1. Immobilier de placement
  2. Tendances de l'immobilier
  3. Prix de l'immobilier : la tendance est-elle toujours à la hausse ?

Prix de l'immobilier : la tendance est-elle toujours à la hausse ?

01/12/2017 - 11:10 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Prix de l'immobilier : la tendance est-elle toujours à la hausse ?

A Paris, la hausse des prix des logements marque une pause depuis trois mois déjà tandis que dans les principales villes de Province les prix progressent encore, avec une accélération particulièrement marquée à Lyon, où les prix ont bondi de +1,5% sur le seul mois de novembre.

Le baromètre mensuel des prix de l'immobilier publié par MeilleursAgents.com fait état d'un ralentissement des prix des logements à Paris et d'une tendance à l'accélération des prix dans les principales grandes villes de province et en petite couronne. « Nous assistons ainsi peut-être à un rééquilibrage Paris – Province qui mérite d'être observé sur une période plus longue. » avance Sébastien de Lafond, président et co-fondateur de MeilleursAgents.com, sachant que l'écart entre les prix parisiens et ceux du reste de la France est considérable.

Prix de l'immobilier : la tendance est-elle toujours à la hausse ?

 

Paris marque une pause


Les prix à Paris ont grimpé de plus de 5 % depuis le 1er janvier, franchissant allégrement le record de 8 000 €/m². Depuis la rentrée des classes, les prix marquent néanmoins la pas et ont reculé de -0,3% en novembre et -0,4% depuis le 1er octobre. Sébastien de Lafond précise que ce léger reflux est principalement causé par les transactions de petites surfaces (studio et deux pièces) alors que les prix des grandes surfaces restent stables.

Quels sont les motifs de cette reprise de souffle sur le marché immobilier de la capitale ?

Saisonnalité, attentisme des investisseurs, incertitudes fiscales... Selon Sébastien de Lafond, les raisons ne manquent pas pour expliquer ce phénomène, mais, d'après lui, il repose avant tout sur la psychologie des acheteurs.

Ceux-ci, confiants dans la stabilité de taux remarquablement bas, prennent leur temps, ce qui génère une certaine accalmie sur les prix. L'essentiel des ménages qui devaient acheter en 2017 l'ont fait. Les autres attendront 2018 ! D'ici là, le marché reste dynamique : mises en vente, visites, offres et ventes sont nombreuses et les stocks restent tendus. Pendant ce temps, la banlieue demeure une solution de repli face aux prix parisiens. La hausse y reste mesurée : +0,5% dans les Hauts-de-Seine, +0,1% en Seine-Saint-Denis, stabilité dans le Val-de-Marne. En grande Couronne, les prix évoluent peu +0,1% en novembre et +0,9% sur un an.

Les marchés immobiliers lyonnais et bordelais explosent


La situation dans les grandes villes en régions reste contrastée bien que la tendance soit plutôt haussière. Alors que la plupart des capitales régionales voient leurs prix augmenter, seules Marseille (-0,6%), Strasbourg (-0,5%) et Lille (+/-0,0%) restent à la peine. Montpellier, (+0,1%) et surtout Nantes (+0,7%), Toulouse et Nice (+0,8%) sont résolument en hausse. Si Bordeaux continue de progresser (+0,5% en novembre) et conserve la tête du classement avec +16,4% d'augmentation des prix sur un an, Lyon retrouve de la vigueur avec +1,5% sur le seul mois de novembre soit +7,3% sur 12 mois.

Les prix bordelais ont rattrapé ceux de Lyon. Le mètre carré se négocie actuellement à Lyon autour de 3 625€ pour 3 680€ à Bordeaux. Alors que les prix moyens à Paris sont autour de 8 800€. Lyon rejoindra-t-elle Bordeaux vers les records de hausse des prix ? Probablement pas maintenant que les deux villes se sont rejointes en termes de prix moyens. La situation en province mérite cependant d'être surveillée de près. Ainsi, Lyon à l'image de Bordeaux, bénéficie de son implantation géographique, de ses infrastructures et de son dynamisme économique et culturel.

© Sicavonline. Ces informations sont puisées aux meilleures sources, et n'engagent en aucun cas la responsabilité de la société Sicavonline.

Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.


FIP Corse 2017 : Investissez dans le développement des PME en Corse

Bénéficiez de 38% de réduction d’impôt* sur le montant investi et diversifiez vos investissements en participant au développement des PME en Corse.

* Dans la limite de 12 000 € pour les contribuables célibataires, veufs ou divorcés et de 24 000 € pour les contribuables mariés ou liés par un PACS et soumis à imposition commune. La réduction d'impôt est proposée en contrepartie d'un risque de perte en capital et d'une durée minimum de détention selon le produit sélectionné. La fiscalité à septembre 2017 est susceptible d'évoluer.


A lire autour du sujet "Prix de l'immobilier : la tendance est-elle toujours à la hausse ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+28.0%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 10 000 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts.