1. Accueil
  2. >
  3. Bourse & Sicav
  4. >
  5. L'économie pour investir
  6. >
  7. L'impact du QE sur l'économie réelle sera modeste

L'impact du QE sur l'économie réelle sera modeste

28/01/2015 - 16:34 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline



L'impact du QE sur l'économie réelle sera modeste

Un QE aux effets modestes

Dans une note en date du 26 janvier, la direction des gestions de Groupama AM estime que si la BCE ne s'est pas dérobée au rendez-vous fixé aux marchés en annonçant le 22 janvier un programme de quantitative Easing, la réussite de celui-ci se conjugue au conditionnel.

La direction des Gestions de Groupama AM commente la décision de la BCE dans une note comme suit :

"La BCE est au rendez-vous des marchés mais l'impact sur l'économie réelle de la zone euro sera modeste.

En augmentant la taille de son bilan de 1140 mds d'euros, la BCE espère activer deux mécanismes :

• Un « effet-richesse » sur les actifs immobiliers et financiers pour soutenir la consommation et réduire le coût du capital pour les entreprises mais, à la différence des Etats-Unis, l'effetrichesse n'est pas avéré en zone euro;

• La remontée potentielle des anticipations d'inflation pour réduire le coût réel anticipé du crédit et encourager ainsi la demande de crédit (pour la consommation et l'investissement). Cet effet dit « signal » est celui qui est susceptible de mieux fonctionner dans la durée même si, là aussi, la comparaison avec les Etats-Unis doit être faite avec prudence. Lors du lancement du premier QE américain, le niveau des taux nominaux y était nettement plus élevé (3% à dix ans). Au surplus, le contexte est moins favorable car la BCE doit convaincre de sa crédibilité des marchés qui considèrent que le monde fait face à un contre choc pétrolier fortement désinflationniste.

Les marchés ont très bien accueilli ces décisions du fait de leur ampleur (« effet bazooka »), de la possibilité qu'elles se prolongent au-delà de leur terme initial (septembre 2016) si l'objectif de redressement des anticipations d'inflation n'est pas atteint et du fait aussi de la précision des modalités d'emblée données. Trois éléments méritent d'être soulignés : ce sont les maturités très longues (à 30 ans) qui surperforment dans ce mouvement sur les taux. Les taux réels baissent significativement et les anticipations d'inflation ont rebondi sur la nouvelle, prolongeant le mouvement initié mi-janvier. Le marché semble donc accorder une certaine crédibilité à ces décisions. Les taux monétaires s'ancrent sur des niveaux encore plus bas : la courbe des swaps Eonia qui a peu évolué sur la nouvelle, s'établit autour de -9 à -10 bp jusqu'à 1 an. Le mouvement a été plus sensible sur les anticipations de l'Euribor 3 mois, qui ont reculé de 5 bp au global depuis l'annonce de la Banque Nationale Suisse."

La Direction des Gestions de Groupama reste plus mesurée quant à l'impact du QE de la BCE. Elle souligne dans sa note que : "[les] décisions monétaires [de la BCE] ne sont pas de nature à elles seules à changer le panorama économique morose de la zone euro. A ce stade, nous n'avons pas de raison de revoir nos prévisions de croissance (+1.1% en 2015) qui intégraient déjà un QE de dettes souveraines. Toutefois, ce geste combiné avec la baisse du prix du pétrole, les décisions récentes d'assouplissements monétaires dans de nombreux pays (Canada, Inde, Danemark …), la baisse de l'euro et la neutralité des politiques budgétaires constitue un soutien conjoncturel supplémentaire bienvenu. Les risques de révision sont donc davantage à la hausse qu'à la baisse."

Mise en garde face aux risques politiques et à la question du désendettement en zone euro

"Il reste que la probable amélioration conjoncturelle dans les mois à venir ne doit pas faire oublier, les risques d'instabilité politique ou électorale de la part d'opinions publiques « lasses » de taux de chômage toujours très élevés. Par ailleurs, le processus de désendettement n'a pas progressé en zone euro (que ce soit dans le secteur privé ou le secteur public) : le risque de déflation est durablement présent. Enfin, même si les marchés ne s'en sont pas inquiétés à ce stade, les décisions prises en matière de « partage du risque » sur les achats de dettes souveraines entre la BCE et les banques centrales nationales, ne constituent pas une avancée sur le plan de la gouvernance européenne et sur la réalité de la mutualisation des dettes," nuance la direction des Gestions de Groupama AM.

"Comme à l'été 2012, mais cette fois-ci de manière plus concrète, la BCE a décidé de donner du temps aux responsables politiques (la Commission fait la même chose sur le terrain budgétaire) afin d'amplifier les réformes structurelles. Sans elles, en effet, la confiance des agents économiques et celle des pays du nord de la zone euro envers ceux du sud, ne sera pas au rendez-vous."

 

© Synapses. Les contenus (vidéos, articles) produits par Synapses font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "L'impact du QE sur l'économie réelle sera modeste" :




Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline




Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus


Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus

Retrouvez sur Sicavonline

Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Assurance vie Futura Vie Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Investir en SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 200 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 3 700 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

Souscription sicavonline

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

Contacter Sicavonline

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)