1. Accueil
  2. >
  3. Toutes nos vidéos
  4. >
  5. L'oeil du pro
  6. >
  7. Trois risques majeurs à surveiller

Trois risques majeurs à surveiller

05/02/2015 - 15:14 - Sicavonline (mis à jour le : 19/03/2015 - 12:08)



Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline




Pour Rachid Medjaoui, directeur adjoint de la gestion de LBPGP, les investisseurs doivent garder à l'œil trois risques majeurs.


 

On entend beaucoup dire en ce moment que 2015 sera l'année des Actions européennes. Cependant n'est-ce pas aller trop vite en besogne. On a certes un alignement des planètes plutôt favorable : QE de la BCE, baisse très sensible des cours du pétrole qui redonne du pouvoir d'achat aux consommateurs et enfin baisse de l'euro (grâce tout d'abord à la perspective du QE et désormais avec sa matérialisation) qui redonne de la compétitivité aux entreprises européennes. Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes ; oui, mais quand on fait un QE, on crée des déséquilibres sur des marchés extérieurs notamment aux Etats-Unis où l'appréciation du dollar est plutôt mal vécue – la direction de Procter & Gamble a déclaré que c'était le choc de devise le plus important que le groupe ait expérimenté. Du coup peut-on redouter que la FED réplique à la BCE et annihile les effets attendus de son QE ?

 

Rachid Medjaoui, directeur adjoint de la gestion de La Banque Postale Gestion Privée : Oui. Le marché des changes sera le marché leader. Il donnera le ton et fera caisse de résonance de tous les facteurs qui vont influencer les marchés financiers en 2015.

Cela étant dit, je pense que les Américains ont compris qu'il était nécessaire d'avoir ce rééquilibrage.  

Entre voir une zone euro partir définitivement en déflation ou accepter une revalorisation du dollar afin de redonner un peu d'oxygène à cette économie qui était en train de sombrer, ils ont clairement choisi de laisser faire [sur les devises].

Les Américains sont prêts au compromis. D'ordinaire, ils ont tendance à dire pour reprendre la célèbre phrase,  « le dollar c'est notre devise, votre problème. »  En la circonstance, ils ont compris qu'ils n'avaient pas intérêt à laisser la zone euro sombrer.

Ils acceptent donc cette évolution pour le moment, même si cela fait mal à certaines entreprises.

N'oublions pas que l'économie américaine semble un peu plus robuste et que 70 % de la cote américaine sont plutôt sensibles à des facteurs domestiques, or ces facteurs domestiques sont aujourd'hui éminemment positifs, comme vous l'avez souligné : baisse du baril en tête.

Vous croyez  donc à une remontée des taux aux Etats-Unis ?

Je vais être un peu provocateur, j'espère que nous aurons une remontée des taux. Nous avons passé toute l'année 2014 à débattre entre experts sur la possibilité que la FED remonte les taux trop fortement, provoquant de la sorte un krach obligataire et faisant baisser par ricochets les marchés Actions. 

Aujourd'hui le débat est en train de se déplacer. On se demande si la FED finalement ne va pas renoncer à augmenter ses taux d'intérêt. J'espère pour ma part qu'elle le fera, car ce serait un bon signe.

Bien entendu, je me range à l'idée qu'elle doit le faire de manière graduelle, ce qui est mon scénario depuis très longtemps, parce que si elle ne le fait pas et si, comme on l'entend, elle part dans un QE 4 [Quantitative Easing 4], cela signifierait que l'économie américaine est en risque. Or, n'oublions pas que la zone euro n'a aucune chance de se redresser si la première économie du monde a un raté. 

Les investisseurs devront donc être extrêmement vigilants à la politique monétaire américaine, mais cette fois, un nouvel assouplissement quantitatif pourrait être négatif pour les Actions.

Effectivement, c'est le changement par rapport à 2014. Il ne faut plus craindre le fait que les Etats-Unis remontent leur taux mais qu'ils ne remontent pas leur taux.

Déchaussons encore une fois les lunettes roses. Est-ce qu'il n'y a pas un risque un peu occulté aujourd'hui, avec la Chine ? On constate actuellement un ralentissement de l'économie chinoise. Certes, les autorités recourent aux bonnes vieilles méthodes. Elles effectuent des plans de relance via les infrastructures, mais on sait que cette mécanique ne marche qu'un temps et que vient le moment où se pose la question du retour sur investissement de ces projets.

Absolument et c'est au demeurant le sens de l'histoire. Les Chinois nous ont effectivement annoncé depuis pratiquement cinq ans maintenant qu'ils souhaitaient passer à un modèle de croissance plus faible, mais de meilleure qualité et surtout plus rentable, fondé non plus une politique mercantiliste consistant à inonder le monde de produits manufacturés à un modèle de croissance plus tourné vers la consommation. 

Ils doivent changer de modèle mais sans casser le joujou. N'oublions pas qu'ils ont quelques millions de jobs à créer chaque année, même si la pression est moindre puisque la démographie est moins galopante.  

Leur ralentissement est piloté car, comme vous l'avez dit, à chaque fois, ils remettent du carburant sous forme de mini-relances budgétaires, d'assouplissement monétaire (d'ailleurs les Chinois vont certainement le faire). 

Le risque chinois deviendra important et potentiellement déstabilisateur pour les marchés financiers, si les Chinois craquaient et dépréciaient leur devise.

Si je devais résumer de façon un peu réductrice à un seul indicateur la jauge du risque, ce serait effectivement la devise chinoise : tant qu'elle est stable ou s'apprécie, je pense qu'il faudra être assez positif quant à la maîtrise du ralentissement et à l'idée d'un changement de modèle de croissance qui se passe bien ; en revanche, si la devise chinoise devait déraper en se dépréciant, il s'agirait d'un signal plutôt négatif.

Un autre risque ne serait-il pas que le QE ne fonctionne pas en zone euro ? On déverse des liquidités en abondance, encore faut-il qu'elles irriguent l'économie réelle et cela ce n'est pas assuré. On a même un bel exemple d'échec avec le QE japonais…

C'est tout à fait juste et la question se pose d'autant plus que ce QE – et c'est l'une des raisons pour lesquelles il se fait – s'effectue dans un contexte désinflationniste voire déflationniste mais en tout cas dans un contexte mondialement désinflationniste. Ce QE est encore plus problématique que le quantitative easing de la Réserve Fédérale ou de la Banque d'Angleterre.

Mais il faut aussi considérer que ce QE de la BCE intervient après un double choc très positif : baisse de l'euro et chute des cours du baril, s'accompagnant de soutiens macro-économiques extrêmement forts 

Mais leur impact ne se fera sentir que dans quelques mois… 

Le risque est là. Dans la plupart des modèles macro-économiques, on a une sorte d'impact en « J » : la baisse du baril est d'abord un facteur perturbateur pour les marchés financiers – voyez ce qui se passe sur les secteurs liés à l'énergie – ; les  bienfaits viennent en général quelques mois ou semestres après. 

Néanmoins, on a quelques indications tout de même, auxquelles on ne doit pas forcément ajouter foi à 100 %, mais des indications qui existent cependant, selon lesquelles le QE devrait irriguer l'économie. Je pense notamment aux indications afférentes au crédit –parce que si l'on ne doit retenir qu'un seul indicateur de l'irrigation de l'économie par le QE, ce serait cette variable qu'il faut observer. En l'espèce, si l'on en croit la dernière enquête de la BCE sur le sujet, les conditions du côté de l'offre se desserrent, mais surtout on a des indications d'un redémarrage de la demande notamment dans le Sud de la zone euro. 

Donc QE 4, dépréciation du renminbi et échec de la reprise du crédit sont les trois points d'attention à surveiller prioritairement ? 

Absolument.

Dans ce contexte, que préconisez-vous à votre clientèle d'investisseurs particuliers ?

Continuer à remonter la dose d'investissement en Actions. Profiter de chaque correction – on peut en avoir notamment avec ce nouvel épisode grec pour le dénouement duquel nous ne sommes pas négatifs mais qui peut créer un stress non négligeable.

En somme tirer parti de toute baisse de la bourse pour revenir sur les marchés Actions, en particulier européens. C'est l'année de l'Europe. Toutefois, il demeure beaucoup d'incertitudes, et par conséquent, il faut rester diversifié et, partant, ne pas quitter complètement le marché américain

Ce n'est pas celui où la performance devrait être la plus forte mais il y a l'effet change. Il faut voir les Etats-Unis comme un marché défensif.

C'est un peu trop tôt pour investir dans les émergents. Les matières premières ne sont pas stabilisées. Leur baisse a été une bonne nouvelle mais si leur chute devait se poursuivre, elle deviendrait une mauvaise nouvelle, voilà pourquoi il faut attendre une stabilisation du cours des matières premières pour peut-être revenir sur les émergents. 

Donc mon allocation serait : Europe, Etats-Unis et ensuite éventuellement augmenter la part des Emergents si la situation s'y prête.

Au sein de l'Europe, quels secteurs privilégier ?

Au sein de l'Europe, force est de constater que ce sont les secteurs plutôt défensifs qui ont profité de la hausse contrairement aux attentes, car encore une fois, si on nous avait dit qu'on allait avoir un QE aussi fort, on se serait attendu plutôt à des secteurs cycliques. Ce n'est pas le cas, notamment en ce qui concerne le secteur bancaire qui est un peu à la traîne. Mais pour le moment nous continuons à croire que ce sont in fine ces secteurs-là qui vont en bénéficier. Donc à mon sens, il ne faut pas hésiter à augmenter la part accordé à ces secteurs, qui sont des secteurs cycliques, bancaires, à chaque fois que nous aurons des corrections de marché.

Dans un portefeuille équilibré, avec initialement 50 % Actions, 50 % d'obligations, combien mettre d'Actions ?

Tout dépend du besoin de performance du client, mais mettre entre 55 % et 60 % d'actions me paraît raisonnable. En tout cas, attention à ne pas quitter totalement les obligations. Les obligations souveraines des pays du Sud, de même que les obligations privées, vont profiter de ces achats d'actifs de la BCE. Il n'est donc pas encore temps de basculer complètement vers les Actions.

 

La société Sicavonline fait appel à une équipe de journalistes professionnels en charge de la rédaction des articles de www.sicavonline.fr. Les conseils donnés relatifs aux instruments financiers ou aux placements sont en conformité avec la profession et sur la base de sources sérieuses et réputées fiables. La responsabilité d'investir ne saurait être imputée à la rédaction de Sicavonline du fait de leur utilisation. 

© Synapses. Les contenus (vidéos, articles) produits par Synapses font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 3 700 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Assurance vie Futura Vie Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Investir en SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 200 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit


A lire autour du sujet "Trois risques majeurs à surveiller " :




Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline




Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus


Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus


Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Assurance vie Futura Vie Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Investir en SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 200 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 3 700 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

Souscription sicavonline

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

Contacter Sicavonline

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)