1. Bourse & Sicav
  2. L'économie pour investir
  3. « La zone euro, une union monétaire en mal d'intégration fiscale et budgétaire »

« La zone euro, une union monétaire en mal d'intégration fiscale et budgétaire »

17/10/2013 - 11:11 - Sicavonline



Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline




« La zone euro, une union monétaire en mal d'intégration fiscale et budgétaire »

À l'occasion de la conférence de presse de CMC Markets France, mardi 16 octobre, Michael Hewson, Chief Market Analyst chez CMC Markets, a livré un décryptage sans concession concernant la santé de la zone euro.

« À en croire le ministre des finances allemand Wolfgang Schaüble, qui s'est exprimé le mois dernier dans le Financial Times, la zone euro disposerait désormais d'un peu plus de certitudes quant à une reprise économique. Un scénario auquel nous aimerions tous adhérer, mais qui demeure fragile » avance Michael Hewson. Selon lui, « l'hypothèse la plus crédible est celle d'une stagnation économique durable de la zone euro, qui constituera la nouvelle normalité dans les prochaines années. »

« Wolfgang Schaüble présente très régulièrement le modèle allemand comme l'exemple à suivre pour les pays membres de la zone euro. La politique fiscale qui a été mise en œuvre au début des années 2000, lorsque le pays initiait un ambitieux programme de restructuration économique a porté ses fruits. Mais cette solution n'est malheureusement pas duplicable. L'Allemagne a réussi sa mutation il y a une dizaine d'années, au moment où l'économie mondiale bénéficiait d'une croissance dynamique. Le contexte est totalement différent aujourd'hui, avec un ralentissement économique global, un cours de l'euro anormalement surévalué qui détériore les balances commerciales, et donc, la croissance de bon nombre de pays européens.

« La difficulté des pays européens à redevenir compétitifs tient en partie à des dissensions politiques significatives, qui freinent encore la convergence budgétaire et fiscale au sein de l'union monétaire » ajoute Michael Hewson. « Pour penser une Europe intégrée, il est nécessaire que chacun des gouvernements accepte, au préalable, d'abandonner une partie de leur souveraineté fiscale et budgétaire. C'est à cette condition que pourra exister la cohésion économique européenne, avec une véritable union bancaire, un cadre fiscal harmonisé et une dette commune. Ce pas est encore loin d'être franchi. »

Michael Hewson cite l'exemple de la France qui « n'est semble t-il pas prête à concéder son indépendance pour diminuer le niveau des dépenses publiques, réformer résolument son marché de l'emploi et mettre en œuvre une vraie réforme des retraites. Il est difficile d'imaginer un quelconque transfert des prérogatives fiscales à l'échelon européen, alors même que le gouvernement continue d'exercer une forte pression sur les agents économiques privés. La consommation du secteur privé, déjà atone, pâtit de niveaux de taxation bien trop élevés. De leur côté, les dépenses de l'Etat peinent à être contenues et représentent à elles seules 50% du PIB national. De ce point de vue, le gouvernement français doit absolument rééquilibrer sa politique fiscale, au risque d'étouffer la reprise économique.»

En conclusion, le responsable de l'analyse marchés de CMC Markets évoque le bien fondé du transfert fiscal, tel qu'il est pratiqué au Royaume-Uni : « La reprise économique du Royaume-Uni est assez hétérogène, entre le nord et le sud. Londres et le sud-est sont en avance dans le cycle économique par rapport au reste du pays. Ces déséquilibres importants seront en partie compensés par le transfert des recettes fiscales, depuis les régions économiques dynamiques vers celles qui sont les plus sinistrées. C'est vers ce type de système d'imposition intégré que doit se diriger l'union monétaire européenne. »

Michael Hewson, Chief Market Analyst chez CMC Markets

Ces déclarations présentent un caractère purement informatif et ne constituent ni un conseil en investissement, ni une recommandation d'achat ou de vente d'instruments financiers.

A propos de CMC Markets : Fondé en 1989 par Peter Cruddas, CMC Markets est l'un des principaux courtiers en CFD dans le monde. A l'origine spécialisé sur le marché des devises (Forex), CMC Markets s'est rapidement positionné sur les CFD (Contract for Difference), avant de lancer en 1996 la première plate-forme globale de trading en temps réel sur le Forex. Présent en France depuis fin 2010, CMC Markets est agréé par la FCA au Royaume-Uni (Financial Conduct Authority) et enregistré auprès de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution en France.

Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers à effet de levier comportant un risque de perte supérieure au capital investi. Ces produits présentent un caractère hautement spéculatif. Ils sont destinés à des investisseurs avisés pouvant surveiller leurs positions de façon continue et ayant les moyens financiers de supporter un risque de perte en capital. Les CFD sont liés à des actifs sous-jacents extrêmement variés. Les CFD présentent des risques spécifiques qui peuvent varier grandement d'un produit à l'autre, par exemple s'agissant de la rapidité des variations des cours ou en matière de liquidité.


© Sicavonline. Les contenus (vidéos, articles) produits par Sicavonline font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "« La zone euro, une union monétaire en mal d'intégration fiscale et budgétaire » " :




Lettre d'info gratuite

 
Imprimer cet article

 
Augmenter la taille du texte

 
Réduire la taille du texte

 
Envoyer cet article

 
Fil RSS Sicavonline

 
Partager sur Facebook

 
Publier sur Twitter

 
Suivre @sicavonline





Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :
En savoir +

SICAV et FCP les plus vus
 
Perf.
5 ans

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur de l'investissement peut varier à la hausse comme à la baisse.


A court ou long terme, avec plus de 5 000 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.
Jusqu'à
remboursés
A plus de 5 ans, le compte PEA, avec son cadre fiscal avantageux et ses 600 Sicav et FCP est le plus adapté pour épargner.
A plus de 5 ans, investissez dans des PME européennes au travers de 23 Sicav et FCP éligibles au compte PEA PME.
Grâce aux SCPI sélectionnées par Sicavonline, investissez dans l'immobilier à partir de 830 €, préparez vos revenus de demain et réduisez vos impôts. Nouveau : Découvrez les SCPI à crédit