1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Le grand écart italien ou pourquoi les réductions d'achat de dette par la BCE sont un péril pour la pays de Dante

Le grand écart italien ou pourquoi les réductions d'achat de dette par la BCE sont un péril pour la pays de Dante

23/11/2018 - 18:10 - Sicavonline - Andrea Delitala & Steve Donzé



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Le grand écart italien ou pourquoi les réductions d'achat de dette par la BCE sont un péril pour la pays de Dante

La fin du programme d’assouplissement quantitatif de la BCE va augmenter la pression qui s’exerce sur les obligations du gouvernement italien, selon Andrea Delitala, responsable de Multi Asset Euro, et Steve Donzé, Senior Macro Strategist, chez Pictet Asset Management.

La BCE, la véritable menace pour l'Italie


La dernière prise de bec entre l'Italie et Bruxelles a fait la une des journaux. Malgré tout, si une crise devait arriver, elle viendrait probablement d'ailleurs: de Francfort, pour être précis. C'est parce que l'Italie a un problème avec sa dette. Peu importe les frictions entre la nouvelle coalition populiste du pays et la Commission européenne au sujet du projet de budget italien, la principale source de tensions à court terme sur les marchés est la Banque centrale européenne.

En effet, l'Italie est le principal bénéficiaire du programme d'assouplissement quantitatif de la BCE. Depuis le lancement de l'assouplissement quantitatif, les achats de dette italienne par la banque centrale ont dépassé le volume des nouvelles obligations gouvernementales émises par le pays. Cependant, à l'approche de la fin de ce programme d'urgence, cette tendance va s'inverser. 

La confusion qui règne autour du budget italien met au jour un problème qui aurait de toute façon fait surface au cours des prochains mois: sans les achats de la BCE, les rendements italiens vont devoir augmenter pour attirer les fonds du secteur privé.

En octobre, dans l'optique de mettre totalement fin à ses achats avant la fin de l'année, la BCE a réduit son volume d'obligations achetées dans le cadre de l'assouplissement quantitatif à 15 milliards d'euros par mois, contre 30 milliards d'euros auparavant, un niveau qui représentait déjà la moitié des obligations achetées en 2017. L'année prochaine, pour la première fois depuis 10 ans, ce seront des acheteurs privés sensibles aux prix qui vont déterminer le niveau auquel s'échangeront les obligations du gouvernement italien et qui décideront si les 2 300 milliards de dette accumulés - qui placent l'Italie au troisième rang des pays développés - sont soutenables.  

 

 

Le grand écart italien

 

 La réduction des achats de dette souveraine par la BCE : un poison pour l'Italie


Au début du mois de novembre, la BCE détenait 362 milliards d'euros en obligations du gouvernement italien, soit 17% du total des obligations souveraines présentes dans ses coffres. Depuis que la BCE réduit ses achats de dette, les rendements italiens sont en hausse. Le spread [NDLR : l'écart de taux entre une obligation d'un émetteur donné et celui de l'obligation émise par l'émetteur réputé le plus sûr ; en l'espèce le taux du Bund allemand] entre les rendements des obligations italiennes à 10 ans et les bunds allemands équivalents a récemment franchi la barre des 300 points de base, contre une moyenne de 141 points de base au plus fort du programme de la BCE.

Les projections actuelles laissent entendre que, l'année prochaine, le secteur privé va devoir absorber 57 milliards d'euros d'obligations du gouvernement italien (nets et en tenant compte des achats de la BCE). En 2018, ce chiffre n'était que de 11 milliards d'euros et il était même négatif de 54 milliards d'euros en 2017 (c'est-à-dire que le secteur privé était vendeur net cette année là).

La question à se poser est celle de l'effet sur les spreads. Même si la situation se calme, les spreads ne devraient pas retrouver leur moyenne de ces dernières années. Au mieux, on peut supposer que la dette italienne se situera entre 250 et 350 points de base, le haut de cette fourchette représentant le niveau auquel les dépôts bancaires avaient fui les banques des pays périphériques lors de la crise de la zone euro de 2010-2012. Parallèlement, nos économistes estiment qu'une fois que les rendements de la dette souveraine italienne auront dépassé les 4%, celle-ci ne sera plus soutenable, toutes choses égales par ailleurs. 

Pour le moment, les préoccupations liées aux relations entre l'Italie et ses partenaires européens signifient que les marchés financiers commencent à intégrer le risque de sortie du pays de la zone euro, ce qui contribuerait à creuser les spreads. Nos estimations suggèrent actuellement que les investisseurs réclament 200 points de base pour le risque de crédit et 100 points de base pour la possibilité que l'Italie soit forcée à relibeller sa dette. Selon nous, le marché évalue la probabilité que l'Italie soit exclue du parapluie de l'euro au cours des deux prochaines années à 7%.

L'Italie est de retour au premier plan, et pas sans raison. 

Andrea Delitala, Head of Multi Asset Euro, Steve Donzé, Senior Macro Strategist, chez Pictet Asset Management

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline Partenaires font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



SCPI d'entreprise : Une nouvelle façon de préparer son avenir

Investissez dans l’immobilier sans les contraintes de gestion(1) et percevez des revenus locatifs potentiels : 4,44% de taux de rendement moyen en 2017(2) ! Découvrez dès maintenant les SCPI de rendement.

1En contrepartie de frais de gestion
2Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Risque de perte en capital. Source : IEIF – avril 2018


A lire autour du sujet "Le grand écart italien ou pourquoi les réductions d'achat de dette par la BCE sont un péril pour la pays de Dante" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.

Retrouvez sur Sicavonline

A court ou long terme, avec plus de 4 900 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 24 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit