1. Accueil
  2. >
  3. Bourse & Sicav
  4. >
  5. L'économie pour investir
  6. >
  7. Obligations, Actions... les classes d'actifs passées au crible

Obligations, Actions... les classes d'actifs passées au crible

08/01/2015 - 11:49 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline



Obligations, Actions... les classes d'actifs passées au crible

Pourquoi l’an passé, les fonds obligataires pourtant peu performants ont suscité plus d’appétit de la part des investisseurs que les fonds actions ? Est-ce un comportement irrationnel amené à évoluer ? Bernard Aybran, Directeur de la multigestion, Invesco Asset Management apporte son éclairage afin de comprendre et d’expliquer ce phénomène persistant et d'en tirer les leçons nécessaires.

A nouveau en 2014, les investisseurs mondiaux ont acheté plus de fonds obligataires que de fonds actions. C'est d'ailleurs ce qu'ils ont fait durant 6 des 7 dernières années1. Cette préférence s'affirme alors que les obligations n'ont jamais aussi peu rapporté. Faut-il y voir le résultat d'un comportement irrationnel, destiné à se corriger à terme ?

Approcher cette question d'un point de vue strictement économique amène, au niveau mondial, à conclure à une irrationalité : les perspectives économiques mondiales s'avèrent relativement satisfaisantes, si l'on s'en tient aux anticipations de croissance économique ou d'inflation. La première devrait être suffisamment élevée et la seconde en baisse, deux composantes de ce qu'un économiste pourrait qualifier d'optimal. Bien évidemment, cette irrationalité apparente trouve en grande partie son origine dans la situation de la zone euro, à nouveau menacée par la déflation, l'absence de croissance de long terme, voire de dislocation. En somme, le scénario envisagé assez sérieusement en 2012. Cependant, la chute brutale des prix du pétrole explique également les difficultés de bon nombre d'économies, en grande partie émergente. Or, cette baisse des prix est l'équivalent d'une subvention aux économies occidentales, et devrait venir compenser les craintes de ralentissement. Pour l'heure, les deux sources de nervosité semblent bien au contraire s'additionner dans l'esprit des investisseurs.

Le point de vue d'un investisseur actions pourrait s'avérer assez différent : avec des dividendes bien souvent supérieurs au rendement des emprunts d'Etat, les actions présentent un réel attrait pour l'ensemble des investisseurs à la recherche de rendement, partout dans le monde. Le rendement estimé du dividende pour 2015 atteint 2% au Japon, 2,1% aux Etats-Unis et 3,8% en Europe2. Ce rendement suppose des croissances bénéficiaires respectives de 7,8%, 8,6% et 9,3%, anticipations loin de l'exubérance. Toutefois, les investisseurs européens ont en 2014 connu une nouvelle année de fortes révisions à la baisse : en début d'année, la croissance des bénéfices était attendue à +14,7% mais n'est plus estimée qu'à +2,8% douze mois plus tard3. Le contexte macro-économique du continent fait peser toujours plus de doutes sur le consensus qui s'établit en cette nouvelle année. Dans ces conditions, les multiples de valorisation classiques comme le rapport cours sur bénéfice (PE) pourraient s'avérer trompeurs sur les actions de la zone euro. Sur d'autres grandes régions, aux premiers rangs desquelles les Etats-Unis ou le Japon, les bénéfices ont effectivement été au rendez-vous en 2014 et devraient continuer à progresser en 2015.

Enfin, du point de vue de l'offre et de la demande sur les marchés obligataires, la balance explique de manière tout à fait rationnelle que les obligations soient toujours plus chères : le déficit des grands fonds de pension anglo-saxons demeure très important et s'est accru en 2014, sous l'effet mécanique du « taux d'actualisation » : la baisse des taux d'intérêt accroît la valeur actuelle des retraites qui devront à l'avenir être payées. La réaction, tout à fait rationnelle, des fonds de pension devant cette situation consiste à « raccourcir leur actif », c'est-à-dire vendre des actifs de plus long terme (dont les actions) pour acheter des actifs plus courts, comme des obligations. Cet accroissement de la demande d'obligations vient se confronter à une baisse de l'offre d'emprunts d'Etat entre 2014 et 2015, du moins dans les économies du G7 : -3% aux Etats-Unis, -8% en Allemagne (où les émissions d'emprunts d'Etat devraient atteindre leur plus bas niveau depuis 2002) et -12% en France et en Italie4. Moins d'offre et plus de demande amène, tout à fait rationnellement, à une hausse des prix, c'est-à-dire, en matière obligataire, à une baisse des taux : les taux d'intérêt négatifs deviennent toujours plus fréquents et concernent des maturités toujours plus longues.

Durant le mois de décembre, les portefeuilles diversifiés multigérants Invesco ont bénéficié d'arbitrages sur l'ensemble des classes d'actifs. Tout d'abord, l'exposition au dollar a continué à augmenter, comme c'est le cas depuis plusieurs mois maintenant. Les placements obligataires sont demeurés concentrés sur des signatures de catégorie Investment Grade et leur duration a été accrue, via les marchés de dette en euro, à la fois souveraine et corporate. Sur les investissements actions, le mouvement entamé il y a plusieurs mois a été poursuivi : les actions européennes ont été réduites et sont désormais sous-pondérées dans la plupart des portefeuilles. Cet arbitrage a été effectué pour partie au profit des actions américaines et pour partie au profit des emprunts d'Etat.

Pour les semaines à venir, une volatilité élevée peut être attendue sur les marchés financiers. D'une part du fait de la nervosité générale des investisseurs. D'autre part parce que les mois de janvier sont souvent caractérisés par des mouvements importants en Europe : durant les 6 années écoulées depuis 2009, 4 mois de janvier ont connu des performances supérieures à +4% ou inférieures à -4%5. En somme, un mois de janvier assez usant est à prévoir.


Bernard Aybran, Directeur de la multigestion, Invesco Asset Management.

1 Depuis 2008, seule l'année 2013 a vu des souscriptions en fonds actions supérieures aux souscriptions en fonds obligataires.   Source JP Morgan au 02/01/2015, ETF inclus
2 Source JP Morgan au 02/01/2015
3 Source Goldman Sachs au 15/12/2014, indice Stoxx 600
4 Source Bloomberg, janvier 2015
5 Contre des performances mensuelles moyennes de 0,5% sur l'ensemble des mois de l'année ; statistiques sur l'EuroStoxx 50, source Bloomberg

Achevé de rédiger, le 5 janvier 2015

© Synapses. Les contenus (vidéos, articles) produits par Synapses font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 3 700 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Assurance vie Futura Vie Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Investir en SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 200 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit


A lire autour du sujet "Obligations, Actions... les classes d'actifs passées au crible" :




Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline




Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus


Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus


Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Assurance vie Futura Vie Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Investir en SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 200 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 3 700 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

Souscription sicavonline

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

Contacter Sicavonline

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)