de plus de 15 ans/ population totale de plus de 15 ans) : d'un niveau moyen de 66% entre 2002 et 2008, il est tombé à 62.8% aujourd'hui, résultat d'une toile de fond démographique défavorable qui se traduit par trois phénomènes. D'abord, les Etats-Unis vieillissent et commencent à faire face au départ massif à la retraite des baby-boomers qui ont fait la force de son économie pendant plusieurs décennies ; ensuite, on observe un recul du taux d'activité chez les jeunes américains, qui étudient de plus en plus longtemps dans une société ultra concurrentielle tournée quasi exclusivement vers les services ; enfin, le taux d'activité des femmes a sans doute atteint un plafond au cours de la décennie passée (59%) et commence lui aussi à décliner du fait du vieillissement. Lorsque l'on ajuste l'emploi par ce taux de participation, on s'aperçoit ainsi que le niveau actuel est encore loin de celui de 2008, et même de celui du précédent cycle économique (2000).



Autre facteur important : celui de la part des emplois à temps plein dans le nombre d'emplois total. Sur ce plan, les nouvelles sont positives : leurs créations ont clairement pris le relais des emplois à temps partiel depuis 2011. Malgré cela, il reste encore du chemin à parcourir pour que l'expression « plein emploi » soit valable aux Etats-Unis : on dénombre toujours 3 millions d'emplois à temps plein en moins qu'avant crise.



Dans ces conditions, nous comprenons le discours relativement prudent dispensé par la Fed, qui ne prendra pas le risque d'augmenter son taux directeur tant que l'emploi à temps plein n'aura pas retrouvé ses précédents plus hauts... Au rythme de création actuel, cela nous amènerait à un mouvement des Fed Funds... fin 2017 !

Pierre Sabatier, président et co-fondateur de Primeview

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit


A lire autour du sujet "Pourquoi on ne peut toujours pas parler de « plein emploi » aux Etats-Unis" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
-

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit