1. Accueil
  2. >
  3. S'informer
  4. >
  5. Actualités financières
  6. >
  7. Bourse
  8. >
  9. Bourse : 2012, une année pas si mauvaise... et 2013 ?

Bourse : 2012, une année pas si mauvaise... et 2013 ?

03/01/2013 - 11:28 - Sicavonline - Arnaud Riverain (GreenSome) (mis à jour le : 08/08/2014 - 16:30)


Bourse : 2012, une année pas si mauvaise... et 2013 ?

Après une année riche en événements économiques et politiques, Arnaud Riverain, associé GreenSome Finance, propose une rétrospective des moments phares qui ont marqué 2012. A la lumière de ces données, qu'attendre de 2013 sur les marchés financiers ?

Bourse : 2012, une année marquées par les événements politiques et économiques

« Les marchés ont débuté l'année avec un 1er trimestre exceptionnel en réalisant la seconde meilleure performance depuis 1999. Le marché semblait se remettre doucement de la crise grecque ce qui a permis un repositionnement à bons comptes mais dans des volumes relativement étroits. Toutefois, de nouvelles incertitudes sont intervenues en avril avec l'Espagne et l'Italie qui ont été amenées à emprunter à des taux historiquement élevés auxquels sont venus s'ajouter des indicateurs macroéconomiques ne cessant d'être revus à la baisse essentiellement en Europe. On a également observé un nouveau comportement de la part des opérateurs, à savoir que ces derniers jusque-là très centrés sur la macro ont de plus en plus écouté les politiques. En effet, ces derniers semblaient avoir du mal à s'entendre sur les solutions à mettre en place ce qui n'a pas manqué d'induire un phénomène fort d'aversion au risque et donc aux actions. Finalement, c'est fin juin que tout s'est débloqué grâce, entre autres, à l'accord concernant le FESF et le MES permettant d'acheter directement sur le marché des titres de dette des pays en difficultés. Ainsi, d'un marché rythmé par les annonces macroéconomiques nous sommes passés à un marché vivant au rythme des annonces politiques en Europe.

Bourse : des entreprises qui ont su s'adapter à la crise

Concernant les sociétés, le 1er semestre s'est globalement bien passé avec aux Etats-Unis des résultats plutôt au-dessus du consensus (63% vs 62% en moyenne) et en Europe 50% des sociétés ont fait mieux qu'attendu (vs 60% en moyenne). En revanche, le discours récurrent est celui d'une véritable prudence non pas sur leur capacité à tenir leurs marges mais sur leur visibilité en termes d'activité et donc sur les perspectives de croissance. Globalement les entreprises se sont bien adaptées à la crise, aidées il est vrai par des zones où la croissance est encore présente, mais elles ne pourront se départir de l'atonie attendue en Europe, élément qui semble, selon nous, encore peu intégré par les analystes.

Bourse : dette de la Grèce, fiscal cliff aux USA : grands enjeux de 2012

La dernière partie de l'année a de nouveau été rythmée par la Grèce avec un accord trouvé avec ses créanciers permettant un allégement du fardeau de la dette d'environ 40 Mds d'euros et par voie de conséquence le déblocage des fonds d'aide à son redressement. Dès lors, pour la première fois depuis bien longtemps le gouvernement va pouvoir évoquer des mesures de relance de son économie. Autre élément fort qui a été observé par les marchés mais, avec une certaine confiance, le « mur budgétaire » aux USA. Les opérateurs semblaient convaincus que républicains et démocrates allaient s'entendre et si ce n'était pas le cas au 1er janvier, date butoir, ils semblaient intégrer le fait que le gouvernement pouvait tirer un peu sur le calendrier. Il va sans dire que si aucun accord fort n'était trouvé, le marché pourrait décrocher très violemment. Cela devrait donc être l'élément majeur scruté début 2013 et cela bien qu'un accord a minima ait été trouvé au tout dernier moment avec la plus forte hausse d'impôts depuis 20 ans. Reste désormais à trouver une solution sur la nature des coupes budgétaires et sur le relèvement du plafond de la dette.

Bourse : quelles performances en 2012 ?

Enfin, tout au long de cette année, nous avons pu constater un net repli des transactions. Cela témoigne bien de la prudence des investisseurs bien que 2012 soit une année en termes de performance plus que positive. Ainsi le CAC 40 affiche sa 4ème meilleure performance depuis 2000 et, comme souvent dans des phases de hausse, le CAC Mid&Small remporte la palme.


Les Small Caps, représentées par le CAC Small et Alternext, sont à la traine pénalisées par leur moindre liquidité ce qui est un frein lorsque les investisseurs affichent une certaine prudence.


En termes de valorisation, la fin de l'année nous rapproche de la moyenne historique du CAC 40 et du CAC Mid&Small pour 2012, en revanche le CAC Small demeure en retrait. C'est la résultante de sa moindre performance ce qui devrait lui permettre de surperformer début 2013 si 1/ le « fiscal cliff » est définitivement évité et 2/ les volumes s'étoffent.


Pour ce qui est du consensus, le principal ajustement à la baisse a eu lieu suite à la publication des résultats 2011. La vague de résultats semestriels n'a pas amené de franche révision à la baisse.


Comme depuis plusieurs mois, nous émettons une forte réserve sur les attentes 2013 qui nous paraissent totalement irréalistes au regard de l'évolution de l'économie européenne. Si pour le CAC 40, les résultats se font de plus en plus hors de France, une telle attente nous semble beaucoup trop optimiste même si tout le monde s'entend pour dire que l'Asie et les Amériques accélèreront. Ne parlons pas des Small Caps qui sont nettement plus dépendantes de leur marché local. Aussi, le message passé par les entreprises sur le risque au niveau de leur activité ne semble pas avoir été entendu. Pour autant, les révisions à venir de la part des analystes sont probablement déjà intégrées par les marchés. Ce sont juste les analystes qui apparaissent à la traîne. Pour conclure, les indices terminent 2012 comme ils l'ont commencée, c'est-à-dire très bien. Il a juste manqué un peu de conviction avec des volumes en fort retrait ce qui a traduit tout au long de l'année la prudence des opérateurs. L'Europe aura été au cœur des préoccupations et jamais les politiques n'ont autant été autant scrutés. En cela, nous pouvons dire que 2012 a été une année rythmée par le pouvoir politique.

Bourse : qu'attendre de 2013 ?

Qu'attendre de 2013 ? Le sentiment général est plutôt positif car pour l'Europe, même si bon nombre de pays seront en récession, le facteur majeur de blocage qu'est la Grèce semble amoindri bien qu'il faille s'attendre à de nouveaux épisodes. L'Espagne qui a également beaucoup fait parler d'elle, semble pouvoir se redresser même s'il faudra certainement attendre le S2 voire le T4 pour constater les premiers effets des réformes. Concernant la France, en dehors du débat entre les grandes instances économiques et le gouvernement quant au niveau de croissance, le risque majeur est que progressivement cela lui coûte de plus en plus cher d'emprunter. En effet, si elle peut emprunter à des taux jusque-là jamais vus ce n'est pas pour sa bonne gestion mais plutôt à défaut d'autres alternatives d'investissement parmi les pays émetteurs de dette. Aussi, avec le retour des pays du sud sur le marché de la dette, cette donne pourrait changer. Reste les USA avec leur « fiscal cliff ». Soyons optimistes et prenons le parti qu'ils s'entendront d'ici 2 mois sinon les marchés leur feront entendre raison et cela probablement très violement. Donc, selon nous, à court terme le risque majeur peut provenir des USA. Si tout se passe bien de l'autre côté de l'Atlantique, gageons que les opérateurs vont revenir sur les actions qui ont démontré leur capacité de résistance dans une période plus que noire. Donc 2013 devrait être une bonne année et si les volumes reviennent les Small Caps seront à privilégier. » Arnaud Riverain, associé GreenSome Finance

© Synapse. Les contenus (vidéos, articles) produits par Synapse font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Bourse : 2012, une année pas si mauvaise... et 2013 ?" :




Abonnez-vous à notre newsletter
Actualités financières et patrimoniales, opportunités d’investissement, analyse et conseil.
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Actualités financières et patrimoniales, opportunités d’investissement, analyse et conseil.
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :

SICAV et FCP les plus vus

 
Perf.
5 ans
-
+15.6%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 2 700 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.

Investir avec Sicavonline

Souscription sicavonline

Souscription en ligne

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagner en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

Des frais réduits

Nos équipes négocient avec les sociétés de gestion des frais réduits.
        

Contacter Sicavonline

Des professionnels
à votre écoute

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi : 0 805 09 09 09 (appel gratuit)