1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. Bourse : un marché qui tient grâce aux banques centrales, pour combien de temps encore ?

Bourse : un marché qui tient grâce aux banques centrales, pour combien de temps encore ?

07/10/2019 - 09:42 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




Bourse : un marché qui tient grâce aux banques centrales, pour combien de temps encore ?

Si Pierre Sabatier, président du cabinet d’analyse économique PrimeView, reconnait que les banques centrales jouent à plein leur rôle de filet de sécurité pour les marchés financiers, et notamment boursiers, il s’interroge sur leur capacité à se montrer indéfiniment accommodantes.

Les banques centrales « sont là ,et c'est la différence fondamentale par rapport à l'an dernier, » constate le président de PrimeView, Pierre Sabatier. A la même période l'an passé, « on avait aussi une dégradation des fondamentaux, au demeurant plus anticipée que constatée ; aujourd'hui, on est moins dans l'anticipation, on est dans le constat : dans le secteur manufacturier, ça ralentit vraiment. » La différence entre hier et aujourd'hui est qu'à « l'époque, on n'avait pas les banques centrales, (…) elles en étaient même plutôt à dire qu'elles allaient monter les taux, qu'elles avaient mené des politiques monétaires trop accommodantes pendant trop longtemps et qu'elles allaient en sortir, c'est pour ça d'ailleurs que les marchés ont beaucoup baissé. Je rappelle tout de même que (…) du mois de mai jusqu'au mois de décembre [de 2018],  les marchés actions ont perdu près de 20 %, une correction extrêmement forte, tout simplement parce qu'alors les forces négatives n'étaient pas contrebalancées par la quasi seule force positive existant aujourd'hui, que sont les politiques monétaires des banques centrales. C'est l'élément qui a changé de manière fondamentale depuis début d'année : les banques centrales sont là, toutes là, maintenant la question c'est jusqu'où pourront-elles aller ? »

Lorsqu'il s'interroge quant aux marges de manœuvre des banques centrales, Pierre Sabatier vise singulièrement la BCE.

« [La Banque Centrale Européenne] se trouve un peu entre le marteau et l'enclume. L'économie européenne est celle qui ralentit quasiment le plus au niveau mondial (…) C'est logique parce que nous sommes en présence d'une économie exportatrice. Par conséquent, la BCE devrait mettre le plus le paquet qu'ailleurs, or elle ne le fait pas, parce qu'elle est un peu pieds et poings liés. Si jamais elle met le paquet tout de suite, elle devient vulnérable aux fameux tweets de Donald Trump » qui dénoncera une manipulation par les Européens de leur monnaie. Et en de telles circonstances, la zone euro pourrait bien vivre ce que traverse la Chine. « Il est extrêmement probable que les Etats-Unis mettent en place des tarifs douaniers sur les importations européennes, » juge Pierre Sabatier, qui se représente très aisément la cible potentielle de l'administration Trump.

« On sent bien qui [serait] visé : l'automobile allemande et si jamais on en arrivait là, pour le coup on [devrait] s'inquiéter parce que l'économie allemande est déjà en grande difficulté – je rappelle qu'en glissement annuel elle ne croît que de 0,4% par rapport à l'année dernière. Elle est vraiment sur une pente glissante, au point que l'on ne peut plus exclure de récession alors même qu'il n'y a pas de tarifs douaniers sur l'automobile germanique. C'est pour cela que la banque centrale européenne marche sur des œufs ; si jamais elle met trop le paquet pour soutenir l'économie européenne, elle se rend vulnérable ou en tout cas elle est à la merci de tarifs douaniers américains qui [aggraveraient] encore un peu plus la situation de la locomotive européenne qu'est l'Allemagne. On est donc vraiment face à une situation complexe ; pour le moment , c'est soutenable la banque centrale européenne a bien piloté [sa politique monétaire] mais j'ai peur que si ralentissement économique plus prononcé il y a, elle soit prise entre le marteau et l'enclume et qu'elle ne dispose pas des moyens de soutenir suffisamment l'économie telle qu'elle le devrait ; bien entendu au regard de cela, il est possible qu'à terme [apparaisse] sur les marchés financiers une prime de risque de politique monétaire sur les actifs européens qui desservirait les actifs européens au bénéfice des autres. Par conséquent, c'est un vrai sujet et la position de la banque centrale européenne est aujourd'hui difficile. Pour l'instant, elle a franchi plutôt bien la première étape, comme souvent, mais la seconde la seconde et celles qui suivront ne seront pas faciles. »

 

Article rédigé le 20 septembre 2019

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Bourse : un marché qui tient grâce aux banques centrales, pour combien de temps encore ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
-
+13.9%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 22 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit