1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. BCE : un coup d'épée dans l'eau ?

BCE : un coup d'épée dans l'eau ?

04/07/2014 - 14:15 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




BCE : un coup d'épée dans l'eau ?

Suite à la réunion mensuelle de la BCE du 3 juillet 2014, Rémi Lelu de Brach, Gérant Taux chez Quilvest Gestion, estime que les marchés sont surtout à l'écoute de ce qui se passe aux Etats-Unis et que les mesures de la BCE ne seront pas à même de faire baisser l'euro.

Réunion mensuelle BCE : informations principales
- La conférence de presse aura lieu toutes les 6 semaines à partir de janvier 2015 et des minutes seront publiées.
- Nouveaux détails sur les futures opérations de TLTRO

Réunion mensuelle BCE : attentes du marché

Les investisseurs n'anticipaient pas d'action particulière de la part de la BCE ce mois-ci. En effet, le mois dernier la banque centrale avait proposé un paquet très complet de mesures afin de relancer le crédit et la confiance dans la zone euro et ils s'attendaient à ce que l'institution fasse une pause ce mois-ci afin de se donner le temps d'évaluer l'impact des mesures mises en place.

Cependant, Mario Draghi avait évoqué au mois de juin la préparaion d'un programme d'achats d'ABS et un certain nombre d'investisseurs espéraient qu'il donne plus de détails sur les modalités de ce plan. Ils attendaient aussi des détails sur le programme de TLTRO sensé encourager les banques à prêter aux PME.

Le début de la conférence de presse est resté très proche de celui du mois précédent. En effet, la BCE annonce que les taux resteront au même niveau pendant une période de temps étendue (ceci exclut à priori une nouvelle baisse des taux). Les risques pour l'économie de la zone euro sont plutôt déflationnistes qu'inflationnistes. Le crédit aux entreprises non financières continue de décliner en mai. La banque centrale surveille aussi les risques géopolitiques. Les gouvernements doivent poursuivre leur reformes structurelles car l'insuffisance de ces reformes pourrait poser un risque pour la croissance. Mario Draghi rappelle que la BCE est en train de travailler à un plan d'achats d'ABS. Ce plan devrait permettre aux banques d'améliorer leur financement, mais surtout il leur permettra d'accélérer le nettoyage de leurs bilans.

A partir de janvier 2015, les réunions de la BCE se feront toutes les 6 semaines plutôt que sur une base mensuelle. Parallèlement à cette annonce, la BCE précise qu'elle mettra en place de minutes résumant les discussions au sein du conseil des gouverneurs. La BCE justifie son choix en précisant que l'institution ne peut pas agir tous les mois et que ça pouvait envoyer un mauvais message au marché. En effet, les investisseurs avaient tendance à attendre des annonces ou des actes de la BCE tous les mois et l'absence d'action pouvait être interprétée comme une attitude passive de la part de la BCE, ce qui n'est pas le cas. Même si elle s'en défend, la BCE adopte ainsi le même rythme que la Reserve Fédérale Américaine, ce qui devrait lui permettre d'avoir une communication plus proche et comparable. Il sera intéressant de voir si la BCE fait exprès de fixer les dates juste après celle de la Fed afin d'adapter son discours à celui de la banque centrale américaine.

Le point le plus important de cette conférence réside dans le communiqué sur les modalités des TLTRO qui a été diffusé après la conférence. Les TLTRO sont des opérations de refinancement qui permettront aux banques d'emprunter de l'argent à la BCE en échange de collatéral à un taux de 0,25%. Cependant, les banques qui participeront à ce programme devront s'engager à augmenter leurs encours de prêts.

Voici les détails importants de ce programme :
- Les TLTRO auront lieu tous les 3 mois à partir de septembre 2014 et se termineront en juin 2016. Ils auront une maturité de 2 ans à chaque fois.

- Les banques pourront se regrouper pour participer au programme. Les membres de ces groupes devront avoir un lien proche entre eux. En pratique ceci permettra aux groupes de consolider leurs chiffres de prêts et de ne pas être pénalisés si un des membres du groupe a réduit ses encours de prêts alors que les autres membres du groupe ont fait l'inverse.

- Lors des deux premiers TLTRO, les banques pourront emprunter au total jusqu'à 7% de leurs encours de prêts aux entreprises non financières.

- Les banques qui participent au programme doivent s'engager à augmenter leurs encours de prêts (en excluant les prêts aux états et à l'immobilier) au dessus d'un certain niveau appelé Benchmark.

- Dans le cas d'une banque qui a augmenté ses encours prêts entre avril 2013 et avril 2014, le benchmark sera les encours au 30 avril 2014 :

-Dans le cas d'une banque ayant réduit ses encours entre avril 2013 et avril 2014, le benchmark sera basé sur les encours d'avril 2014 mais réduit du même montant que la tendance entre avril 2013 et avril 2014.

-Si les encours de prêts sont inferieurs au benchmark en septembre 2016, les banques devront rembourser les montants empruntés aux TLTRO.

-A chaque nouvelle opération de TLTRO (après les 2 premières), les banques qui ont des encours de prêts supérieurs au benchmark pourront emprunter jusqu'à 3 fois la différence entre leurs encours et leur benchmark (et le montant total d'emprunt pourra donc dépasser 7% de leurs en-cours de prêts).

Il est très important de remarquer que les banques pourront participer aux 2 premiers TLTRO même si elles n'ont pas l'intention d'augmenter leurs encours de prêts et ceci sera équivalent à un LTRO à 2 ans à 0.25%. Il est donc probable que les 2 premières opérations auront beaucoup de succès. Par ailleurs, Mario Draghi estime que le montant global de l'ensemble des TLTRO pourra atteindre 1000 milliards d'euros, soit un montant équivalent aux précédents LTRO à 3 ans.

Réunion mensuelle de la BCE : impact sur le marché

Au même moment où Mario Draghi parlait, les Etats-Unis ont publié leur rapport mensuel sur l'emploi qui était bien meilleur que les attentes. Ainsi, il nous semble que c'est surtout ce rapport qui a eu un impact sur le marché et qui a fait remonter les taux plutôt que la conférence de presse de la BCE qui elle a plutôt été conforme aux attentes. Ensuite, les taux sont revenus sur leur niveau d'ouverture : Evolution du 10 ans allemand sur la journée du 3/07/2014.

Par contre, le rapport sur l'emploi à fait baisser l'euro puisqu'une BCE très accommodante avec une Fed qui l'est de moins en moins est de nature à soutenir la devise américaine :
Parité euro/dollar sur la journée du 3/07/2014

Réunion mensuelle de la BCE : l'analyse de Quilvest

A l'image de ce qui s'est passé sur les marchés aujourd'hui, nous pensons que le principal catalyseur sur le marché des taux viendra des Etats-Unis. En effet, la BCE va rester très accommodante très longtemps, mais cette position est maintenant bien anticipée par le marché. De plus, même si elles vont dans le bon sens, les mesures de la BCE ne sont pas vraiment à même de faire baisser l'euro. A l'inverse, une attitude moins accommodante de la Fed pourrait faire remonter le dollar et les taux.

Rémi Lelu de Brach
Gérant Taux chez Quilvest

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit


A lire autour du sujet "BCE : un coup d'épée dans l'eau ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit