1. Accueil
  2. >
  3. Toutes nos vidéos
  4. >
  5. L'oeil du pro
  6. >
  7. Quelques bonnes raisons d'avoir 30 % de cash !

Quelques bonnes raisons d'avoir 30 % de cash !

12/06/2015 - 21:04 - Sicavonline (mis à jour le : 17/07/2015 - 11:03)



Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline




Christian Parisot, le chef économiste d'Aurel BGC, le martèle : l'heure est au cash ! Il nous dit pourquoi.


 

Pour Christian Parisot, chef économiste d'Aurel BGC, prendre du risque en allant à bloc sur les Actions n'est peut-être pas la décision la plus avisée qui soit. 

Une croissance mondiale molle

En premier lieu parce que la croissance mondiale bien que positive reste molle.  « On parlait initialement d'accélération de la croissance mondiale pour cette année et là on voit qu'on est plutôt sur des phases de révision à la baisse, » constate Parisot.  

L'activité aux Etats-Unis a suscité une grosse déception au premier trimestre et les 3 % de croissance espérés pour 2015 y semblent désormais inatteignables. Quant aux émergents, ils ne détonnent malheureusement pas dans ce tableau morose. La Chine, où jusqu'à présent les mesures techniques de relance de la demande intérieure n'ont guère produit de fruits, l'Inde qui commence à émettre des signaux mitigés, le Brésil qui reste au point mort n'aident pas à rendre la croissance mondiale plus pimpante.

 « Bref, la seule qui s'en sorte bien, c'est l'Europe, mais avec une croissance à l'européenne, c'est-à-dire une croissance pas à même de tirer la croissance mondiale, » estime le chef économiste d'Aurel BGC.

La FED jette le trouble

Le discours de la FED appelle aussi à la prudence. La banque centrale américaine se retrouve piégée à devoir tenir un discours peu intelligible sinon contradictoire car elle doit traiter les problèmes sur deux échelles de temps différentes.

« Les gens de la FED ont une vision de l'économie à deux trois ans (…), ils ont aujourd'hui des taux très, très bas, qu'ils vont devoir commencer à normaliser, » précise Parisot. 

L'économiste souligne que la Réserve Fédérale face à un taux de chômage aussi bas qu'il est actuellement aux Etats-Unis (5,5 % en mai), prendrait le risque si elle attendait trop longtemps pour agir, d'avoir à remonter beaucoup trop brutalement les taux le jour où un tour d'écrou monétaire paraitra réellement inévitable.

Le hic est que la FED subordonne la remontée inéluctable de ses taux à des indicateurs de court-terme sur le front de l'emploi. Ce faisant, la Réserve Fédérale n'ancre pas les attentes des investisseurs et suscite de la volatilité sur les marchés. La première hausse des taux est donc perçue comme un risque par la bourse d'autant qu'elle pourrait se retrouver davantage fragilisée par la  possible surréaction du dollar qu'impliquerait sans nul doute l'accentuation de la différence de politique monétaire entre Etats-Unis et zone euro.

Un risque grec réel

Le troisième facteur à entraver les marchés boursiers dans leur marche en avant n'est autre que la Grèce. 

« La Grèce est ce qui fige les marchés européens. Il y a un impact sur l'euro, sur les bourses sur la valorisation des dettes européennes, » juge Parisot. « Les investisseurs non-résidents perçoivent la crise grecque comme un vrai risque. C'est visible sur le marché obligataire. Malgré les achats de la BCE, on a eu des tensions sur des taux des pays du Sud de l'Europe. »

« S'il y a un Grexit, si la Grèce sort de la zone euro, il y aura une réaction de marché vraiment violente. Notre seul problème est qu'un Grexit est imprévisible. C'est un choix politique et non économique. Là-dessus, on n'a aucune visibilité. Et puis est-ce que la coalition Syriza ne va pas exploser ? Parce que l'on peut parfaitement avoir un accord [à l'échelon européen], qui soit refusé par le parlement grec. »

En tout état de cause, cette absence de visibilité aux yeux de Parisot est extrêmement préjudiciable à ceux qui veulent construire une allocation d'actifs et placer de l'argent puisque le risque ne peut être aujourd'hui probabilisé. 

Minimiser le risque, la priorité du moment

Or, conclut le chef économiste d'Aurel BGC, « quand on est face à des incertitudes, il faut minimiser le risque, » et a priori s'abstenir d'aller sur un marché obligataire «assez volatil et qui ne s'est pas stabilisé (…) On voit qu'aujourd'hui les taux longs ne savent pas où se positionner. Il n'y a pas de consensus sur leur niveau. Quand on est dans un marché [obligataire] aussi volatil, le mieux est de se retirer (…), de laisser les taux se stabiliser » et retrouver un rendement plus attrayant.

En revanche, « sortir complètement des actions est quand même difficile », au dire de Christian Parisot qui concède « qu'elles ne sont pas bon marché. Elles peuvent être affectées si les taux longs remontaient. » Pourtant, « il faut quand même avoir une exposition Actions aujourd'hui parce qu'elles sont une protection contre l'inflation, (on est quand même pas sur un scénario de rechute de l'économie mondiale) et (…) on est quand même sur une croissance des bénéfices, [deux] éléments qui soutiennent la valorisation du marché. »

Néanmoins, être présent sur le marché boursier ne rime pas avec investissement total.

Au regard de l'échéance grecque, de la politique monétaire de la FED, et de l'absence de visibilité sur l'économie mondiale, « le mieux est quand même de rester assez liquide, d'augmenter la part  de cash, d'attendre d'avoir un peu plus de visibilité, de passer ces écueils, pour après (…) revenir sur le marché.»

Dans un tel contexte, Christian Parisot, considère opportun de remonter la part de cash jusqu'à 30 ou 40 % et de rester prudent durant quelques mois.

 Afin de découvrir quels types d'action privilégier et voir l'interview de Christian Parisot dans son intégralité, cliquez sur la vidéo ci-dessus.

La société Sicavonline fait appel à une équipe de journalistes professionnels en charge de la rédaction des articles de www.sicavonline.fr. Les conseils donnés relatifs aux instruments financiers ou aux placements sont en conformité avec la profession et sur la base de sources sérieuses et réputées fiables. La responsabilité d'investir ne saurait être imputée à la rédaction de Sicavonline du fait de leur utilisation.

© Synapses. Les contenus (vidéos, articles) produits par Synapses font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 3 700 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Assurance vie Futura Vie Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Investir en SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 200 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit


A lire autour du sujet "Quelques bonnes raisons d'avoir 30 % de cash !" :




Lettre d'info gratuite
Newsletter Sicavonline
 
Imprimer cet article
Imprimer article Sicavonline
 
Augmenter la taille du texte
Augmenter taille texte Sicavonline
 
Réduire la taille du texte
Reduire taille texte Sicavonline
 
Envoyer cet article
Partage Sicavonline
 
Fil RSS Sicavonline
Flux rss Sicavonline
 
Partager sur Facebook
Facebook Sicavonline
 
Publier sur Twitter
Twitter Sicavonline
 
Suivre @sicavonline
Suivre Sicavonline




Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus


Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus


Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Assurance vie Futura Vie Le contrat d'assurance vie FUTURA VIE propose plus de 200 supports d'investissement en unités de compte, dont une gamme de plus de 20 supports immobiliers.

Investir en SCPI Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 200 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Découvrez les SCPI à crédit
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 3 700 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.

INVESTIR AVEC SICAVONLINE

Souscription sicavonline

SOUSCRIPTION EN LIGNE

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagnez en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

UNE ÉQUIPE EXPÉRIMENTÉE
 ET PASSIONNÉE

Nos experts analysent et sélectionnent des produits de Capital Investissement, SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) et OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) 

Contacter Sicavonline

DES PROFESSIONNELS
A VOTRE ECOUTE

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi :  01 73 60 03 45
(appel gratuit)