1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. RBS et Lloyds : des aubaines pour les investisseurs ?

RBS et Lloyds : des aubaines pour les investisseurs ?

03/07/2013 - 11:49 - Sicavonline - Ian McVeigh - Jupiter Asset Management



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




RBS et Lloyds : des aubaines pour les investisseurs ?

Les banques britanniques RBS et Lloyds ne tarderont plus à être privatisées. Quel sort les investisseurs réserveront-ils à ces nouvelles actions ? Pour Ian McVeigh, gérant chez Jupiter Asset Management, les investisseurs auraient tort de se priver d'intégrer ces nouvelles venues à leur portefeuille. Le gérant de Jupiter Asset Management présente dans son commentaire de marché les caractéristiques qui rendent ces actions bancaires attrayantes.

La sortie de RBS et de Lloyds du giron de l'Etat britannique se fera plus rapidement que prévu. RBS étant faiblement valorisée et Lloyds devant être rapidement en mesure d'augmenter ses dividendes, ces actions devraient trouver preneurs auprès des investisseurs privés.

Nous saluons la décision d'accélérer le retour de Lloyds Banking Group à un actionnariat uniquement privé. L'assurance dont a fait preuve ce groupe en répondant à l'Autorité Britannique de Régulation Prudentielle (Prudential Regulation Authority) sur le niveau de ses capitaux reflète l'impression que nous avions depuis quelques temps, à savoir que son processus de stabilisation était déjà bien plus avancé que ce que la rhétorique alarmiste de certains critiques laissait supposer. En analysant les résultats des différents stress-tests, il apparaissait selon nous clairement que les circonstances dans lesquelles Lloyds aurait besoin de plus capital étaient extrêmes et hautement improbables pour l'économie britannique. Le groupe a d'ailleurs annoncé qu'il devrait atteindre le ratio de fonds propre requis par Bâle III de 10% d'ici la fin de l'année. La politique mise en place par l'équipe de direction a porté ses fruits en rétablissant les profits, permettant ainsi une accumulation du capital qui laisse augurer d'une augmentation supplémentaire de son niveau de fonds propres. Les conditions pour un rétablissement significatif des dividendes sont en place, rendant les actions attractives pour les investisseurs privés lorsque l'Etat cherchera à se désengager.

Le cas de RBS est plus épineux. La part détenue par l'Etat est plus importante et la position de la Banque d'Investissement dans ce qui est à l'heure actuelle une entité nationalisée ne peut que poser plus de problèmes que dans le cas de Lloyds dont le business model est bien plus simple. Pour toutes ces raisons, la valorisation de RBS est actuellement beaucoup plus faible. L'action se négocie avec une forte décote par rapport à sa valeur comptable alors que les actions de Lloyds sont équivalentes à sa valeur comptable. Cette différence de valorisation démontre clairement que le marché est bien conscient des plus grandes difficultés de RBS.

La problématique de la good bank/bad bank est curieuse. Comme beaucoup l'ont remarqué, cela a pu être une bonne idée il y a 3 ou 4 ans, mais l'ampleur des actifs toxiques dont il faudrait se défaire est telle que cela rend cette opération, potentiellement onéreuse et déstabilisante, difficilement justifiable.

Néanmoins les résultats du plan de restructuration de RBS commencé en 2009 ont dépassé les attentes. Le prix de l'action ne reflète pas la réalité de ce redressement. Pour autant que les investisseurs deviennent plus attentifs aux faits qu'aux discours, la privatisation de la banque devrait pouvoir s'opérer. Etant donné l'importance du rôle que joue RBS sur le marché du crédit aux petites et moyennes entreprises, il est vital de retirer cette activité des mains de l'Etat.

Ian McVeigh, gérant chez Jupiter Asset Management

© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "RBS et Lloyds : des aubaines pour les investisseurs ?" :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans
+12.7%

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 4 500 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 21 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit