1. Impôts & fiscalité
  2. ISF 2018
  3. Des propriétaires exonérés d'ISF rattrapés par l'IFI

Des propriétaires exonérés d'ISF rattrapés par l'IFI

07/06/2018 - 11:32 - Sicavonline (mis à jour le : 12/06/2018 - 15:58)



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




     Des propriétaires exonérés d'ISF rattrapés par l'IFI

En raison de l’évolution des règles d’évaluation du patrimoine, certains foyers jusqu’alors épargnés par l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont susceptibles de devoir acquitter l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), quand d’autres verront la note tout bonnement augmenter.

Passer d'un impôt sur la fortune avec une base relativement large à un IFI concentré sur le patrimoine immobilier (IFI) n'était pas censé aggraver la situation fiscale des contribuables. Il apparait, pourtant, qu'un  resserrement des modalités de déduction des dettes a pour fâcheuse conséquence d'augmenter la valeur du patrimoine net taxable de certains ménages. Du coup, des personnes potentiellement non redevables de l'ISF pourront être assujetties à l'IFI dès cette année, tandis que d'autres verront la facture grimper.

De l'ISF à l'IFI : la fonte de la base taxable espérée est-elle au rendez-vous ?


Comment en sommes-nous arrivés là ? Dans le cadre de l'IFI, seuls les biens immobiliers non professionnels entrent dans le périmètre taxable du nouvel impôt sur la fortune, les autres actifs notamment financiers en sont exempts.

Devant un tel affaissement de la base d'imposition, alors que ni le seuil d'imposition ni le barème n'ont augmenté, nombreux sont ceux qui pensaient, un peu naïvement, que la facture allait, à tout coup, faire le grand plongeon.

Résidence principale : une dette partiellement non déductible…


C'était sans compter une précision jetée sur la notice administrative accompagnant la déclaration 2042-IFI. Il est indiqué noir sur blanc que du fait de l'abattement de 30 % sur la valeur de la résidence principale à déclarer, les ménages ne sont en droit de déduire que 70 % de la dette contractée pour son acquisition.

…Au fondement juridique douteux


Une position administrative que conteste Stéphane Jacquin, associé-gérant et responsable de l'ingénierie patrimoniale chez Lazard Frères Gestion. Il rappelle, texte à l'appui, que cette position administrative diffère de celle retenue auparavant. Au titre de l'imposition à l'ISF, quand bien même la valeur vénale de la résidence principale était abaissée de 30 %, la dette restait entièrement déductible.

L'expert en gestion patrimoniale ne cache pas son étonnement face à un tel revirement. Il juge même erronée l'interprétation de l'administration.
Les textes administratifs interprétant les textes liés à l'ISF prévoyaient expressément que « l'abattement de 30% appliqué sur la résidence principale ne constituant pas une exonération, un emprunt immobilier contracté pour l'acquisition de celle-ci est admis en déduction en totalité pour la détermination du patrimoine imposable à l'ISF ».

A l'évidence, cette position administrative repose sur une interprétation abusive. Pour autant, Stéphane Jacquin n'encourage pas les contribuables à passer outre. Bien au contraire.  « Il est à craindre que les redevables qui ne s'y conformeront pas feront l'objet de redressement et ce jusqu'à ce que la question soit tranchée par les juridictions. »

Un deuxième spécialiste de l'ingénierie patrimoniale, cité par nos confrères du site internet capital.fr, va encore plus loin. Il évoque la possibilité pour « certains contribuables qui n'étaient pas assujettis à l'ISF de tomber sous le coup de l'IFI. »

Combien d'assujettis à l'IFI qui s'ignorent ?


Evidemment tous les ménages ne sont pas logés à la même enseigne. Seraient concernés les contribuables qui se sont fortement endettés dans le but de devenir propriétaire d'une résidence principale relativement onéreuse.

A titre d'illustration, l'expert de la gestion de patrimoine compare la situation d'une personne détenant une résidence principale de 3 millions d'euros, financée avec un emprunt de 2 millions et une résidence secondaire de 1 million avant et après le 1er janvier 2018.

Sous l'empire de l'ISF, son patrimoine net taxable était égal à 1,1 M€, soit 2,1 M€ pour la résidence principale avec 30 % d'abattement auquel on retranche 2M€ au titre de l'emprunt puis s'ajoute le million de la résidence secondaire. S'il ne disposait d'aucun bien par ailleurs ou ne détenait que des biens exonérés, ce dernier n'était pas redevable de l'ISF.

Selon les nouvelles règles définies par Bercy, son patrimoine net taxable à l'IFI passe de 1,1 M€ à 1,7 M€, car il ne peut désormais déduire 2 M€ au titre de son crédit immobilier, mais seulement 1,4 M€ soit 0,6 M€ de plus de (3 - 2) x 0,7 + 1 = 1,7 million d'euros.

Déclaration d'IFI à déposer au plus tard le 15 juin


Pour mémoire, la déclaration du patrimoine net taxable à l'IFI doit être remise au fisc au plus tard le 15 juin 2018.

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline Partenaires font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.

FIP, FCPI, offres liées, holding, et mandats ISF 2017 - Souscriptions closes
Les souscriptions de FIP, FCPI, offres liées, holding, et mandats ISF 2017 sont closes. Cliquez ici pour être tenu informé dès que les souscriptions seront à nouveau ouvertes.


SCPI à crédit : Constituez-vous un patrimoine immobilier avec un faible capital de départ

Les taux d'intérêt sont historiquement bas. Profitez-en pour investir dans l'immobilier et financez une partie de votre crédit grâce aux revenus potentiels de la SCPI1.

1Le souscripteur ne doit pas tenir compte exclusivement des revenus provenant de la SCPI, compte tenu de leur caractère aléatoire, pour faire face à ses obligations de remboursement.


A lire autour du sujet " Des propriétaires exonérés d'ISF rattrapés par l'IFI" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.4%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


Soutenez les PME européennes et réduisez votre ISF. Découvrez avec Sicavonline la solution la mieux adaptée à votre situation personnelle.
Réduisez vos impôts jusqu'à 30 000 € dès cette année grâce aux SOFICA, FIP, FCPI et SCPI fiscales sélectionnés par nos experts.